Passé

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Souvenirs d'antanFélicien Rops (1881)

Littérature[modifier]

Écrit intime[modifier]

Paul Klee, Journal, 1957[modifier]

7-12-1901. Deux lettres et deux cartes sont en route vers le Nord qui ne supposent point de réponse. Je veux savoir rompus la plupart des fils qui me rattachent à naguère. Peut-être est-ce là l'indice d'une commençante maîtrise. Je me sépare de ceux qui m'avaient enseigné. Ingratitude de l'élève ! Que me reste-t-il alors ? Rien que l'avenir.


J'ai porté cette guerre en moi depuis longtemps. C'est pourquoi elle ne me concerne pas intérieurement.
Pour me dégager de mes ruines, il me fallait avoir des ailes. Et je volai. Dans ce monde effondré je ne m'attarde plus guère autrement qu'en souvenir, à la manière dont on pense parfois au passé.
Ainsi je suis « abstrait avec des souvenirs ».


Poésie[modifier]

Henri de Régnier, Les jeux rustiques et divins, 1897[modifier]

A la grève où le passé chante
Et que fuit, pour y revenir,
La mer, je suis lié par l’ancre
Invisible du souvenir.

  • « Passé », dans Les jeux rustiques et divins, Henri de Régnier, éd. Mercure de France, 1897, p. 234


Les Heures du Passé songent dans l’ombre.

  • « Ode II », dans Les jeux rustiques et divins, Henri de Régnier, éd. Mercure de France, 1897, p. 239


Prose poétique[modifier]

André Gide, Les Nouvelles Nourritures, 1919[modifier]

O toi que j'aime, enfant ! je te veux entraîner dans ma fuite. D'une main prompte saisis le rayon ; voici l'astre. Accours ! Déleste-toi. Ne laisse plus le poids du plus
léger passé t'asservir.
De l'amour et de la pensée, c'est ici le confluent subtil !
La page blanche
luit devant moi.
Et de même que le Dieu se fait homme, ainsi vient se soumettre aux lois du rythme mon idée.

  • « Les Nouvelles Nourritures », André Gide, Littérature, nº 1, Mars 1919, p. 2


Robert Desnos, La liberté ou l'amour !, 1927[modifier]

Dans le désert, perdu, irrémédiablement perdu, l’explorateur casqué de blanc se rend compte enfin de la réalité des mirages et les trésors inconnus, les faunes rêvées, les flores invraisemblables constituent le paradis sensuel où il évoluera désormais, épouvantail sans moineaux, tombeau sans épitaphe, homme sans nom, tandis que, formidable déplacement, les pyramides révèlent les dés cachés sous leur masse pesante et posent à nouveau le problème irritant de la fatalité dans le passé et de la destinée dans le futur.


Roman[modifier]

Cormac McCarthy, Des villes dans la plaine, 2002[modifier]

Une forme sans histoire n'a pas le pouvoir de se perpétuer. Ce qui n'a pas de passé ne peut avoir d'avenir.
  • Des villes dans la plaine, Cormac McCarthy (trad. François Hirsch et Patricia Schaeffer), éd. Éditions de l'Olivier, 2002, p. 309


Psychanalyse[modifier]

Marthe Robert, La Révolution psychanalytique, 1964[modifier]

Éros et la mort

De par son origine archaïque, il[le Surmoi] est le représentant du passé, de la tradition, de l'inactuel.
  • La révolution psychanalytique — La vie et l'œuvre de Freud (1964), Marthe Robert, éd. Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 1989  (ISBN 2-228-88109-0), 25. Éros et la mort, p. 362


Alberto Eiguer, Psychanalyse du libertin, 2010[modifier]

Libertinage, le plaisir et la joie

En général, le libertin semble se détourner du passé et ne jamais penser à l'avenir : il vit dans un temps présent. Les jouissances passées sont vite oubliées et la quête est à renouveler.
  • Psychanalyse du libertin, Alberto Eiguer, éd. Dunot, coll. « Psychismes », 2010  (ISBN 978-2-10-054958-0), partie I. Libertinage, le plaisir et la joie, chap. Les libertins sont-ils des pervers ?, p. 16


Anne Calife sous le nom de Anne Colmerauer, La déferlante, 2003[modifier]

Jusque- là, mon passé ne m’envoyait que de gentilles bouteilles avec du parchemin jauni. Le réseau maillé des mauvais souvenirs a ressurgi, filet oublié dans l'océan gigantesque de la mémoire.
  • La déferlante, Anne Calife, éd. Balland,2003, réédition Menthol House, 2003  (ISBN 2-7158-1436-4), p. 84


Impossible d’avoir un œil juste sur le passé. Leurs morceaux du passé sont comme les vitraux d’églises, enchâssés dans du plomb : autant de vues que de couleurs...
  • La déferlante, Anne Calife, éd. Balland, 2003, réédition Menthol House, 2003  (ISBN 2-7158-1436-4), p. 88

Psychologie[modifier]

Mary Esther Harding, Les Mystères de la femme, 1953[modifier]

Dans les textes tantriques [...] il est dit que l'évolution de la conscience passe, grâce au croissant, de la région humide à la zone enflammée du soleil, et de là, à travers la région de l'air, à la pleine lune. Celui qui atteint la pleine lune « voit les trois périodes et a la vie longue », il est aux portes de la « grande libération ». Ces trois périodes sont le passé, le présent et l'avenir. Elles correspondent aux trois mondes des mythes de la lune : les enfers, la terre et les cieux. [...] en termes de psychologie, celui qui a atteint au royaume de la pleine lune a gagné la connaissance de l'inconscient qui est source, passé, origine ; il possède la puissance dans le monde présent, son regard pénètre l'avenir. En un sens il échappe au temps dont il transcende les limites. Il a acquis l'immortalité.
  • Les Mystères de la femme (1953), Mary Esther Harding (trad. Eveline Mahyère), éd. Payot & Rivages, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2001  (ISBN 2-228-89431-1), chap. XIV. Renaissance et immortalité, p. 317


Voir aussi[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :