Gotlib

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Marcel Gotlib en 1973.

Marcel Gottlieb, dit Gotlib, né le 14 juillet 1934 à Paris et mort le 4 décembre 2016 au Vésinet (Yvelines)1,2, est un auteur français de bande dessinée, artiste, écrivain, dessinateur, éditeur et militant. Il est surtout connu pour ses magazines qu'il a conjointement fondés, comme L'Écho des savanes et Fluide glacial. Il est également connu pour ses histoires humoristiques (Gai-Luron, Les Dingodossiers, Rubrique-à-brac, Superdupont) et les nombreuses pages qu'il a publiées dans deux importants mensuels qu'il a créés dans les années 1970, L'Écho des savanes et Fluide glacial.

Citations de ses bandes dessinées[modifier]

Signature de Gotlib dans les Rubrique-à-brac.

Pilote[modifier]

Rubrique-à-brac[modifier]

Pourquoi Isaac Newton?

Pour une raison très simple: ce génial savant révolutionna la science de son époque , jetant les bases de son immortelle théorie sur la gravitation universelle, tenez-vous bien, rien qu'en recevant une pomme sur la tête !...C'est bien là le gag le plus gigantesque qui soit, et à ce titre, son auteur méritait de passer à la postérité en tant que Patron de la bande-dessinée comique. Ce qui est fait, désormais.

  • Référence au physicien Isaac Newton, personnage récurrent de la Rubrique-à-brac
  • « Préface », Gotlib, dans Rubrique-à-brac, Tome 1, éd. Dargaud, 1970, p. 1


Le Pélican est, avec le kangourou, le seul animal à posséder une poche ventrale sous le bec...
  • « Le pélican », Gotlib, dans Rubrique-à-brac , Tome 1, éd. Dargaud, juillet 1968, p. 6


Moralité : Père y colle au zoo ce porc Jerzy.
  • Allusion à l’avertissement « è pericoloso sporgersi » ("il est dangereux de se pencher à l'extérieur", en italien) qui lu à la française est homophone à la lecture populaire de la moralité : Pér’y-coll’au-zoo-s’porc Jerzy.
  • « Fable-express: Mon ami Jerzy… », Gotlib, dans Pilote Super Pocket, Tome 1, éd. Dargaud, juillet 1968, p. 2


L'humour est une chose trop sérieuse pour la confier à des rigolos
  • « Imprudence », Gotlib, dans Rubrique-à-brac , Tome 2, éd. Dargaud, 1971, p. 86


Un état sans justice, c'est comme une soupe sans moustache
  • « Bougret the policeman », Gotlib, dans Rubrique-à-brac, Tome 3, éd. Dargaud, 1972, p. 4


Bon sang mais c'est bien sûr !
  • Référence à l'expression couramment utilisée par le commissaire Bourel dans Les Cinq Dernières Minutes;" Bon sang mais c'est...bien sûr ! " L'inspecteur Charolles utilisera cette phrase comme de nombreuses autres dans toutes les aventures de Bougret et Charolles
  • « Bougret et Charolles », Gotlib, dans Rubrique-à-brac, Tome 3,4 et 7, éd. Dargaud, 1972, p. 8,25,27,32,42,51,56 (Tome 3) et 8 (Tome 4)


Propos publics[modifier]

Le jour où il y aura moins de cons, les gens seront plus heureux et il n’y aura plus de créateurs.
  • « Gotlib était-il un gai luron ? Réponse en deux émissions sur France Culture », Gotlib, propos cités par Laurence Le Saux, Télérama, 31 janvier 2020 (lire en ligne)


Citations au sujet de Gotlib[modifier]

Nous étions une phalange d'aventuriers fous, Gotlib, Mandryka, Bretécher, Druillet qui prétendions changer le regard porté sur la BD. Nous ne supportions plus qu'Hergé ou Jacobs soient considérés comme des auteurs mineurs, nous voulions démontrer que notre « sous-genre » pouvait sans se renier accompagner les lecteurs dans l'âge adulte. Jusqu'alors, quand on devenait « grand », on brûlait symboliquement deux choses : les culottes courtes et les bandes dessinées. Grâce à nous, les adultes d'aujourd'hui n'ont plus honte de faire leur coming out bédéphile.
  • « Mœbius : “J'ai très tôt été attiré par l'envers du décor” », Jean Giraud, propos recueillis par Stéphane Jarno, Télérama, 1er octobre 2010 (lire en ligne)


Deux personnages cohabitent en Marcel Gotlib. Un rigolard, féru de gags graphiques et de dialogues « non-sensiques », et un anxieux, quasi dépressif.
  • « Gotlib, trait pour trait », Yves-Marie Labé, Le Monde, 5 novembre 2006 (lire en ligne)


[Gotlib et René Goscinny] avaient en commun d'être de bons élèves qui jouaient à être des cancres.
  • Au sujet des débuts de Gotlib sous la direction de René Goscinny à la rédaction du journal Pilote en 1964.
  • « Gotlib était-il un gai luron ? Réponse en deux émissions sur France Culture », Pascal Ory (historien), propos cités par Laurence Le Saux, Télérama, 31 janvier 2020 (lire en ligne)


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :