Les Guignols

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Guignols, précédemment nommés Les Guignols de l'info et Les Arènes de l'info, sont une émission satirique comique diffusée sur Canal + depuis 1988.

L'émission parodie sous la forme de marionnettes l'actualité et les grands sujets du moment, tous les créneaux sont abordés même si la politique française est le sujet le plus abordé (mais ne s'y limite pas exclusivement contrairement au Bébête Show).

Pot de départ[modifier]

Les 22 avril et 6 mai 2007, les Guignols firent l'opération pot de départ (référence à Jacques Chirac qui quittera le pouvoir) également nommée Votez + en programmant des émissions en direct le soir de l'élection présidentielle.

1er tour[modifier]

PPD : Monsieur de Villiers, un mot peut être ?
Philippe de Villiers : Hum hum. Savez vous que sous ce plateau il y a 28 mosquées clandestines et deux ateliers de fabrique de couscoussières explosives et de merguez à l'anthrax.
PPD : Oui bon, c'était pas la peine en fait.

  • 3e minute
  • Équipe des Guignols, Les Guignols de l'info - Pot de Départ, Canal +, 22 avril 2007


PDD : Oui, monsieur Lang ?
Jack Lang : Il y a eu une formidable mobilisation chez les français, que ce soit Bénabar, Philippe Torreton ou Jeanne Moreau, tous les français y sont allés.
PDD : Madame Buffet ?
Marie-Georges Buffet : Vous savez, les idées communistes ont du mal à trouver leur électorat en France. Il parait que si je m'étais présentée en Chine, je serais passée dès le premier tour.

  • 5e minute, les invités sont interrogés sur la participation exceptionnelle au vote.
  • Équipe des Guignols, Les Guignols de l'info - Pot de Départ, Canal +, 22 avril 2007


Bernard Kouchner : Oui ben c'est ça polémiquons, et pendant ce temps au moment où je vous parle, au Darfour, des enfants meurent à chaque seconde.
PPD : Oui mais nous c'est une soirée politique française hein, on se concentre sur la France.
Bernard Kouchner : Peut être, mais savez vous que pendant le temps que vous avez prit pour prononcer cette phrase, 4 enfants sont morts au Darfour.
PDD : Oui, on sait, c'est terrible.
Bernard Kouchner : Et pendant que moi je parlais, à l'instant même, 13 enfants sont morts.
PDD : Oui ben essayer de vous taire alors. Pénible ce Kouchner, toujours là à mettre une sale ambiance sur le plateau.

  • Équipe des Guignols, Les Guignols de l'info - Pot de Départ, Canal +, 22 avril 2007


PPD : Une campagne confuse, les votes n'ont jamais été aussi indécis, une explication à cette confusion les Bernard ?
Bernard Tapie : Attends bonhomme moi j'ai jamais tortillé du cul, chuis de gauche, j'étais ami de Mitterrand, j'ai donc voté Sarkozy.
PDD : Mm, oui. Bernard Kouchner ?
Bernard Kouchner : Pour moi ça a été clair dès le départ, je suis socialiste depuis toujours, j'ai voté François Bayrou mais si Sarkozy gagne, ça ne me dérange pas non plus.

  • 13e minute, les invités sont sur un plateau spécial Bernard avec Bernard Kouchner, Bernard Tapie et Bernard (sic) Voynet.
  • Équipe des Guignols, Les Guignols de l'info - Pot de Départ, Canal +, 22 avril 2007


PPD : Premier avec 29,4 % des voix : Nicolas Sarkozy.
Jacques Chirac : Ha merde !
PPD : Ha c'était votre candidat monsieur Chirac.
Jacques Chirac : Ha ben le vote est secret d'Arvor.

  • 24e minute, les résultats sont dévoilés et commentés.
  • Équipe des Guignols, Les Guignols de l'info - Pot de Départ, Canal +, 22 avril 2007


PDD : Je vous laisse découvrir les chiffres des petits candidats.
Jacques Chirac : Ceux qu'on appelle les nullards, ce qui fallait dire. Alors Besancenot 4.7 %, pas mal pour un facteur. De Villiers 2.5 %, pas assez pour relancer les croisades. Buffet 2.1 %, ha ben elle a battu Robert Hue dis donc. (...) Nihous 1.2 %, bon ce soir c'est lapin à la moutarde pour lui (...) Schivardi avec 0.4 % hahahaha.

  • 24e minute, les résultats sont dévoilés et commentés.
  • Équipe des Guignols, Les Guignols de l'info - Pot de Départ, Canal +, 22 avril 2007


PPD : Nicolas Sarkozy sera donc au second tour, on le retrouve tout de suite depuis son QG de campagne pour sa première réaction.
Nicolas Sarkozy : Bon ben merci merci merci. Alors mon gouvernement [il lit une feuille]. Premier ministre : Arnaud Lagardère. Ministre de l'économie : Martin Bouygues. Ministre du budget : Bernard Arnault.
PPD : Monsieur Sarkozy.
Nicolas Sarkozy : Oui, cool, calme, zen, président.
PPD : Heu Mr. Sarkozy, il y a un deuxième tour.

  • 25e minute
  • Équipe des Guignols, Les Guignols de l'info - Pot de Départ, Canal +, 22 avril 2007


Les prochaines citations sont des commentaires de journaliste. À Solférino, QG du PS, deux journalistes d'I-Télé, Michel Denis et un autre Michel, interrogent les politiques, Michel Denis est devant la caméra et l'autre est derrière la caméra, hors-champ, ce dernier distribuant les commentaires sarcastiques.

Michel Denis : Oui, je suis avec Laurent Fabius, soutien de Ségolène Royal.
Michel caméraman : Oh, la vache ! Soutien il a dit, t'as peur de rien Denis là !

  • Équipe des Guignols, Les Guignols de l'info - Pot de Départ, Canal +, 22 avril 2007


Michel caméraman : Attends, excuse-moi, je comprends pas ce qu'on fout là parce que si on voulait trouver des soutiens à Ségolène Royal, c'est surement pas au PS qu'il fallait y aller.

  • Équipe des Guignols, Les Guignols de l'info - Pot de Départ, Canal +, 22 avril 2007


Michel caméraman : [au siège du PS, avec des drapeaux français étendus de partout] : Oh c'est pas vrai, t'es sûr qu'on n'est pas au FN Denis ?
PPD : Oh Michel !

  • Équipe des Guignols, Les Guignols de l'info - Pot de Départ, Canal +, 22 avril 2007


Michel caméraman : [devant Ségolène Royal qui chante La Marseillaise] Attends Denis, pousse toi, je la vois pas.
Michel Denis : Attend Michel, je l'interview.
Michel caméraman : Ouais ouais, fais ton boulot, moi je mate, parce que si il y a bien un truc intéressant dans cette campagne, c'est de voir Madame Royal, non ?
PPD : Bon heu pas d'avis politique s'il vous plait Michel.
Michel caméraman : C'est pas d'avis politique, c'est esthétique. Chais pas vous mais moi, j'aime bien les brunes. Putain, je peut te dire, y a cinq ans on suivait Laguiller, moi je regardais dehors !

  • 20e minute
  • Équipe des Guignols, Les Guignols de l'info - Pot de Départ, Canal +, 22 avril 2007


2e tour[modifier]

PPD : Mais avant cela nous allons commencer par dresser un bref portrait des deux candidats avec Jean-Michel Aphatie. Jean-Michel, bonsoir.
Jean-Michel Aphatie : Bonsoir
PDD : On va commencer par le portrait de Nicolas Sarkozy.
Jean-Michel Aphatie : Avec plaisir, Nicolas Sarkozy est le candidat de l'UMP. Il a été un piètre ministre de l'intérieur qui a truqué les chiffres de l'insécurité et a laissé place Beauvau un bilan catastrophique. Quand à son passage au ministère de l'économie en 2004, il n'est guère meilleur puisqu'il a laissé une dette astronomique. Il est autoritaire, populiste et ultralibéral, 50 % des français ont bien raison de s'inquiéter.
PDD : Ha ça oui jamais une élection n'aura fait aussi peur. Et Ségolène Royal maintenant.
Jean-Michel Aphahie : Alors Ségolène Royal est la candidate du parti socialiste. Elle est passée totalement inaperçu au ministère de l'environnement en 1992 et son passage au ministère de la famille a été un cataclysme sans nom. Comme présidente de la région Poitou-Charente, à peine arrivée, elle a augmentée les impôts de 25 %. Elle est incapable, inculte, autoritaire et acariâtre.
PDD : Merci Jean-Michel.
Jean-Michel Aphatie : Oui alors votre merci est un merci de faux-cul, ce qui ne m'étonne guère puisque vous êtes un journaliste médiocre, fainéant, carriériste et un très mauvais écrivain.
PPD : [insistant] Oui oui c'est bon, c'est bien moi merci.

  • 1ère minute
  • Équipe des Guignols, Les Guignols de l'info - Pot de Départ, Canal +, 6 mai 2007


PPD : Avant de faire un retour sur la course présidentielle, nous on rejoint sur ce plateau deux soutiens people, Steevy Boulay pour Nicolas Sarkozy et Bernard-Henri Lévy pour Ségolène Royal. Messieurs bonsoirs.
BHL et Steevy Boulay : Bonsoir.
PPD : On sent encore plus de tensions ce soir qu'il y a 15 jours.
Steevy Boulay : Ha ouais, ha ouais bé ouais, ça monte trop en puissance, le premier tour déjà c'était génial, alors là le deuxième tour c'est le feu alors je te raconte même pas l'ambiance qu'il va y avoir au troisième tour, hé ouais hé ouais hé ouais.
Bernard-Henri Lévy : Heu pourquoi m'engager en politique ? Parce que l'engagement est un combat du faible contre le fort, savez vous qu'à Sarajevo, j'ai vu la mort en face, au Darfour j'ai vu la mort en face, à Haïti, j'ai vu la mort en face.
Steevy Boulay : Moi j'ai vu La Mort aux trousses, mais c'était en DVD, c'est génial, en fait on a trop de points communs hé ouais.
PPD : Merci Steevy, merci BHL.
Steevy Boulay : BHL ! Le mec qui a inventé le bazar d'hôtel de ville, oh je savais pas, j'adore tes magasins c'est trop pratique !

  • 9e minute de l'émission
  • Équipe des Guignols, Les Guignols de l'info - Pot de Départ, Canal +, 6 mai 2007


PPD : On vous propose de voir la France de ces cinq prochaines années si Nicolas Sarkozy est élu.
[Jingle du JT de 13h sur TF1]
Jean-Pierre Pernault : Nous sommes le mardi 6 mai 2008, bienvenue au journal de 13 heures. On commence par le citoyen français du jour, Jean-Michel, un citoyen modèle dont on découvre la journée. [Le reportage se lance, Pernault commente en voix-off] Jean-Michel s'est réveillé à cinq heures en écoutant Didier Barbelivien [la radio-réveil programme À toutes les filles…]. Sur le chemin du travail, il se branche sur Europe 1.
Jean-Pierre Elkabbach, à la radio : Il y a un an, la pouffiasse était écrasée par Nicolas Sarkozy, bon anniversaire à tous !
Jean-Pierre Pernault : Pendant sept heures de suite, Jean-Michel donne le meilleur de lui-même pour faire progresser le chiffre d'affaire de son entreprise. À la pause-déjeuner, Jean-Michel part pour l'Irak, où il va épauler les forces armées américaines qui luttent d'arrache-pied contre le terrorisme. De retour à 15 heures, il revient terminer son travail pour lequel il est payé 1 200 € par mois. Il rentre chez lui doucement sans avoir bu, sans avoir fumer car boire c'est mal et fumer tue. Pour être à 21 heures devant le dernier film de Christian Clavier. Enfin à 23 heures, il appelle sa femme au Mali avec laquelle il est marié depuis 5 ans mais qui ne peut entrer en France, ayant échouée lamentablement au test de français : elle a mis un « S » à « Chou ». Certainement une kamikaze barbue excisée polygame qui comptait profiter à bon compte des allocations familiales. Jean-Michel, son mari, l'a courageusement dénoncée et a ainsi pu garder son salaire. Bravo Jean-Michel.

  • 11e minute de l'émission.
  • Équipe des Guignols, Les Guignols de l'info - Pot de Départ, Canal +, 6 mai 2007


Sketchs[modifier]

La Peur[modifier]

Monsieur Sylvestre : Messieurs, bonjour. Davos, c'est bientôt, et je vous apprendrai rien en vous disant que notre situation est fragile. Ça patoche depuis 10 ans, marché saturé, concurrence sauvage des chintoks qui fabriquent mieux et 40 fois moins cher… […] Les matières premières qui s'épuisent… […] Je parle même pas de la pollution et des catastrophes naturelles. Bref, c'est la merde. […] On crée de la misère partout, les peuples n'ont plus d'espoir, on est aux limites de notre système. Alors comment faire pour éviter la révolution et garder le pouvoir ? Parce que c'est quand même ce qui nous va le mieux, hein ! […] Ça fait cent ans qu'on fait du libéralisme plein-pot chez nous. Résultat on est à 65 millions de pauvres. On est mal, là !
Ernest-Antoine Seillière : Mais, vous êtes loin de la révolution, que diantre ! Pas de grève chez vous !
Monsieur Sylvestre : Justement, t'as mis le doigt dessus : comment garder un pays calme avec des pauvres qui crèvent dedans ? […] il faut trouver des partenariats privilégiés. Et notre partenaire privilégié du moment, c'est notre invité de ce soir. Applaudissements s'il-vous-plaît pour Oussama Ben-Laden.
Oussama Ben-Laden : Salam Aleikoum ! Je sais, ça peut choquer. Mais mettons nos émotions de côté et regardons les choses de façon pragmatique. Notre implantation aux États-Unis il y a quatre ans a permis de renforcer les pouvoirs de monsieur Bush.
George W. Bush : C'est moi !!!
Oussama Ben-Laden : Oui, George, merci, oui. Et grâce à nous, grâce à la peur : développements des crédits militaires sans précédent, contrôle des citoyens, Patriot Act
Monsieur Sylvestre : Guantanamo
Oussama Ben-Laden : Exactement ! Le pays est tenu. Espagne : nous renversons le cours d'une élection à deux jours du vote. France : vidéo-surveillance en extension, arrestations de terroristes supposés, peur générale comme thème de campagne… […] Bref, d'une manière ou d'une autre, nous sommes partenaires, mais hélas si fragile… Notre recrutement devient de plus en plus difficile chez vous. Je sais. Pour que notre partenariat fonctionne encore longtemps, je vous demande souplesse et flexibilité. […] Je suis ici pour vous demander : un, d'accentuer l'amalgame entre musulman et terroriste ; deux, de développer la misère ; trois, communiquer sur les actions d'Al-Qaïda. En échange, je vous offre… la peur ! Nos attentats, c'est votre sécurité ! Merci de votre attention.
George W. Bush, applaudissant : Bravo !

  • Équipe des Guignols, Les Guignols de l'info, Canal +, 2005


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :