Philippe Druillet

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Fresque de science-fiction réalisée par Philippe Druillet en 2015 sur le mur de la Société archéologique et historique de la Charente à Angoulême.

Philippe Druillet, né le 28 juin 1944 à Toulouse, est un dessinateur et scénariste de bande dessinée français. Il est également affichiste, sculpteur et décorateur. Il co-fonde, en 1974, avec Jean Giraud et Jean-Pierre Dionnet, le mensuel Métal hurlant et la maison d'édition Les Humanoïdes Associés. Druillet s'est fait connaître par ses bandes dessinées de science-fiction comme la série des Loane Sloane, puis par ses nombreuses œuvres sur des supports très variés, seul ou en collaboration. Il a également été concepteur visuel pour plusieurs jeux vidéo (Ring d'après Wagner et Salammbô d'après Flaubert, développés par Cryo).

Citations[modifier]

Propos publics[modifier]

Je suis toujours parti d’un principe très simple et je l’ai appliqué pendant des années, c’est que quand un artiste à un univers, n’importe quel artiste d’ailleurs, cet univers peut s’appliquer sur des formes différentes, c’est à dire que lorsque monsieur Druillet à fait des affiches de films à l’époque, que ce soit La Guerre du feu ou Le Nom de la rose par exemple, les gens reconnaissait à la fois le travail de Philippe Druillet, son style, et en même temps son application par rapport à la commande qui était une affiche de film.
  • « Interview de Philippe Druillet », Philippe Druillet, propos recueillis par BD Zoom, BD Zoom, 2 septembre 2006 (lire en ligne)


En fin de compte, je suis à un carrefour ou se rencontrent les traditions du XIXème siècle, que j’adore, avec les instruments de la modernité comme la bande dessinée et l’infographie.
  • « Interview de Philippe Druillet », Philippe Druillet, propos recueillis par BD Zoom, BD Zoom, 2 septembre 2006 (lire en ligne)


Je suis né le 28 juin 1944. Ça ne vous dit rien, cette date? C'est le jour où Philippe Henriot, le chef de la Milice, le "Goebbels français", a été assassiné. Il se trouve que mon père était un haut responsable de la Milice et qu'Henriot était l'un de ses amis. Le jour de ma naissance, mon paternel n'a rien trouvé de mieux que d'écrire à la veuve d'Henriot pour lui annoncer qu'on allait me prénommer Philippe en hommage au défunt. Mon père était une ordure. Et ma mère ne valait pas beaucoup mieux. Drôle de début dans la vie, non ?
  • « Druillet: "Je suis un barbare!" », Philippe Druillet, propos recueillis par Jérôme Dupuis, L'Express, 9 janvier 2014 (lire en ligne)


Sans le savoir, notre œil stocke des images et notre imaginaire cherche une clef. Mes vaisseaux spatiaux sont nés indirectement de vieux tracteurs rouillés du Gers. Et puis, il y avait des ciels étoilés incroyables, l'été ! Superposez une machine agricole et ces galaxies, et vous avez mon univers graphique.
  • « Druillet: "Je suis un barbare!" », Philippe Druillet, propos recueillis par Jérôme Dupuis, L'Express, 9 janvier 2014 (lire en ligne)


Je suis fou à lier, je suis un barbare. J'ai traversé des crises inouïes. Trois fois j'ai connu le delirium tremens, le vrai, avec les crapauds et les lézards qui vous frôlent le corps, qui repartent, qui reviennent. J'ai touché le fond quand ma première épouse, Nicole, que j'aimais, est morte d'un cancer, en 1975. Je me suis dit que, si les sculpteurs créaient des gisants et les musiciens des requiem, alors il n'y avait pas de raison qu'on ne puisse pas aborder la mort par la bande dessinée.
  • « Druillet: "Je suis un barbare!" », Philippe Druillet, propos recueillis par Jérôme Dupuis, L'Express, 9 janvier 2014 (lire en ligne)


Le dessin, c'est un combat entre la main et le cerveau. Le problème, c'est que c'est toujours le cerveau qui gagne, car il n'est jamais satisfait de ce que la main a tracé.
  • « Druillet: "Je suis un barbare!" », Philippe Druillet, propos recueillis par Jérôme Dupuis, L'Express, 9 janvier 2014 (lire en ligne)


Je suis un enfant d’Astérix. S’il n’y avait pas eu Astérix, il n’y aurait pas eu Druillet.
  • Druillet rappelle l'influence qu'a eue sur lui la bande dessinée franco-belge, pour se démarquer des critiques qui le rattachent avant tout aux comics américains.
  • « Interview 2017 : Philippe Druillet pour l’exposition Explorations », Philippe Druillet, propos recueillis par Typhaine Charrat, ActuSF, 31 octobre 2017 (lire en ligne)


Citations au sujet de Philippe Druillet[modifier]

Nous étions une phalange d'aventuriers fous, Gotlib, Mandryka, Bretécher, Druillet qui prétendions changer le regard porté sur la BD. Nous ne supportions plus qu'Hergé ou Jacobs soient considérés comme des auteurs mineurs, nous voulions démontrer que notre « sous-genre » pouvait sans se renier accompagner les lecteurs dans l'âge adulte. Jusqu'alors, quand on devenait « grand », on brûlait symboliquement deux choses : les culottes courtes et les bandes dessinées. Grâce à nous, les adultes d'aujourd'hui n'ont plus honte de faire leur coming out bédéphile.
  • « Mœbius : “J'ai très tôt été attiré par l'envers du décor” », Jean Giraud, propos recueillis par Stéphane Jarno, Télérama, 1er octobre 2010 (lire en ligne)


Cet homme est une légende. Ses fresques de science-fiction ont révolutionné la bande dessinée des années 1970. Du côté du cinéma, les réalisateurs de Star Wars ou de Mad Max n'ont jamais caché ce qu'ils devaient à ce Frenchie cofondateur du magazine Métal hurlant.
  • « Druillet: "Je suis un barbare!" », Jérôme Dupuis, L'Express, 9 janvier 2014 (lire en ligne)


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :