Bande dessinée

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page est une ébauche à compléter, vous pouvez partager vos connaissances en la modifiant.
Un choix d'exemples d'albums montrant la diversité de la bande dessinée. De gauche à droite : des mangas, des bandes dessinées franco-belges, des comics et des romans graphiques.

Une bande dessinée (dénomination communément abrégée en BD ou en bédé) est une forme d'expression artistique, souvent désignée comme le « neuvième art », utilisant une juxtaposition de dessins (ou d'autres types d'images fixes, mais pas uniquement photographiques), articulés en séquences narratives et le plus souvent accompagnés de textes (narrations, dialogues, onomatopées). Apparue au cours du XIXe siècle, elle se répand massivement au XXe siècle en se diversifiant beaucoup et acquiert peu à peu une reconnaissance critique et publique. Aux États-Unis, on parle de comics, tandis qu'au Japon cet art est appelé manga.

Citations[modifier]

Claire Bretécher[modifier]

L'Express : Vous avez été une pionnière dans le monde très masculin de la bande dessinée. Cela a-t-il été difficile ?
Claire Bretécher : J'ai toujours été bien accueillie. C'était comme une distraction de voir débarquer une fille. Je n'ai jamais ressenti de misogynie. C'était mal vu, à une époque, de dire cela. Il fallait raconter qu'on avait dû lutter durement !

  • « Claire Bretécher: "Je suis raisonnablement misanthrope" », Claire Bretécher, propos recueillis par Marion Festraëts, L'Express, 19 mars 2019 (lire en ligne)


Jean Giraud[modifier]

Télérama : Pourquoi la BD a-t-elle aussi peu de reconnaissance officielle en France ?
Parce qu'elle porte un péché originel : avoir travaillé pour les enfants. Quand je suis arrivé dans le métier à la fin des années 1950, le mot d'ordre était : « Pas de vagues. » Tout le monde était dans le collimateur de la police, au moindre faux pas, une image dérangeante, un dialogue pas clair, c'était la convocation au Quai des Orfèvres et le risque d'être suspendu, au nom de la protection de l'enfance.

  • « Mœbius : “J'ai très tôt été attiré par l'envers du décor” », Jean Giraud, propos recueillis par Stéphane Jarno, Télérama, 1er octobre 2010 (lire en ligne)


Nous étions une phalange d'aventuriers fous, Gotlib, Mandryka, Bretécher, Druillet qui prétendions changer le regard porté sur la BD. Nous ne supportions plus qu'Hergé ou Jacobs soient considérés comme des auteurs mineurs, nous voulions démontrer que notre « sous-genre » pouvait sans se renier accompagner les lecteurs dans l'âge adulte. Jusqu'alors, quand on devenait « grand », on brûlait symboliquement deux choses : les culottes courtes et les bandes dessinées. Grâce à nous, les adultes d'aujourd'hui n'ont plus honte de faire leur coming out bédéphile.
  • « Mœbius : “J'ai très tôt été attiré par l'envers du décor” », Jean Giraud, propos recueillis par Stéphane Jarno, Télérama, 1er octobre 2010 (lire en ligne)


François Schuiten[modifier]

Selon moi, il y a encore un mépris institutionnel face à la bande dessinée… ce qui provoque les débordements du monde marchand. Lorsque Beaubourg réalise une exposition Franquin, elle est constituée en majeure partie de fac-similés. Ils n’ont pas la même rigueur, la même ambition que pour les autres arts ! Et tant que dessinateur, cela me révolte !
  • « François Schuiten : « L’Affaire Jacobs nous pose à tous un cas de conscience » », François Schuiten (propos recueillis par ActuaBD), ActuaBD, 10 février 2018 (lire en ligne)


J’ai le sentiment qu’aujourd’hui un dessinateur de BD vit de moins en moins bien de son art. Moi-même, au fur et à mesure de ma carrière, j’ai dû me diversifier. Je me suis tourné vers l’illustration, l’affiche, la scénographie. Pour financer la création longue de mes BD, j’ai dû parfois avoir recours à la vente d’originaux. C’est une équation que je n’arrive plus à résoudre. C’est pour cette raison que j’ai envie de tirer le signal d’alarme pour moi comme pour les autres dessinateurs. Le scénariste Yann disait il y a peu que «les dessinateurs de BD étaient la variable d’ajustement de la création»... Je vois un système qui s’affole... Cela m’inquiète fortement.
  • « François Schuiten: «Arrêter la BD? Il ne faut jamais dire jamais!» », François Schuiten, propos recueillis par Olivier Delcroix, Le Figaro, 6 juin 2019 (lire en ligne)


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :