Claire Bretécher

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Claire Bretécher (prononciation : [brəteʃe]) (née le à Nantes et morte le ) est une auteure de bande dessinée humoristique et illustratrice française. Elle est connue pour des albums comme Les Frustrés et sa série Agrippine, qui parodient la vie des classes moyennes supérieurs urbaines dans la France de la fin du XXe et du début du XXIe siècle.

Citations[modifier]

À l'époque, l'idée m'est venue d'une espèce d'admiration générale pour les ados. Quoi qu'ils fassent, même si c'était des conneries, leurs parents les trouvaient géniaux. « Machinette a fait ça, c'est formidable, non ? » Tout était ainsi. Evidemment, quand on arrive à la came, à la prostitution et au hold-up, c'est moins sympa ! Mais il y avait un regard à la fois tragique, admiratif et envieux sur ces jeunes. C'est de cette ambiance qu'est née Agrippine. Comme mon livre sur les femmes enceintes, que j'ai fait à 40 ans, quand toutes mes copines étaient en cloque.
  • À propos de l'élaboration de sa série de bandes dessinées Agrippine.
  • « Claire Bretécher: "Je suis raisonnablement misanthrope" », Marion Festraëts, L'Express, 19 mars 2019 (lire en ligne)


Mon dessin relève moins du sens de l'observation que du sentiment d'appartenir à un groupe social. Je parle toujours plus ou moins de moi-même, et mes personnages se moquent beaucoup de mes propres travers.
  • « Claire Bretécher: "Je suis raisonnablement misanthrope" », Marion Festraëts, L'Express, 19 mars 2019 (lire en ligne)


L'Express : Comment travaillez-vous ?
Claire Bretécher : Quand l'idée vient, il faut s'y mettre tout de suite, sinon elle moisit et je n'ai plus envie. Quand je suis sur un album, je ne pense plus qu'à lui. Je me lève, je prends mon petit déjeuner et je me mets à ma table. J'arrête quand je suis moulue. Ou alors je travaille jusque vers 8 ou 9 heures du soir, avec un verre. J'aime bien. Les gens ne pensent pas que la bande dessinée, c'est du boulot. Mais un album me prend environ un an et demi. Davantage, s'il y a des choses techniques à dessiner. Comme des Vélib' ou des voitures. Je déteste ça !

  • « Claire Bretécher: "Je suis raisonnablement misanthrope" », Marion Festraëts, L'Express, 19 mars 2019 (lire en ligne)


L'Express : Vous avez été une pionnière dans le monde très masculin de la bande dessinée. Cela a-t-il été difficile ?
Claire Bretécher : J'ai toujours été bien accueillie. C'était comme une distraction de voir débarquer une fille. Je n'ai jamais ressenti de misogynie. C'était mal vu, à une époque, de dire cela. Il fallait raconter qu'on avait dû lutter durement !

  • « Claire Bretécher: "Je suis raisonnablement misanthrope" », Marion Festraëts, L'Express, 19 mars 2019 (lire en ligne)


Je fais un boulot où on est tout le temps seul. Dans une société où l'on ne parle que de relations sociales, de communication, je ne me sens pas intégrée. Remarquez que tous les gens qui font de la BD disent la même chose !

  • « Claire Bretécher: "Je suis raisonnablement misanthrope" », Marion Festraëts, L'Express, 19 mars 2019 (lire en ligne)


À propos de Claire Bretécher[modifier]

Roland Barthes[modifier]

L'Express : Il paraît que Roland Barthes a dit que Claire Bretécher était la meilleure sociologue de son temps. Est-ce vrai ?
Jean Daniel : Oui, quand il a dit cela, je l’ai rapporté dans l’éditorial. Je le cite régulièrement, récemment encore.
L'Express : Vous l’avez entendu dire ?
Jean Daniel : Oui, oui, oui, oui. Pas une fois, plusieurs fois ! Il n’y a pas de question sur l’authenticité du mot.

  • « Jean Daniel (Fondateur du Nouvel Observateur) : "Claire Bretécher faisait partie de l’ADN du journal !" », Jean Daniel (propos recueillis par Didier Pasamonik), ActuaBD, 14 décembre 2015 (lire en ligne)


Florence Cestac[modifier]

La bande dessinée est un univers masculin non machiste que Claire Bretécher, en créant des personnages éloignés des codes traditionnellement utilisés par les auteurs, a su pénétrer et bousculer.
  • « Les héros sont fatigués. », Florence Cestac, Revue des Deux Mondes, nº juillet-août 2000, juillet-août 2000, p. 119 et url (lire en ligne)


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :