Sonia Delaunay

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Article en cours de rédaction
Cet article est inachevé. Son état est provisoire et sera modifié. Une version améliorée est en préparation.
  • Veuillez prendre son état actuel avec prudence : Le plan et le contenu peuvent être incomplets, ou en révision.
  • Pour participer à cette amélioration, il vous est recommandé de consulter la page de discussion au préalable.
Cette page est une ébauche à compléter, vous pouvez partager vos connaissances en la modifiant.
Sonia Delaunay portrait photograph.jpg

Sonia Delaunay, née en 1885 et morte en 1979, est une peintre française d’origine ukrainienne.

Citations[modifier]

Nous irons jusqu’au soleil[modifier]

Je suis attirée par la couleur pure. Couleurs de mon enfance, de l'Ukraine. Souvenirs de noces paysannes de mon pays où les robes rouges et vertes ornées de nombreux rubans volaient en dansant.
  • Nous irons jusqu’au soleil, 1978, p. 17.
L’art abstrait n’est important que s’il est le rythme sans fin où se rejoignent le très ancien et le futur lointain.
  • Nous irons jusqu’au soleil, 1978, p. 46.
  • Sonia Delaunay, les couleurs de l’abstraction, Anne Montfort et Cécile Godefroy (dir.), éd. Paris Musée, 2014  (ISBN 978-2-7596-0239-1), p. 10


J’ai eu trois vies : une pour Robert, une pour mon fils et mes petits-fils, une, plus courte, pour moi. Je ne regrette pas de ne pas m’être plus occupée de moi. Je n’avais vraiment pas le temps.
  • Nous irons jusqu’au soleil, 1978, p. 204.
L’art dit abstrait, le vrai, est plus difficile que l’art qui se réfère à l’apparence du réel, car il faut recréer un monde nouveau de toute pièce.
  • «  Le soleil de minuit », Nous irons jusqu’au soleil, 1978, p. 206.


Autres citations[modifier]

Comme dans la poésie écrite, ce n’est pas l’assemblage des mots qui compte, c’est le mystère de la création qui donne une émotion ou pas… de même avec les couleurs, c’est la poésie, le mystère d’une vie intérieure qui se dégage rayonne et se communique. À partir de là on peut créer librement un langage nouveau.
  • 1968, cité dans dans Sonia Delaunay, Musée de Grenoble, 1974, p.10.
  • Sonia Delaunay, les couleurs de l’abstraction, Anne Montfort et Cécile Godefroy (dir.), éd. Paris Musée, 2014  (ISBN 978-2-7596-0239-1), p. 274


Je veux réaliser le tableau fini, le tableau qui ne soit pas morcelé, le tableau complet […] On ne verra pas comment les couleurs sont mises […] elles y seront avec les principes de toujours, mais on ne verra pas comment elles passent l’une dans l’autre.
  • Entretien avec Pierre Dumayet, « Le temps de lire », ORTF, 1972.
  • Sonia Delaunay, les couleurs de l’abstraction, Anne Montfort et Cécile Godefroy (dir.), éd. Paris Musée, 2014  (ISBN 978-2-7596-0239-1), p. 275


Je suis contre le fait que les œuvres des femmes soient vues à part. Je pense que je travail comme un homme.
  • Cindy Nemser, « Art Talk: Conversations with 12 Women Artists », 1975, p.37.
  • « Delaunay-Terk », Anne Montfort-Tanguy, dans Elles font l'abstraction, Christine Macel et Karolina Ziebinska-Lewandowska, éd. Centre Pompidou, 2021  (ISBN 978-2-84426-894-5), p. 66



Citations sur[modifier]

Venue de l’Orient vers l’Occident, apporte en elle cette chaleur, cette mysticité caractéristique et classique et sans se briser au contact occidental, au contraire, se recrée en trouvant son expression constructive par ce frottement, s’amplifie et se développe en une transformation où les éléments qui composent son art se transfusent en un art nouveau – qui a ses caractéristiques occidentales et orientales, pour ainsi dire, formelles et indivisibles, dont seule elle est le moule créateur. Comme tous les artistes ou poètes de l’Orient, elle possède à l'état atavique la couleur.
  • « Sonia Delaunay-Terk », dans Du cubisme à l’art abstrait, Robert Delaunay, éd. SEVPEN, 1957, p. 200


Sonia Delaunay possède le secret de son art : le simultané pour elle, c’est son brevet, la marque de son esprit.
  • « Les tissus « simultanés » de Sonia Delaunay », dans Du cubisme à l’art abstrait, Robert Delaunay, éd. SEVPEN, 1957, p. 206