Niki de Saint Phalle

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Cette page est une ébauche à compléter, vous pouvez partager vos connaissances en la modifiant.
Niki de Saint Phalle (1964) by Erling Mandelmann.jpg

Niki de Saint Phalle, pseudonyme de Catherine Marie-Agnès de Saint-Phalle, née à Neuilly-sur-Seine (département de la Seine) le 29 octobre 1930 et morte à La Jolla (comté de San Diego, Californie, États-Unis) le 21 mai 2002, est une plasticienne, peintre, graveuse, sculptrice et réalisatrice de films franco-américaine.

Citations[modifier]

Mon secret[modifier]

Il existe dans le cœur humain un désir de tout détruire. Détruire c’est affirmer qu’on existe envers et contre tout.


Je ne dis rien du viol à personne. Mon silence était une stratégie de survie.


Ce viol me rendit à jamais solidaire de tous ceux que la société et la loi excluent et écrasent.


Le viol n’est pas essentiellement /seulement/ un acte sexuel, c’est un crime contre l’esprit.


J’appris à assumer et survivre avec mon secret. Cette solitude forcée créa en moi l’espace nécessaire pour écrire mes premiers poèmes et pour développer ma vie intérieure, ce qui plus tard, ferait de moi une artiste.


Traces : une autobiographie[modifier]

L’ecriture a permis à mes yeux intérieurs de s’ouvrir. Grâce à elle aussi, j’ai pu prendre de la distance, pardonner, et poursuivre ma route.
  • Traces : une autobiographie, Niki de Saint Phalle, éd. Acatos, 1999  (ISBN 2-940033-50-1), p. rabat de couverture


J’ai vidé ma tête comme un vieux sac à main. […] Cerveau, je te plonge dans la machine à laver.
  • Traces : une autobiographie, Niki de Saint Phalle, éd. Acatos, 1999  (ISBN 2-940033-50-1), p. 11


J’ai décidé très tôt d’être une héroïne. Qui serais-je ? George Sand ? Jeanne d'Arc ? Un Napoléon en jupons ? Qu’importe ce que je serais ! Tout ce que je voulais était que ce fût difficile, grand, excitant.
  • Traces : une autobiographie, Niki de Saint Phalle, éd. Acatos, 1999  (ISBN 2-940033-50-1), p. 16


Très vite, j’ai compris que les hommes avaient le pouvoir, et le pouvoir, je le voulais. Oui, je leur volerais leur feu, je n’accepterais pas les frontières que Maman voulait m’imposer du seul fait que j’étais une femme. Je les franchirais et pénétrerais dans le monde des hommes, qui me semblait plus aventureux, plus mystérieux, plus excitant.
  • Traces : une autobiographie, Niki de Saint Phalle, éd. Acatos, 1999  (ISBN 2-940033-50-1), p. 90


Je suis si heureuse d’avoir pu renouer avec tant de souvenirs lointains. Je ne peux pas prendre une gomme et effacer là d’où je viens, mon éducation, ma famille, tout cela fait partie de moi, que je l’admette ou non.
  • Traces : une autobiographie, Niki de Saint Phalle, éd. Acatos, 1999  (ISBN 2-940033-50-1), p. 127


Autres citations[modifier]

Pour moi, mes sculptures représentent le monde de la femme amplifié, la folie des grandeurs des femmes, la femme dans le monde d’aujourd’hui, la femme au pouvoir.
  • « Une œuvre qui franchit les limites », dans Niki de Saint Phalle, 1930-2002, Camille Morineau (dir.), éd. Réunion des musées nationaux-Grand Palais, 2014  (ISBN 978-2-7118-6151-4), p. 30


Je suis devenue artiste parce qu’il n’y avait pas d’alternative pour moi. […] J’ai embrassé l’art comme ma délivrance et comme une nécessité.
  • « De Niki Mathews à Niki de Saint Phalle », Ulrich Krempel, dans Niki de Saint Phalle, 1930-2002, Camille Morineau (dir.), éd. Réunion des musées nationaux-Grand Palais, 2014  (ISBN 978-2-7118-6151-4), p. 42


J’ai commencé à peindre chez les fous, à l’âge de vingt-deux ans, atteinte de dépression nerveuse. J’y ai découvert l’univers sombre de la folie et sa guérison, j’y ai appris à traduire en peinture mes sentiments, les peurs, la violence, l’espoir et la joie.
  • « De Niki Mathews à Niki de Saint Phalle », Ulrich Krempel, dans Niki de Saint Phalle, 1930-2002, Camille Morineau (dir.), éd. Réunion des musées nationaux-Grand Palais, 2014  (ISBN 978-2-7118-6151-4), p. 43


Voir aussi[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :