Progressisme

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le progressisme est un courant politique soutenant les réformes politiques, économiques, sociales et sociétales. Il s’opppose au conservatisme et à la réaction.

Charles Baudelaire[modifier]

La croyance au progrès est une doctrine de paresseux, une doctrine de Belges. C’est l’individu qui compte sur ses voisins pour faire sa besogne.
  • « Mon cœur mis à nu », dans Œuvres complètes (1887), Charles Baudelaire, éd. Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2004, p. 408


Franz Kafka[modifier]

Croire au progrès, cela ne signifie pas croire qu’un progrès a déjà eu lieu. Sinon ce ne serait pas une croyance.
  • Les Aphorismes de Zürau, Franz Kafka (trad. Hélène Thiérard), éd. Gallimard, 2010, p. 61


Pierre-André Taguieff[modifier]

À travers bien des avatars, le progressisme, né dans l’enthousiasme pour les Lumières, a fini par devenir une nouvelle orthodoxie et, à travers son instrumentalisation par le totalitarisme communiste, une doctrine de haine doublée d’un permis de haïr avec bonne conscience. Le progressisme, c’est la foi dans le progrès sans l’esprit critique ni le sens de la tolérance, avec la conviction dogmatique de posséder la vérité et d’être installé dans le Bien.

Geoffroy de Lagasnerie[modifier]

[N]ous vivons aujourd’hui une époque inquiétante, peut-être préfasciste, et il est fou de remarquer que l’espace culturel et médiatique ne fait pas obstacle à ces pulsions mais s’en fait le relais complaisant. Que soit présenté comme une ouverture le fait de diffuser des propos et des auteurs aussi violents est accablant. Rendre infréquentables un certain nombre d’auteurs et de thèmes me paraît à l’inverse la définition même d’une démarche progressiste.
  • « Geoffroy de Lagasnerie : “Il faut assumer le chaos dans lequel nous vivons” », Propos recueillis par Pierre Bussière, Le Nouveau Magazine littéraire, 5 octobre 2018 (lire en ligne)


Éric Zemmour[modifier]

Progressisme : la religion du progrès, un millénarisme qui fait de l’individu un dieu et de ses volontés jusqu’aux caprices un droit sacré et divin. Le progressisme est un matérialisme divinisé, qui croit que les hommes sont des êtres indifférenciés, interchangeables, sans sexe ni racines, des êtres entièrement construits comme des Lego et qui peuvent être donc déconstruits par des démiurges. Le progressisme est un messianisme, un messianisme sécularisé, comme le furent le jacobinisme, le communisme, le fascisme, le nazisme, le néo-libéralisme aussi ou le droit-de-l’hommisme. Le progressisme est une révolution.
  • Définition du progressisme proposée par Éric Zemmour à son audience, dans le cadre de la Convention de la droite tenue à Paris le 28 septembre 2019.


Voir aussi[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :