Louis-Ferdinand Céline

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Louis-Ferdinand Céline en 1932

Louis-Ferdinand Destouches, plus connu sous son nom de plume Louis-Ferdinand Céline, généralement abrégé en Céline, (27 mai 1894, Courbevoie - 1er juillet 1961, Meudon), médecin et écrivain français, le plus traduit et diffusé dans le monde parmi ceux du XXe siècle.

Bibliographie sélective[modifier]

Les Beaux Draps, 1941[modifier]

« Propagée aux races viriles, aux races aryennes détestées, la religion de « Pierre et Paul » fit admirablement son œuvre, elle décatit en mendigots, en sous-hommes dès le berceau, les peuples soumis, les hordes enivrées de littérature christianique, lancées éperdues imbéciles, à la conquête du Saint Suaire, des hosties magiques, délaissant à jamais leurs Dieux, leurs religions exaltantes, leurs Dieux de sang, leurs Dieux de race.

Ce n’est pas tout. Crime des crimes, la religion catholique fut à travers toute notre histoire, la grande proxénète, la grande métisseuse de races nobles, la grande procureuse aux pourris (avec tous les saints sacrements), l’enragée contaminatrice.

La religion catholique fondée par douze juifs aura fièrement joué tout son rôle lorsque nous aurons disparu, sous les flots de l’énorme tourbe, du géant lupanar asiate qui se prépare à l’horizon.

Ainsi la triste vérité, l’aryen n’a jamais su aimer, aduler que le dieu des autres, jamais eu de religion propre, de religion blanche.

Ce qu’il adore, son cœur, sa foi, lui furent fournis de toutes pièces par ses pires ennemis.

Il est bien normal qu’il en crève, le contraire serait le miracle. »

  • Les Beaux Draps (1941), Louis-Ferdinand Céline, éd. Nouvelles Éditions françaises, 1941, p. 81-82


Correspondance[modifier]

« Ah certes vous avez bien raison Paulhan ce « Voyage » est un véritable « Classique ». Mais foutre qui n'en veut ? le me réédite et le douille ? Je meurs de « soif auprès de la fontaine »! Cent là qui se tâtent se touchent et ne se finissent pas!… même la Voilier toute Julotte qu'elle est, flageole au but… Le Fasquelle flanelle… fiasque… et la nénéref ? Ils ne veulent traiter qu'avec ma veuve. »

  • Lettres à la NRF, Choix 1931-1961 (1948), Louis-Ferdinand Céline, éd. Gallimard, coll. « Folio », 1991, p. 59


« Les Romains trop métissés se sont donné deux capitales, j’en ferais tout autant. Marseille et Paris. L’une pour la France méridionale, latine si l’on veut, byzantine, « Suralgérique », tout aux métis, tout aux zazous […]. L’autre pour la France « nord de la Loire » la France travailleuse et raciste,[…], c’est à tenter. Je crois qu’il est peut-être temps que s’opèrent quelques grandes réformes. »

  • L'embarcadère des lettres, Rémi Duchêne, éd. JC Lattès, 2013, p. 135


Interviews[modifier]

« Une prison c'est toujours un endroit assez noble, alors qu'une foire est toujours un endroit très vulgaire. L'homme ne sait pas être distingué en s'amusant. Tandis que, on peut pas dire, une prison, c'est un endroit distingué, les hommes y souffrent, ça vaut la peine. C'est distingué une prison, mais pas un endroit commun, tandis que la foire à Neuilly, enfin quand elle existait, ou la foire du Trône, c'est une chose horripilante de vulgarité. »

  • Louis-Ferdinand Céline, Lectures pour tous, Pierre Dumayet, Première chaîne de l'ORTF (archive INA, 11'24-11'51), 17 juillet 1957


« Je vois dans ces flots d'invectives, je vois surtout des gens qui boivent, qui mangent, qui dorment, qui font toutes les fonctions humaines qui sont toutes assez vulgaires. Je dirais qu'ils sont lourds, leur esprit est lourd, c'est ça qui me semble surtout. Il n'a jamais cessé d'être lourd. Je l'ai remarqué, j'ai lu… tellement de vers, et particulièrement des vers du XVIIe, des vers soi-disant galants, j'en ai trouvé trois quatre de bons, sur des milliers n'est-ce pas ? Il y a très peu de légèreté chez l'homme, il est lourd, n'est-ce pas ? Et alors maintenant il est extraordinaire de lourdeur, depuis l'auto, l'alcool, l'ambition, la politique, le rendent lourd, encore plus lourd. Ce qui fait qu'il est extrêmement lourd. Nous verrons peut-être un jour une révolte de l'esprit contre… le poids, n'est ce pas ? mais c'est pas pour demain. »

  • Louis-Ferdinand Céline, Lectures pour tous, Pierre Dumayet, Première chaîne de l'ORTF (archive INA, 16'10-17'06), 17 juillet 1957


Citation rapportée de Céline[modifier]

« {{{1}}} »

  • Une inconnue des sciences sociales: la Fondation Alexis Carrel, 1941-1945, Alain Drouard, éd. MSH, 1992, p. 134


Citations sur Céline[modifier]

« {{{1}}} »


« {{{1}}} »

  • « Mon ami Céline par Pierre Duberger », Pierre Duberger, Magazine littéraire, nº hors-série n°4, 4e trimestre 2002, p. 8


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :