Iliade

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Épopées homériques
    Odyssée Arrright.svg
Achille sacrifiant à Zeus. Manuscrit de l’Iliade de la Bibliothèque Ambrosienne de Milan (Ve siècle).

L’Iliade (en grec ancien Ἰλιάς / Iliás, en grec moderne Ιλιάδα / Iliádha) est une épopée mythologique de la Grèce antique composée au VIIIe siècle avant J.-C. et attribuée à l'aède légendaire Homère. Son titre provient de la périphrase « le poème d'Ilion » (ἡ Ἰλιὰς ποίησις / hê Iliàs poíêsis), Ilion (Ἴλιον / Ílion) étant l'autre nom de la ville de Troie. L’Iliade détaille les événements survenus pendant quelques semaines de la dixième et dernière année de la guerre de Troie. Après un siège de dix ans, le sort des armes hésite encore. Achille est le meilleur guerrier de l'armée achéenne. Mais une querelle avec le roi Agamemnon, chef des Achéens, met Achille en colère et il décide de se retirer du combat, ce qui menace de retourner le sort de la guerre en faveur des Troyens, galvanisés par Hector, le meilleur guerrier de Troie. L’Iliade forme, avec l’Odyssée, l'une des deux grandes épopées fondatrices de la littérature grecque antique.

Citations[modifier]

Chant I[modifier]

Achille contraint de céder Briséis à Agamemnon. Fresque romaine de Pompéi, atrium de la Maison du poète tragique, Ier siècle apr. J.-C. Musée archéologique national de Naples (Inv.9105).
Chante, déesse, la colère d'Achille, le fils de Pélée ; détestable colère, qui aux Achéens valut des souffrances sans nombre et jeta en pâture à Hadès tant d'âmes fières de héros, tandis que de ces héros mêmes elle faisait la proie des chiens et de tous les oiseaux du ciel — pour l'achèvement du dessein de Zeus. Pars du jour où une querelle tout d'abord divisa le fils d'Atrée, protecteur de son peuple, et le divin Achille.
  • (grc)

    Μῆνιν ἄειδε, θεά, Πηληϊάδεω Ἀχιλῆος
    οὐλομένην, ἣ μυρί᾽ Ἀχαιοῖς ἄλγε᾽ ἔθηκε,
    πολλὰς δ᾽ ἰφθίμους ψυχὰς Ἄϊδι προΐαψεν
    ἡρώων, αὐτοὺς δὲ ἑλώρια τεῦχε κύνεσσιν
    οἰωνοῖσί τε πᾶσι.

  • Invocation à la Muse aux premiers vers de l'épopée.


Le songe aussi est message de Zeus.
  • (grc) Καὶ γάρ τ' ὄναρ ἐκ Διός ἐστιν.
  • Achille
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant I, vers 63, p. 9 (texte intégral sur Wikisource)


Qui obéit aux dieux, des dieux est écouté.
  • (grc) Ὅς κε θεοῖς ἐπιπείθηται μάλα τ' ἔκλυον αὐτοῦ.
  • Achille
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant I, vers 218, p. 19 (texte intégral sur Wikisource)


« Je suis venue du ciel pour calmer ta fureur : me veux-tu obéir ? » Louis-Édouard Fournier, La Colère d'Achille, 1881.
Je suis venue du ciel pour calmer ta fureur : me veux-tu obéir ?
  • Athéna, à Achille qui s'apprêtait à tirer l'épée contre Agamemnon.
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant I, vers 217-218, p. 19 (texte intégral sur Wikisource)


Sac à vin ! Œil de chien et cœur de biche !
  • (grc) Οἰνοβαρές, κυνὸς ὄμματ' ἔχων, κραδίην δ' ἐλάφοιο.
  • Achille à Agamemnon
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant I, vers 225, p. 19 (texte intégral sur Wikisource)


Il dit, et, de ses sourcils sombres, le fils de Cronos fait oui. Les cheveux divins du Seigneur voltigent un instant sur son front éternel, et le vaste Olympe en frémit.
  • (grc)

     Ἦ καὶ κυανέῃσιν ἐπ' ὀφρύσι νεῦσε Κρονίων·
    ἀμβρόσιαι δ' ἄρα χαῖται ἐπεῤῥώσαντο ἄνακτος
    κρατὸς ἀπ' ἀθανάτοιο· μέγαν δ' ἐλέλιξεν Ὄλυμπον.

  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant I, vers 528-530, p. 41 (texte intégral sur Wikisource)


Et, brusquement, un rire inextinguible jaillit parmi les Bienheureux, à la vue d'Héphaestos s'affairant par la salle !
  • (grc)

    Ἄσβεστος δ' ἄρ' ἐνῶρτο γέλως μακάρεσσι θεοῖσιν
    ὡς ἴδον Ἥφαιστον διὰ δώματα ποιπνύοντα.

  • Le rire des dieux, d'où l'expression de "rire homérique".
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant I, vers 599-600, p. 45 (texte intégral sur Wikisource)


Chant II[modifier]

Comme on voit les abeilles, par troupes compactes, sortir d'un antre creux, à flots toujours nouveaux, pour former une grappe, qui bientôt voltige au-dessus des fleurs du printemps, tandis que beaucoup d'autres s'en vont voletant, les unes par-ci, les autres par-là ; ainsi, des nefs et des baraques, des troupes sans nombre viennent se ranger, par groupes serrés, en avant du rivage bas, pour prendre part à l'assemblée.
  • L'armée achéenne se prépare pour l'assemblée.
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant II, vers 87-93, p. 53 (texte intégral sur Wikisource)


Chant III[modifier]

Hélène et Pâris. Face A d'un cratère en cloche à figures rouges apulien (Tarente ?), 380-370 av. J.-C. Musée du Louvre (K6).
L'esprit des jeunes hommes toujours flotte à tout vent. Quand un vieillard est avec eux, il voit, en rapprochant l'avenir du passé, comment il est possible d'arranger tout au mieux, à la fois pour les deux parties.
  • (grc)

    Αἰεὶ δ' ὁπλοτέρων ἀνδρῶν φρένες ἠερέθονται·
    οἷς δ' ὁ γέρων μετέῃσιν ἅμα πρόσσω καὶ ὀπίσσω
    λεύσσει, ὅπως ὄχ' ἄριστα μετ' ἀμφοτέροισι γένηται.

  • Ménélas
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant III, vers 108-110, p. 121 (texte intégral sur Wikisource)


Non, il n'y a pas lieu de blâmer les Troyens, ni les Achéens aux bonnes jambières, si, pour telle femme, ils souffrent si longs maux. Elle a terriblement l'air, quand on l'a devant soi, des déesses immortelles...
  • (grc)

    Οὐ νέμεσις Τρῶας καὶ ἐϋκνήμιδας Ἀχαιοὺς
    τοιῇδ' ἀμφὶ γυναικὶ πολὺν χρόνον ἄλγεα πάσχειν·
    αἰνῶς ἀθανάτῃσι θεῇς εἰς ὦπα ἔοικεν.

  • Les chefs troyens, au sujet d'Hélène.
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant III, vers 156-158, p. 125 (texte intégral sur Wikisource)


Chant IV[modifier]

Un jour viendra où elle périra, la sainte Ilion, et Priam, et le peuple de Priam à la bonne pique.
  • (grc)

    Ἔσσεται ἦμαρ ὅτ' ἄν ποτ' ὀλώλῃ Ἴλιος ἱρὴ
    καὶ Πρίαμος καὶ λαὸς ἐϋμμελίω Πριάμοιο.

  • Agamemnon
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant IV, vers 164-165, p. 157 (texte intégral sur Wikisource)


Mais les dieux aux hommes n'octroient pas tout à la fois.
  • (grc)

    Ἀλλ' οὔ πως ἅμα πάντα θεοὶ δόσαν ἀνθρώποισιν.

  • Nestor
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant IV, vers 320, p. 169 (texte intégral sur Wikisource)


L'ingénieux Ulysse sur lui lève un œil sombre et dit : "Atride, quel mot s'est échappé de l'enclos de tes dents ?"
  • (grc)

    Τὸν δ' ἄρ' ὑπόδρα ἰδὼν προσέφη πολύμητις Ὀδυσσεύς·
    Ἀτρεΐδη ποῖόν σε ἔπος φύγεν ἕρκος ὀδόντων.

  • Nestor
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant IV, vers 350-351, p. 171 (texte intégral sur Wikisource)


Allons ! nous règlerons plus tard l'affaire à l'amiable, si quelque mot fâcheux a été prononcé. Mais, bien plutôt, fassent les dieux que tout cela s'en aille au vent !
  • (grc)
  • Agamemnon
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant IV, vers 362-363, p. 171 (texte intégral sur Wikisource)


Une fois de plus, elle vient jeter au milieu de tous l'esprit de querelle, qui n'épargne personne, allant et venant à travers la foule, partout faisant grandir la plainte humaine.
  • (grc)
  • Au sujet de la déesse Éris (Discorde), sœur et compagne d'Arès.
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant IV, vers 444-445, p. 177 (texte intégral sur Wikisource)


Chant V[modifier]

Jacques-Louis David, Le Combat de Diomède, 1776.
Il ne sait pas en son coeur qu'il ne vit pas longtemps, l'homme qui fait la guerre aux dieux immortels. Ses enfants n'embrassent pas ses genoux, en l'appelant "père", quand il revient de la bataille et de l'atroce carnage.
  • (grc)

    Ὅττι μάλ' οὐ δηναιὸς ὃς ἀθανάτοισι μάχηται,
    οὐδέ τί μιν παῖδες ποτὶ γούνασι παππάζουσιν
    ἐκ πολέμοιο καὶ αἰνῆς δηϊοτῆτος.

  • La déesse Dioné, à Aphrodite blessée.
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant V, vers 407-409, p. 213 (texte intégral sur Wikisource)


Et ne prétends pas égaler tes desseins aux dieux : ce seront toujours deux races distinctes que celles des dieux immortels et celle des humains qui marchent sur la terre.
  • (grc)

    Μηδὲ θεοῖσιν
    ἶσ' ἔθελε φρονέειν, ἐπεὶ οὔ ποτε φῦλον ὁμοῖον
    ἀθανάτων τε θεῶν χαμαὶ ἐρχομένων τ' ἀνθρώπων.

  • Apollon, à Diomède.
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant V, vers 440-442, p. 215 (texte intégral sur Wikisource)


[Héra] a commencé par prendre l'aspect de Stentor au grand coeur, à la voix de bronze, aussi forte que celle de cinquante autres réunis.
  • (grc)

    Στέντορι εἰσαμένη μεγαλήτορι χαλκεοφώνῳ,
    ὃς τόσον αὐδήσασχ' ὅσον ἄλλοι πεντήκοντα.

  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant V, vers 785-786, p. 237 (texte intégral sur Wikisource)


Chant VI[modifier]

Dernière visite d'Hector à sa famille avant son duel avec Achille ; Astyanax, sur les genoux d'Andromaque, essaie d'attraper le casque de son père. Cratère à colonne apulien à figures rouges, v. 370-360 av. J.-C. Trouvé à Ruvo. Musée national du palais Jatta à Ruvo di Puglia (Bari).
Sur terre les humains passent comme les feuilles : si le vent fait tomber les unes sur le sol, la forêt vigoureuse, au retour du printemps, en fait pousser bien d'autres ; chez les hommes ainsi les générations l'une à l'autre succèdent.
  • (grc)

    Οἵη περ φύλλων γενεὴ τοίη δὲ καὶ ἀνδρῶν.
    φύλλα τὰ μέν τ' ἄνεμος χαμάδις χέει, ἄλλα δέ θ' ὕλη
    τηλεθόωσα φύει, ἔαρος δ' ἐπιγίγνεται ὥρη·
    ὣς ἀνδρῶν γενεὴ ἣ μὲν φύει ἣ δ' ἀπολήγει.

  • Le guerrier troyen Glaucos parlant à l'Achéen Diomède sur le champ de bataille de Troie.


Chant VII[modifier]

Mais redevenez donc tous, ici, terre et eau, vous qui demeurez là, assis et sans courage, dans votre ignominie !
  • (grc)

    Ἀλλ' ὑμεῖς μὲν πάντες ὕδωρ καὶ γαῖα γένοισθε
    ἥμενοι αὖθι ἕκαστοι ἀκήριοι ἀκλεὲς αὔτως.

  • Ménélas blâme les autres Achéens qui n'osent pas relever le défi lancé par Hector.
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant VII, vers 99-100, p. 291 (texte intégral sur Wikisource)


Chant VIII[modifier]

Tel un pavot, dans un jardin, penche la tête de côté, sous le poids de son fruit et des pluies printanières, tel il penche son front par le casque alourdi.
  • (grc)

    Μήκων δ' ὡς ἑτέρωσε κάρη βάλεν, ἥ τ' ἐνὶ κήπῳ
    καρπῷ βριθομένη νοτίῃσί τε εἰαρινῇσιν,
    ὣς ἑτέρωσ' ἤμυσε κάρη πήληκι βαρυνθέν.

  • Mort de Gorgythion touché par une flèche de l'archer Teucros.
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), chant VIII, vers 306-308, p. 341 (texte intégral sur Wikisource)


Chant IX[modifier]

Non, il n'a ni clan ni loi ni foyer, celui qui désire la guerre intestine, la guerre qui glace les cœurs.
  • (grc)

    Ἀφρήτωρ ἀθέμιστος ἀνέστιός ἐστιν ἐκεῖνος
    ὃς πολέμου ἔραται ἐπιδημίου ὀκρυόεντος.

  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 2 (chants IX à XVI), chant IX, vers 63-64, p. 7 (texte intégral sur Wikisource)


L'ambassade à Achille. Phénix et Ulysse font face à Achille, derrière qui se trouve Patrocle. Hydrie attique, v.480 av. J.-C. Peintre de Cléophradès. Collection des Antiquités, Munich (Allemagne).
Celui-là m'est en horreur à l'égal des portes d'Hadès, qui dans son cœur cache une chose et sur les lèvres en a une autre.
  • (grc)

    Ἐχθρὸς γάρ μοι κεῖνος ὁμῶς Ἀΐδαο πύλῃσιν
    ὅς χ' ἕτερον μὲν κεύθῃ ἐνὶ φρεσίν, ἄλλο δὲ εἴπῃ.

  • Achille, à Ulysse.
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 2 (chants IX à XVI), chant IX, vers 312-313, p. 25 (texte intégral sur Wikisource)


La vie d'un homme ne se retrouve pas ; jamais plus elle ne se laisse ni enlever ni saisir, du jour qu'elle est sortie de l'enclos de ses dents.
  • (grc)

    Ἀνδρὸς δὲ ψυχὴ πάλιν ἐλθεῖν οὔτε λεϊστὴ
    οὔθ' ἑλετή, ἐπεὶ ἄρ κεν ἀμείψεται ἕρκος ὀδόντων.

  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 2 (chants IX à XVI), chant IX, vers 408-409, p. 33 (texte intégral sur Wikisource)


Si je reste à me battre ici autour de la ville de Troie, c'en est fait pour moi du retour ; en revanche, une gloire impérissable m'attend.
  • (grc)

    εἰ μέν κ᾽ αὖθι μένων Τρώων πόλιν ἀμφιμάχωμαι,
    ὤλετο μέν μοι νόστος, ἀτὰρ κλέος ἄφθιτον ἔσται.

  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 2 (chants IX à XVI), chant IX, vers 412-413, p. 33 (texte intégral sur Wikisource)


Chant X[modifier]

Je suis celui que Zeus a choisi entre tous pour le plonger dans les épreuves, à tout jamais, tant qu'un souffle subsistera dans ma poitrine et que se mouvront mes jarrets.
  • (grc)

     

  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 2 (chants IX à XVI), chant X, vers 88-90, p. 61 (texte intégral sur Wikisource)


Leur sort, à tous, à cette heure, est sur le tranchant du rasoir.
  • (grc)

    Ἐπὶ ξυροῦ ἵσταται ἀκμῆς
    ...ὄλεθρος...Ἀχαιοῖς ἠὲ βιῶναι.

  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 2 (chants IX à XVI), chant X, vers 173-174, p. 67 (texte intégral sur Wikisource)


Chant XI[modifier]

Un médecin vaut beaucoup d'autres hommes, s'il s'agit d'extraire les flèches ou de répandre sur les plaies des remèdes apaisants.
  • (grc)

    Ἰητρὸς γὰρ ἀνὴρ πολλῶν ἀντάξιος ἄλλων
    ἰούς τ' ἐκτάμνειν ἐπί τ' ἤπια φάρμακα πάσσειν.

  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 2 (chants IX à XVI), chant XI, vers 514-515, p. 135 (texte intégral sur Wikisource)


Chant XII[modifier]

Ah ! doux ami ! si échapper à cette guerre nous permettait de vivre ensuite éternellement, sans que nous touchent l'âge ni la mort, ce n'est certes pas moi qui combattrais au premier rang ni qui t'expédierais vers la bataille où l'homme acquiert la gloire. Mais, puisqu'en fait et quoi qu'on fasse, les déesses du trépas sont là embusquées, innombrables, et qu'aucun mortel ne peut ni les fuir ni leur échapper, allons voir si nous donnerons la gloire à un autre, ou bien si c'est un autre qui nous la donnera, à nous.
  • (grc)

    Ὦ πέπον εἰ μὲν γὰρ πόλεμον περὶ τόνδε φυγόντε
    αἰεὶ δὴ μέλλοιμεν ἀγήρω τ' ἀθανάτω τε
    ἔσσεσθ', οὔτέ κεν αὐτὸς ἐνὶ πρώτοισι μαχοίμην
    οὔτέ κε σὲ στέλλοιμι μάχην ἐς κυδιάνειραν·
    νῦν δ' ἔμπης γὰρ κῆρες ἐφεστᾶσιν θανάτοιο
    μυρίαι, ἃς οὐκ ἔστι φυγεῖν βροτὸν οὐδ' ὑπαλύξαι,
    ἴομεν ἠέ τῳ εὖχος ὀρέξομεν ἠέ τις ἡμῖν.

  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 2 (chants IX à XVI), chant XII, vers 322-328, p. 183 (texte intégral sur Wikisource)


Chant XIII[modifier]

[Poséidon] fait trois enjambées ; à la quatrième, il atteint son but, Èges, où un palais illustre lui a été construit dans l'abîme marin, étincelant d'or, éternel. Aussitôt arrivé, il attelle à son char deux coursiers aux pieds de bronze et au vol prompt, dont le front porte une crinière d'or. Lui-même se vêt d'or, prend en main un fouet d'or façonné, puis, montant sur son char, pousse vers les flots. Les monstres de la mer le fêtent de leurs bonds ; partout ils quittent leur cachette : nul ne méconnaît son seigneur. La mer en liesse lui ouvre le passage ; le char s'envole, à toute allure, sans que, même par-dessous, se mouille l'essieu de bronze. Ainsi ses coursiers bondissants portent le dieu vers les nefs achéennes.
  • (grc)
  • Le dieu Poséidon s'équipe et fait route vers le champ de bataille de Troie.
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 2 (chants IX à XVI), chant XIII, vers 17-31, p. 197 (texte intégral sur Wikisource)


La lance fait un rempart à la lance, le bouclier au bouclier, chacun étyant l'autre ; l'écu s'appuie sur l'écu, le casque sur le casque, le guerrier sur le guerrier.
  • (grc)

    Φράξαντες δόρυ δουρί, σάκος σάκεϊ προθελύμνῳ·
    ἀσπὶς ἄρ' ἀσπίδ' ἔρειδε, κόρυς κόρυν, ἀνέρα δ' ἀνήρ.

  • Un bataillon d'élite des Achéens se prépare à la bataille contre les Troyens.
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 2 (chants IX à XVI), chant XIII, vers 130-131, p. 205 (texte intégral sur Wikisource)


Chant XIV[modifier]

Nul ne saurait trouver mauvais que l'on cherche à fuir le malheur — même de nuit. Ne vaut-il donc pas mieux se dérober à lui — fût-ce par la fuite — que de devenir sa proie ?
  • (grc)

    Οὐ γάρ τις νέμεσις φυγέειν κακόν, οὐδ' ἀνὰ νύκτα.
    βέλτερον ὃς φεύγων προφύγῃ κακὸν ἠὲ ἁλώῃ.

  • Agamemnon
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 2 (chants IX à XVI), chant XIV, vers 80-81, p. 261 (texte intégral sur Wikisource)


« Là sont tendresse, désir, entretien amoureux aux propos séducteurs qui trompent le cœur des plus sages. » Andrea Appiani, Vénus prêtant sa ceinture à Junon, vers 1811. Collection privée.
Là sont tendresse, désir, entretien amoureux aux propos séducteurs qui trompent le cœur des plus sages.
  • (grc)

    Ἔνθ' ἔνι μὲν φιλότης, ἐν δ' ἵμερος, ἐν δ' ὀαριστὺς
    πάρφασις, ἥ τ' ἔκλεψε νόον πύκα περ φρονεόντων.

  • Description du ruban qu'Aphrodite prête à Héra.
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 2 (chants IX à XVI), chant XIV, vers 216-217, p. 271 (texte intégral sur Wikisource)


Elle y trouve Sommeil, frère de Trépas.
  • (grc)

    Ἔνθ' Ὕπνῳ ξύμβλητο κασιγνήτῳ Θανάτοιο.

  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 2 (chants IX à XVI), chant XIV, vers 231, p. 273 (texte intégral sur Wikisource)


Sommeil, roi de tous les dieux, rois de tous les hommes...
  • (grc)

    Ὕπνε ἄναξ πάντων τε θεῶν πάντων τ' ἀνθρώπων.

  • Héra s'adresse à Hypnos, dieu du Sommeil.
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 2 (chants IX à XVI), chant XIV, vers 231, p. 273 (texte intégral sur Wikisource)


Chant XV[modifier]

Quand les guerriers ont le sens de la honte, il est parmi eux bien plus de sauvés que de tués. S'ils fuient au contraire, nulle gloire pour eux ne se lève, nul secours non plus.
  • (grc)

    Αἰδομένων δ' ἀνδρῶν πλέονες σόοι ἠὲ πέφανται·
    φευγόντων δ' οὔτ' ἂρ κλέος ὄρνυται οὔτέ τις ἀλκή.

  • Ajax fils de Télamon
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 2 (chants IX à XVI), chant XV, vers 563-564, p. 335 (texte intégral sur Wikisource)


Chant XVI[modifier]

Les bras décident de la guerre, comme les paroles au Conseil.
  • (grc)

    Ἐν γὰρ χερσὶ τέλος πολέμου, ἐπέων δ' ἐνὶ βουλῇ.

  • Patrocle
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 2 (chants IX à XVI), chant XVI, vers 630, p. 391 (texte intégral sur Wikisource)


Mais le vouloir de Zeus toujours est plus fort que celui d'un mortel.
  • (grc)

    Ἀλλ' αἰεί τε Διὸς κρείσσων νόος ἠέ περ ἀνδρῶν.

  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 2 (chants IX à XVI), chant XVI, vers 688, p. 395 (texte intégral sur Wikisource)


Chant XVII[modifier]

Ménélas tenant le corps de Patrocle, gravure d'après une peinture de la Sala di Troia au Palazzo Ducale (palais ducal) de Mantoue. Giulio Romano. XVIe siècle.
Le plus sot s'instruit par l'événement.
  • (grc)

    Ῥεχθὲν δέ τε νήπιος ἔγνω.

  • Ménélas
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 3 (chants XVII à XXIV), chant XVII, vers 32, p. 5 (texte intégral sur Wikisource)


Chant XVIII[modifier]

Ah ! qu'il périsse donc, chez les dieux comme chez les hommes, cet esprit de querelle, ce courroux, qui induit l'homme en fureur, pour raisonnable qu'il puisse être, et qui semble plus doux que miel sur la langue, quand, dans une poitrine humaine, il monte comme une fumée !
  • (grc)

    Ὡς ἔρις ἔκ τε θεῶν ἔκ τ' ἀνθρώπων ἀπόλοιτο
    καὶ χόλος, ὅς τ' ἐφέηκε πολύφρονά περ χαλεπῆναι,
    ὅς τε πολὺ γλυκίων μέλιτος καταλειβομένοιο
    ἀνδρῶν ἐν στήθεσσιν ἀέξεται ἠΰτε καπνός.

  • Achille
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 3 (chants XVII à XXIV), chant XVIII, vers 107-110, p. 65 (texte intégral sur Wikisource)


Chant XIX[modifier]

Le Ciel seul achève tout.
  • (grc)

    Θεὸς διὰ πάντα τελευτᾷ.

  • Agamemnon
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 3 (chants XVII à XXIV), chant XIX, vers 90, p. 111 (texte intégral sur Wikisource)


Il n'est pas de guerrier qui puisse affronter le combat une journée entière, jusqu'au soleil couché, s'il n'a goûté au pain.
  • (grc)

    Οὐ γὰρ ἀνὴρ πρόπαν ἦμαρ ἐς ἠέλιον καταδύντα
    ἄκμηνος σίτοιο δυνήσεται ἄντα μάχεσθαι.

  • Ulysse
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 3 (chants XVII à XXIV), chant XIX, vers 162-163, p. 117 (texte intégral sur Wikisource)


Chant XX[modifier]

Le langage des hommes est souple ; on y trouve propos de tout genre ; il forme un riche fonds de mots, dans un sens comme dans l'autre.
  • (grc)

    Στρεπτὴ δὲ γλῶσσ' ἐστὶ βροτῶν, πολέες δ' ἔνι μῦθοι
    παντοῖοι, ἐπέων δὲ πολὺς νομὸς ἔνθα καὶ ἔνθα.

  • Énée, à Achille.
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 3 (chants XVII à XXIV), chant XX, vers 248-249, p. 153 (texte intégral sur Wikisource)


Chant XXI[modifier]

L'Eau. Achille près d'être englouti par le Xanthe et le Simoïs, irrités du carnage qu'il a fait des Troyens, fresque d'Auguste Couder, 1819. Musée du Louvre.
Ébranleur du sol, tu me dirais que j'ai l'esprit atteint, si je partais en guerre contre toi pour de pauvres humains, pareils à des feuilles, qui tantôt vivent pleins d'éclat, en mangeant le fruit de la terre, et tantôt se consument et tombent au néant.
  • (grc)

    Ἐννοσίγαι' οὐκ ἄν με σαόφρονα μυθήσαιο
    ἔμμεναι, εἰ δὴ σοί γε βροτῶν ἕνεκα πτολεμίξω
    δειλῶν, οἳ φύλλοισιν ἐοικότες ἄλλοτε μέν τε
    ζαφλεγέες τελέθουσιν ἀρούρης καρπὸν ἔδοντες,
    ἄλλοτε δὲ φθινύθουσιν ἀκήριοι.

  • Apollon, à Poséidon.
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 3 (chants XVII à XXIV), chant XXI, vers 462-466, p. 205 (texte intégral sur Wikisource)


Chant XXII[modifier]

Il n'est pas de pacte loyal entre les hommes et les lions, pas plus que loups ni agneaux n'ont de cœurs faits pour s'accorder.
  • (grc)

    Ὡς οὐκ ἔστι λέουσι καὶ ἀνδράσιν ὅρκια πιστά,
    οὐδὲ λύκοι τε καὶ ἄρνες ὁμόφρονα θυμὸν ἔχουσιν.

  • Achille, à Hector.
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 3 (chants XVII à XXIV), chant XXII, vers 262-263, p. 237 (texte intégral sur Wikisource)


Et voici maintenant le Destin qui me tient. Eh bien ! non, je n'entends pas mourir sans lutte ni sans gloire, ni sans quelque haut fait, dont le récit parvienne aux hommes à venir.
  • (grc)

    Νῦν αὖτέ με μοῖρα κιχάνει.
    μὴ μὰν ἀσπουδί γε καὶ ἀκλειῶς ἀπολοίμην,
    ἀλλὰ μέγα ῥέξας τι καὶ ἐσσομένοισι πυθέσθαι.

  • Hector
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 3 (chants XVII à XXIV), chant XXII, vers 303-305, p. 239 (texte intégral sur Wikisource)


Chant XXIII[modifier]

Achille gardant le corps d'Hector. Tondo d'une coupe attique à figures rouges, v. 490–480 av. J.-C. Musée du Louvre, G153.
Ah ! point de doute, je ne sais quoi vit encore chez Hadès, une âme, une ombre, mais où n'habite plus l'esprit.
  • (grc)

    Ὢ πόποι ἦ ῥά τίς ἐστι καὶ εἰν Ἀΐδαο δόμοισι
    ψυχὴ καὶ εἴδωλον, ἀτὰρ φρένες οὐκ ἔνι πάμπαν.

  • Achille, après avoir vu en rêve l'ombre du défunt Patrocle.
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 3 (chants XVII à XXIV), chant XXIII, vers 103-104, p. 265 (texte intégral sur Wikisource)


C'est l'idée qui fait le bon bûcheron, ce n'est pas la force. C'est l'idée qui permet au pilot sur la mer lie de vin de diriger la nef rapide toute secouée des vents. C'est l'idée qui fait qu'un cocher l'emporte sur un autre cocher.
  • (grc)

    Μήτι τοι δρυτόμος μέγ' ἀμείνων ἠὲ βίηφι·
    μήτι δ' αὖτε κυβερνήτης ἐνὶ οἴνοπι πόντῳ
    νῆα θοὴν ἰθύνει ἐρεχθομένην ἀνέμοισι·
    μήτι δ' ἡνίοχος περιγίγνεται ἡνιόχοιο.

  • Conseils de Nestor à son fils Antiloque qui s'apprête à prendre part à une course de chars pendant les jeux funèbres en l'honneur de Patrocle. Nestor met en avant la mètis, c'est-à-dire l'intelligence rusée.
  • L'Iliade, Homère (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1937-38 (traduction), 1998 (édition), t. 3 (chants XVII à XXIV), chant XXIII, vers 315-318, p. 281 (texte intégral sur Wikisource)


Chant XXIV[modifier]

Souviens-toi de ton père, Achille pareil aux dieux. Il a mon âge, il est, tout comme moi, au seuil maudit de la vieillesse. Des voisins l'entourent, qui le tourmentent sans doute, et personne auprès de lui, pour écarter le malheur, la détresse ! Mais il a, du moins, lui, cette joie au cœur, qu'on lui parle de toi comme d'un vivant, et il compte chaque jour voir revenir son fils de Troie. Mon malheur, à moi, est complet. J'ai donné le jour à des fils, qui étaient des braves, dans la vaste Troie : et je songe que d'eux aucun ne m'est resté. Ils étaient cinquante, le jour où sont venus les fils des Achéens ; dix-neuf sortaient du même sein, le reste m'était né de femmes en mon palais. La plupart ont eu les genoux rompus par l'ardent Arès. Le seul qui me restait, pour protéger la ville et ses habitants, tu me l'as tué hier, défendant son pays — Hector. C'est pour lui que je viens aux nefs des Achéens, pour te le racheter. Je t'apporte une immense rançon. Va, respecte les dieux, Achille, et, songeant à ton père, prends pitié de moi. Plus que lui encore, j'ai droit à la pitié ; j'ai osé, moi, ce que jamais encore n'a osé mortel ici-bas : j'ai porté à mes lèvres les mains de l'homme qui m'a tué mes enfants.
  • Priam venu réclamer le corps de son fils Hector à Achille.


Articles connexes[modifier]

Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :