Benoît Peeters

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Benoît Peeters au Salon du livre de Paris en 2010.

Benoît Peeters, né le 28 août 1956 à Paris, est un écrivain, un scénariste et un critique belgo-français. C'est également un spécialiste de l'univers de la bande dessinée Tintin.

Citations[modifier]

Propos publics[modifier]

Avec l’approche de l’an 2000, nous venons de vivre une forme de millénarisme qui a conduit à la panne d’imaginaire qui nous frappe aujourd’hui, François et moi. Il est vrai qu’aucun futurologue n’a décrit, même minimalement, les tendances majeures de ces dernières années : l’expansion fulgurante d’internet ou la venue d’une nouvelle forme de terrorisme.
  • « Interview. Spécial BD : François Schuiten et Benoît Peeters », Benoît Peeters (propos recueillis par Mehmet Koksal), Courrier international, 27 janvier 2005 (lire en ligne)


Le dessin dans la presse est souvent réduit à la caricature politique et l’image photographique souffre trop de la concurrence directe de l’image télévisée. Le dessin mérite de retrouver une place créative dans la presse écrite de même que la fiction.
  • « Interview. Spécial BD : François Schuiten et Benoît Peeters », Benoît Peeters (propos recueillis par Mehmet Koksal), Courrier international, 27 janvier 2005 (lire en ligne)


J’ai fait une licence de philosophie à la Sorbonne, tout en publiant un premier roman aux éditions de Minuit, Omnibus. À cette époque, j’ai fait la rencontre déterminante de Roland Barthes qui m’a dit : « Je vois bien que vous avez surtout envie d’écrire... Développez vos projets sans vous laisser bloquer par un cadre universitaire ». Mais le travail de réflexion m’intéressait déjà autant que l’écriture de fiction. Je suis entré à l’EHESS à l’automne 1976. L’année suivante, j’y ai entamé, sous la direction de Barthes un travail de diplôme sur Les Bijoux de la Castafiore, la plus étrange des Aventures de Tintin. Deux autres éléments m’ont conduit vers la bande dessinée : la lecture du premier numéro du magazine (À suivre), en février 1978, et les retrouvailles avec mon ami d’enfance François Schuiten, quelques mois plus tard. Le monde de la bande dessinée était en pleine effervescence. J’ai eu le sentiment que ce qui me passionnait, intellectuellement et littérairement, pouvait y trouver sa place. C’est comme cela que nous avons commencé Les Cités obscures (Casterman), vers 1980, sans imaginer un instant que nous réaliserions autant d’albums ensemble.
  • « Génie de la bande dessinée : De Rodolphe Töpffer à Emil Ferris. Épisode 2 : Les métamorphoses de la bande dessinée à partir de Winsor McCay », Benoît Peeters (propos recueillis par France Culture), France Culture, 6 novembre 2020 (lire en ligne)


Sans doute le travail théorique mené par certains d’entre nous a-t-il porté quelques fruits, mais c’est surtout l’évolution de la bande dessinée elle-même au cours des dernières années qui a joué un rôle décisif dans la reconnaissance de son statut culturel. Aujourd’hui, les grands auteurs – qu’il s’agisse des Américains Art Spiegelman et Chris Ware ou des Français David B., Joann Sfar, Lewis Trondheim et Emmanuel Guibert – sont aussi de grands connaisseurs de l’histoire du genre. Ils travaillent davantage les particularités de cet outil et produisent des œuvres très élaborées. De sorte que nous ne sommes guère surpris de voir Joann Sfar faire la couverture d’un hebdomadaire généraliste ou la BD entrer au musée.
  • « Hors-série Books : interview de Benoit Peeters », Benoît Peeters (propos recueillis par la revue Books), Actualitté, 10 avril 2010 (lire en ligne)


Certains intellectuels font même profession de mépris pour cet univers, à l’instar d’Alain Finkielkraut, qui continue d’associer Internet et bande dessinée – et probablement aussi le rock – comme autant de manifestations de la sous-culture. Mais il s’agit surtout d’ignorance et d’incuriosité. Bien sûr, une immense partie de la production est médiocre. Mais c’est aussi le cas en littérature ou dans n’importe quel domaine artistique. Le problème, c’est que le grand public manque des outils critiques, comme ceux déployés par la presse à propos du cinéma ou du roman, lui permettant de s’orienter au milieu de la production pléthorique des dernières années.
  • « Hors-série Books : interview de Benoit Peeters », Benoît Peeters (propos recueillis par la revue Books), Actualitté, 10 avril 2010 (lire en ligne)


Articles connexes[modifier]

Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :