Henri Wallon

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henri Wallon.

Henri Wallon (né le 15 juin 1879 et mort 1er décembre 1962) est un psychologue et homme politique français.


L'enfant turbulent, 1925[modifier]

Le stade de développement psychomoteur[modifier]

C'est dans la joie et la tristesse, celles des émotions dont les expressions est peut-être la plus humaine, que l'adaptation au rôle d'unir entre eux les individus par l'accord de leurs réactions et la sympathie se montre à l'état le plus pur. Encore ne faut-il pas tenir compte de l'angoisse, de son intime crispation et de ses répercussions organiques.
  • L'enfant turbulent, Dr H. Wallon, éd. PUF, 1984, partie I_ Le stade de développement psychomoteur, chap. Le stade émotif, p. 68


La colère a bien dans certains cas le sens d'une action cherchant à s'exercer sur autrui et par autrui.
  • L'enfant turbulent, Dr H. Wallon, éd. PUF, 1984, partie I_ Le stade de développement psychomoteur, chap. Le stade émotif, p. 68


Mais dans la mesure où l'émotion, est avec ou sans aide étrangère, réaction sur le milieu, l'exemple de la colère montre à quel point la jonction est précaire entre son mécanisme propre et les automatismes qu'elle tend à s'inféoder.
  • L'enfant turbulent, Dr H. Wallon, éd. PUF, 1984, partie I_ Le stade de développement psychomoteur, chap. Le stade émotif, p. 69


C'est l'espèce de conditions affectives qui parait commander les habitudes d'onanisme chez des enfants, par ailleurs très peu suspects de précocité sexuelle.
  • L'enfant turbulent, Henri Wallon, éd. PUF, 1984 (1ère édition : 1925), partie I_ Le stade de développement psychomoteur, chap. Le stade émotif, p. 107


L'accusation d'onanisme ne paraît pas plus que celle de fugue, résulter du seul désir de charger l'enfant, pour obtenir son internement. Elle répond bien le plus souvent, à son aspect de petit être rebuté, triste et timide. L'humiliation, le sentiment d'abandon et de solitude, incitent manifestement l'enfant à se masturber. Si c'est chez l'adolescent ou chez l'adulte que cette habitude se rencontre, elle paraît liée à l'évocation de situations ou de scènes en rapport avec la complexion génitale du sujet : le plus souvent un jaloux ou un masochiste, qui allie par conséquent encore l'excitation sexuelle aux dispositions dépressives. Sa réaction est du type conditionnel, comme toutes celles qui relèvent de l'émotion. L'excitation local n'est qu'un adjuvant, dont le sujet cherche plutôt à détourner sa pensée, loin d'y être attentif comme aux stimulations d'ordre sensoriel et véritablement tactile.
  • L'enfant turbulent, Henri Wallon, éd. PUF, 1984 (1ère édition : 1925), partie I_ Le stade de développement psychomoteur, chap. Le stade émotif, p. 108


Les syndromes psycho-moteurs[modifier]

Se développant sur un autre plan, l'émotion n'en est pas moins, entre l'automatisme et l'action objective, un moment de l'évolution psychique. Elle fait le trait d'union entre le mouvement, qui lui préexiste, et la conscience, qu'elle inaugure. Des incitations actuellement sans issues développent un éréthisme, dont la charges accumulée doit exploser, fût-ce en se transformant.
  • L'enfant turbulent, Dr H. Wallon, éd. PUF, 1984, partie II_ Les syndromes psycho-moteurs, chap. III_ Syndromes d'automatisme émotivo-moteur, p. 258


Émotion et automatisme sont étroitement associés.
  • L'enfant turbulent, Dr H. Wallon, éd. PUF, 1984, partie II_ Les syndromes psycho-moteurs, chap. III_ Syndromes d'automatisme émotivo-moteur, p. 258


Conclusion[modifier]

L'enfant normal se découvre dans l'enfant pathologique. Mais c'est à la condition de ne pas tenter entre eux une comparaison, une assimilation immédiate. Car rien ne s'oppose davantage comme l'ascension vacillante, entrechoquée, intermittente, progressive de fonctions chez l'un et la fixation de l'autre à certaine forme beaucoup plus stables et homogènes de réactions, qui marque l'accomplissement total et définitif du stade où il est arrêté.
  • L'enfant turbulent, Dr H. Wallon, éd. PUF, 1984, partie Conclusion, p. 309


Principe de psychologie appliquée, 1930[modifier]

La psychologie du travail[modifier]

Le travail est une activité forcée.
  • Principes de psychologie appliquée, Dr H. Wallon, éd. Armand Colin, 1938, partie I - La psychologie du travail, chap. introductif, p. 11


Les conséquences de principes si simples en apparence [le Taylorisme] ont été considérables. Elles ont entraîné l'élimination des sujets réfractaires au dressage convenu, et par là ont préludé à la sélection professionnelle.
  • Principes de psychologie appliquée, Dr H. Wallon, éd. Armand Colin, 1938, partie I - La psychologie du travail, chap. introductif, p. 13


Suivant une loi qui se vérifie dans tous les cas de régression et de désintégration psychiques, ce sont les fonctions les plus complexes et les plus différenciées que la fatigue touche les premières, en libérant par conséquent l'activité de celles qui leur sont subordonnées.
  • Principes de psychologie appliquée, Dr H. Wallon, éd. Armand Colin, 1938, partie La psychologie du travail, chap. II, p. 23


Les aptitudes - la Méthode des tests[modifier]

Ainsi la psychologie qui, pour être scientifique, s'attachait à la technique, ne savait qu'adopter l'idéologie de celle dont elle répudiait le plus les méthodes
  • Principes de psychologie appliquée in Œuvre 1 (1930), Dr H. Wallon, éd. L'Harmattan, 2015, partie II - Les aptitudes - la méthode des tests, chap. 1 _ Principe et origines de la méthodes des tests, p. 286


Ainsi, dans leurs applications pratiques aussi bien que dans leur emploi théorique, les tests tirent leur sens et leur portée de l'idée ou de l'intention qui les motive. C'est elle qu'il faut connaître ou découvrir pour interpréter leurs résultats.
  • Principes de psychologie appliquée in Œuvre 1 (1930), Dr H. Wallon, éd. L'Harmattan, 2015, partie II - Les aptitudes - la méthode des tests, chap. 4 _ Les tests dans leur application, p. 286


L'activité professionnelle[modifier]

La rationalisation tend à obtenir le rendement le plus grand avec le plus d'économie possible, en particulier dans l'emploi de la main d'œuvre. Mais ce résultat peut être poursuivi de différentes manières.
  • Principes de psychologie appliquée in Œuvre 1 (1930), Dr H. Wallon, éd. L'Harmattan, 2015, partie III - L'activité professionnelle, chap. 1 _ Rationalisation, p. 333


Dans toute tentative de ce genre, la simple poursuite du plus grand rendement peut aboutir à des conséquences désastreuses, tout au moins pour l'ouvrier; et les innovations les plus précieuses risquent de devenir nocives
  • Principes de psychologie appliquée in Œuvre 1 (1930), Dr H. Wallon, éd. L'Harmattan, 2015, partie III - L'activité professionnelle, chap. 1 _ Rationalisation, p. 333


Entre la sélection et l'orientation, les pts de vue sont opposés, bien qu'il y ait similitude partielle de procédés.
  • Principes de psychologie appliquée in Œuvre 1 (1930), Dr H. Wallon, éd. L'Harmattan, 2015, partie III - L'activité professionnelle, chap. 2 _ Sélection et orientation professionnelle, p. 339


La vie mentale (encyclopédie), 1938[modifier]

Sur l'Émotion :[modifier]

Utile ou nocive, l'intervention des fonctions neurovégétatives dans les émotions est reconnue de tous. Pour les uns, elles sont ce qui en alimente l'énergie; pour les autres, ce qui risque d'enrayer le développement des automatismes opportuns en s'y mêlant. par les uns et par les autres les émotions sont identifiées avec l'action sur le monde extérieur. Les réactions viscérales et toniques n'y joueraient qu'un rôle subsidiaire ou perturbateur. C'est ce postulat commun que résulte la contradiction.
  • La vie mentale, Dr H. Wallon, éd. Éditions sociales, 1982, partie III, chap. L'émotion, forme spéciale d'activité, p. 206


Les émotions sont une fores nouvelle d'activité qui ne saurait être confondue avec les automatismes à objectif extérieur.
  • La vie mentale, Dr H. Wallon, éd. Éditions sociales, 1982, partie III, chap. L'émotion, forme spéciale d'activité, p. 207


Par suite des circonstances ou de leur tempérament, leurs tendances affectives l'emportent d'habitude sur le contrôle intellectuel. Or la vie affective présente certaines particularités essentielles que doit connaître quiconque peut-être en rapport avec eux. Suivant, l'expression proposée par Freud, il y a "ambivalence" dans tout sentiment, c'est-à-dire qu'il est à la fois lui-même et son contraire.
  • La vie mentale, Dr H. Wallon, éd. Éditions sociales, 1982, chap. Les sentiments et leur ambivalence, p. 320


Par exemple, l'amour ne peut pas se développer sans développer simultanément des germes de haine, qui opèrent en sourdine ou se manifestent par épisode et qui peuvent même servir de stimulant à l'amour.Le besoin de faire souffrir, souvent avec raffinement, est un trait inévitable de l'amour, de même que des sentiments intermittents de vive hostilité et d'intolérance. Il n'est pas exceptionnel que le sentiment induit finisse par prendre la place du sentiment initiale; la haine la place de l'amour ou inversement.
  • La vie mentale, Dr H. Wallon, éd. Éditions sociales, 1982, chap. Les sentiments et leur ambivalence, p. 320


Le meilleur moyen de réprimer une émotion, c'est de s'en représenter avec précision les motifs ou l'objet, de s'en donner le spectacle, ou seulement de se livrer à une méditation quelconque. L'émoi de la peur ou de la colère tombe quand le sujet s'efforce d'en définir les causes. Une souffrance physique que nous prenons à tâche de traduire en image perd quelque chose de son aiguillon organique. La souffrance morale que nous arrivons à nous raconter cesse d'être lancinante et intolérante. Faire de sa douleur un poème ou un roman était pour Goethe un moyen de s'y soustraire.
  • La vie mentale, Dr H. Wallon, éd. Éditions sociales, 1982, p. 221


Toutes les émotions : plaisir, joie, colère, angoisse, peur, timidité, peuvent-être ramenées à la manière dont le tonus se forme, se consomme ou se conserve.
  • La vie mentale, Dr H. Wallon, éd. Éditions sociales, 1982, p. 209


Sur l'Automatisme :[modifier]

« la perfection de l'automatisme, ce n'est pas d'avoir définitivement fixé un certain enchainement d'actions musculaires, c'est au contraire une liberté croissante dans le choix des actions musculaires à enchainer » (La maladresse, 1975 [1928], p.78).
  • La maladresse, Dr H. Wallon, éd. cité par Michel Cariou en 2008 dans Théorie du Détour, 1975 (1928), p. 78


L'automatisme est loin d'être la collection d'opérations mécanisées que l'on imagine souvent. Sans plasticité d'adaptation aux circonstances perpétuellement changeantes du réel, un automatisme serait inopérant ou catastrophique.
  • La vie mentale, Dr H. Wallon, éd. Éditions sociales, 1982, chap. L'action sur le monde extérieur, p. 235


Acquérir un automatisme, ce n'est pas enchaîner dans un ordre invariable des gestes sélectionnés une fois pour toute. C'est en fait exactement l'inverse.
  • La vie mentale, Dr H. Wallon, éd. Éditions sociales, 1982, chap. L'action sur le monde extérieur, p. 235


L'automatisme, c'est dissoudre des blocs préexistants de mouvements, afin de n'utiliser que les combinaisons requises par l'acte en cours d'exécution. Car, l'appareil musculaire n'est pas une sorte de clavier qui se prêterait d'emblée à tous les accords possibles. Il consiste en système de mouvement, dont les plus primitifs sont les plus massifs. Aux actions les plus primitifs contribue la musculature dans son ensemble.
  • La vie mentale, Dr H. Wallon, éd. Éditions sociales, 1982, chap. L'action sur le monde extérieur, p. 235


Que les automatismes soient naturels, comme la marche et la préhension, ou qu'ils répondent à des techniques apprises, comme la danse, l'écriture, le jeu du pianiste, leur agilité est toujours liée au pouvoir de supprimer toutes les contradictions parasites.
  • La vie mentale, Dr H. Wallon, éd. Éditions sociales, 1982, chap. L'action sur le monde extérieur, p. 235


Ainsi il n'y a d'automatisme possible que par élimination des images qui l'imposeraient à l'attention.
  • La vie mentale, Dr H. Wallon, éd. Éditions sociales, 1982, chap. L'action sur le monde extérieur, p. 236


L'évolution psychologique de l'enfant, 1941[modifier]

Les différents âges entre lesquels peut se décomposer l'évolution psychique de l'enfant ont été opposés comme des phases à orientation alternativement centripète et centrifuge, tournée vers l'édification sans cesse élargie du sujet lui-même ou vers l'établissement de ses relations avec l'extérieur, vers l'assimilation ou vers la différenciation fonctionnelle et l'adaptation objective.
  • L'évolution psychologique de l'enfant, Dr H. Wallon, éd. Armand Colin, 1941; 2002 (11ème ed.)  (ISBN 2200263031), partie 2-Les activités de l'enfant et son évolution mentale, chap. 7:Les alternances fonctionnelles, p. 103


D'étapes en étapes la psychogenèse de l'enfant montre […] une sorte d'unité solidaire, tant à l'intérieur de chacune qu'entre elles toutes. Il est contre nature de traiter l'enfant fragmentairement. A chaque âge, il constitue un ensemble indissociable et original.
  • L'évolution psychologique de l'enfant, Dr H. Wallon, éd. Armand Colin, 1941; 2002 (11ème ed.)  (ISBN 2200263031), partie Conclusion: Les âges successifs de l'enfance, p. 180


De l'acte à la pensée - essai de psychologie comparée, 1942[modifier]

Pour résoudre une contradiction, est-il plus expédient d'en tenir les termes pour irréductibles que de les assimiler entre eux ou d'omettre l'un des deux.
  • De l'acte à la pensée - essai de psychologie comparée, Henri Wallon, éd. Flammarion, 1942, partie Les sources de comparaison, chap. Mythes et Raison, p. 97


Les origines du caractère chez l'enfant, 1949[modifier]

Se cantonnant dans son attitude de spectateur, le jaloux authentique se nourrit de spectacles mortifiants avec âpre avidité.
  • Les origines du caractère chez l'enfant, Henri Wallon, éd. PUF, 1987, partie III_ La conscience de soi, chap. III_ Syncrétisme différencié I_ La Jalousie, p. 259


« La cruauté n'est qu'une sympathie souffrante », a dit Stendhal dans 'L'Amour' ».

Si le SADISME est une poursuite de la souffrance en autrui, c'est pourtant une souffrance ressentie jusqu'au plaisir et jusqu'à la souffrance par celui qui l'impose. Il n'est jouissance que par suite de cette confusion entre soi et autrui qui fait le fond de la jalousie.

De passif, le spectateur alors devient actif sans cesser d'être spectateur. Il contemple dans l'objet ce qu'il y produit lui-même et il exaspère sa propre sensibilité à travers les souffrances dont il est l'auteur sur autrui.
  • Les origines du caractère chez l'enfant, Henri Wallon, éd. PUF, 1987, partie III_ La conscience de soi, chap. III_ Syncrétisme différencié I_ La Jalousie, p. 260


Dans la Jalousie pure, c'est le MASOCHISME qui l'emporte. Pour quelques Othello combien de « Cocus magnifiques » confidentiels !

Contemplateurs avides de tout ce qui semble leur démontrer que d'autres s'approprient l'être où ils ont mis, avec leur jouissances, leur être le plus intime, ils ne cherchent, par leurs soupçon, leurs surveillances, leurs visions hypothétiques ou réelles, qu'à stimuler leur anxiété et souvent par leur anxiété leur plaisir sexuel.

Ainsi s'expliquent bien des ménages à trois.
  • Les origines du caractère chez l'enfant, Henri Wallon, éd. PUF, 1987, partie III_ La conscience de soi, chap. III_ Syncrétisme différencié I_ La Jalousie, p. 260


Sous ses complications variées, la jalousie est essentiellement un retours vers le stade où celui qui participe à une situation affective en ressent les attitudes complémentaires. Sans savoir encore suffisamment isoler celle qui lui est propre, il se laisse dominer intérieurement par celle qui le dépouille, et en éprouve une anxiété dont il se fait souvent plus ou moins le complice.

C'est le sentiment d'une rivalité chez celui qui s'est réagir qu'en spectateur possédé par l'action du rival.

C'est une sympathie souffrante et passive.
  • Les origines du caractère chez l'enfant, Henri Wallon, éd. PUF, 1987, partie III_ La conscience de soi, chap. III_ Syncrétisme différencié I_ La Jalousie, p. 260


Revue Enfance[modifier]

La psychologie scolaire, Numéro Spécial, 1952[modifier]

« le psychologue scolaire doit aider l’enfant à se révéler »


au lieu de se consacrer à des problèmes de sélection, le psychologue scolaire doit avoir pour objectif premier le développement maximum des potentialités culturelles et éducative de chacun.


l’éducation populaire n’est pas seulement l’éducation pour tous, c’est la possibilité pour chacun de poursuivre au-delà de l’école, et durant toute son existence, le développement de sa culture intellectuelle, esthétique, professionnelle, civique et morale.


Fondements métaphysiques et fondement dialectique de la psychologie, 1958[modifier]

Au lieu de se borner à des constat et à de simples comparaisons entre eux, au lieu de repousser comme extra-scientifiques les problèmes relatif à la nature, aux origines, aux transformations du psychisme, le matérialisme dialectique tient celui-ci pour une réalité dont l'existence et les modalités diverses et successives doivent être expliquées par ses rapports avec d'autres réalités.
  • Fondements métaphysiques et fondement dialectique de la psychologie (La nouvelle critique, 1958, réed in Enfance, 1963 n°1-2, p99-110) cité par Tran-Thong, 'Stade et concept de stade de développement de l'enfant dans la psychologie contemporaine', Henri Wallon, éd. Vrin, 1992 (1958), chap. L'attitude philosophique et l'attitude des stades, p. 360


Le matérialisme dialectique est... capable d'exercer son influence en psychologie tant pratique que théorique. Il n'y est pas d'ailleurs une innovation totale. Il coordonne des points de vue que les différentes doctrines philosophiques présentent chacune sous forme exclusive et absolue. Il est pour l'organicisme, mais pas sous la forme unilatérale et mécaniste du matérialisme traditionnel. Il est, comme l'idéalisme, pour la spécificité du psychisme, mais à condition de ne pas le substituer à la réalité des choses. Il est pour le devenir incessant du sujet et de l'univers, mas pas de la façon inconditionnée et fataliste de l'existentialisme. Il est partisan de l'objectivité expérimentale, mais sans tomber dans le formalisme méthodologique du positivisme ni dans son agnostique de principe. Se calquant sur le réel, il en accepte toute la diversité, toutes les contradictions, persuadé qu'elles doivent se résoudre et qu'elles sont même des éléments de l'explication, puisque le réel est ce qu'est est en dépit ou plutôt à cause d'elles.
  • Fondements métaphysiques et fondement dialectique de la psychologie (La nouvelle critique, 1958, réed in Enfance, 1963 n°1-2, p99-110) cité par Tran-Thong, 'Stade et concept de stade de développement de l'enfant dans la psychologie contemporaine', Henri Wallon, éd. Vrin, 1992 (1958), chap. L'attitude philosophique et l'attitude des stades, p. 360


Articles divers et Préfaces[modifier]

Les programmes et les centres d'intérêt, 1934[modifier]

Je n'ai pas à rentrer avec vous dans l'examen des difficultés que présente l'école unique, difficultés qui sont, je crois surtout d'ordre social. L'éducation devrait être la même pour tous. A certains moment seulement il y aurait bifurcation en vue d'une orientation de plus en plus précise des enfants avec leurs aptitudes particulières. Mais, ici encore, ce qui est envisagé pour chaque embranchement, c'est une question de programme."
  • Les programmes et les centres d'intérêt. In Emile Jalley & Philippe Wallon (2015). Henri Wallon - Œuvre 3 / 1930-1937. L'Harmattan., Dr H. Wallon, éd. L'Harmattan, 1934, partie 1934, chap. Les programmes et les centres d'intérêt., p. 255-256


... dans le passage d'une classe à l'autre, il est légitime de se rendre compte s'il a bien reçu un certain minimum de connaissance. Mais on devrait laisser à l'enfant le plus de latitude possible dans l'exécution du programme, de manière à respecter la filière qui lui est le plus naturel et qui répond à la croissance de ses intérêts.
  • Les programmes et les centres d'intérêt. In Emile Jalley & Philippe Wallon (2015). Henri Wallon - Œuvre 3 / 1930-1937. L'Harmattan., Dr H. Wallon, éd. L'Harmattan, 1934, partie 1934, chap. Les programmes et les centres d'intérêt., p. 263


Dormir, 1938[modifier]

Heureux , s'il peut unir au bien-être de son sommeil les bruits de la nature, comme jadis la voix berceuse de sa mère.
  • Dormir. Mieux-Vivre (n°7, p.77). In Emile Jalley & Philippe Wallon (2015). Henri Wallon - Œuvre 4 / 1938-1950. L'Harmattan., Henri Wallon, éd. L'Harmattan, nov. 1938, partie 1938, chap. Dormir, p. 39


Reculer devant les mots quand ils expriment un fait avec précision, c'est une faiblesse, même s'ils sont nouveaux.
  • Dormir. Mieux-Vivre (n°7, p.77). In Emile Jalley & Philippe Wallon (2015). Henri Wallon - Œuvre 4 / 1938-1950. L'Harmattan., Henri Wallon, éd. L'Harmattan, nov. 1938, partie 1938, chap. Dormir, p. 39


... tout démontre que dormir c'est se livrer aux forces de création qui rendent la vie plus riche ou plus féconde.
  • Dormir. Mieux-Vivre (n°7, p.77). In Emile Jalley & Philippe Wallon (2015). Henri Wallon - Œuvre 4 / 1938-1950. L'Harmattan., Henri Wallon, éd. L'Harmattan, nov. 1938, partie 1938, chap. Dormir, p. 40


Dormir c'est revenir aux sources de la vie.
  • Dormir. Mieux-Vivre (n°7, p.77). In Emile Jalley & Philippe Wallon (2015). Henri Wallon - Œuvre 4 / 1938-1950. L'Harmattan., Henri Wallon, éd. L'Harmattan, nov. 1938, partie 1938, chap. Dormir, p. 40


Pour une encyclopédie dialectique, 1945[modifier]

La société doit être explicable comme la nature, et comme la nature, elle devrait être scientifiquement transformable.
  • Psychologie et dialectique - écrits de 1926 à 1961, Henri Wallon, éd. Messidon, 1990, partie Pour une encyclopédie dialectique, p. 121


Il faut choisir entre l'éclectisme et la dialectique. Au lieu de juxtaposer, de contaminer, de brouiller entre elles les contradictions qui peuvent être dans les idées ou dans les choses, il convient de les reconnaître, de les pousser à leur dernier degré de précision ; de chercher comment la vérité s'en accommode, comment elles se résolvent dans la réalité.
  • Psychologie et dialectique - écrits de 1926 à 1961, Henri Wallon, éd. Messidon, 1990, partie Pour une encyclopédie dialectique, p. 124


Car c'est un fait que les réalité existe et c'est un fait qu'elle est le résultat de forces qui s'affrontent et dont elle traduit l'équilibre du moment.
  • Psychologie et dialectique - écrits de 1926 à 1961, Henri Wallon, éd. Messidon, 1990, partie Pour une encyclopédie dialectique, p. 124


La connaissance procède de l'action sur les choses avant de la guider. Puis c'est entre les deux un perpétuel devancement réciproque.
  • Psychologie et dialectique - écrits de 1926 à 1961, Henri Wallon, éd. Messidon, 1990, partie Pour une encyclopédie dialectique, p. 126


Ainsi s'emboitent l'autre dans l'autre les sciences de la nature et les sciences de l'homme. Elles sont complémentaires.
  • Psychologie et dialectique - écrits de 1926 à 1961, Henri Wallon, éd. Messidon, 1990, partie Pour une encyclopédie dialectique, p. 126


C'est là précisément l'objet et le but de la méthode dialectique, qui condamne radicalement le confusionnisme de l'éclectisme. Et c'est pourquoi, contrairement à tant d'entreprises du même genre qui sont pétries d'éclectisme, l'Encyclopédie que nous voulons réaliser sera une Encyclopédie dialectique.
  • Psychologie et dialectique - écrits de 1926 à 1961, Henri Wallon, éd. Messidon, 1990, partie Pour une encyclopédie dialectique, p. 127


L'œuvre du Docteur O. Decroly, 1953[modifier]

L'enfant prend d'abord l'objet comme quelque chose de maniable, de spécifiquement maniable en vue d'un certain usage.


Préfaces[modifier]

Un inventeur n'est pas celui qui part de zéro et qui apporte au monde une révélation définitive. Si une invention véritable n'est pas une simple bulle de savon qui crève sans laisser de trace, c'est qu'elle condense une masse d'expérience antérieures et qu'elle les organise en une formule qui va pouvoir être systématiquement et rigoureusement comparée avec les faits. Une invention ouvre le débat bien plus qu'elle ne le conclu et c'est dans cette mesure-là surtout qu'elle est féconde.
  • Préface In Émile Jalley & Philippe Wallon (2015). Henri Wallon - Œuvre 4 / 1938-1950. L'Harmattan., Henri Wallon, éd. L'Harmattan, 1939, partie 1939, chap. Préface à : Segers, J.-E., La psychologie de la lecture et l'initiative à la lecture par la méthode globale. Anvers. Boekhandel, 1939, 1-VF, p. 52


Cité par d'autres auteurs[modifier]

L'émotion se meut entre deux sortes de centres nerveux. Elle peut, suivant les circonstances, se rapprocher de l'un ou l'autre pôle, mais leur antagonisme peut lui donner aussi un caractère équivoque. »


la société est pour l'homme une nécessité, une réalité organique. Non pas qu'elle soit déjà tout organisé dans son organisme; [...]. L'action se fait en sens inverse. C'est de la société que l'individu reçoit ses déterminations; elles sont pour lui un complément nécessaire; il tend vers la vie sociale comme vers son état d'équilibre.
  • in Wallon et Piaget pour une critique de la psychologie contemporaine, Henri Wallon cité par Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2013, chap. 7, p. 253


Une aptitude n’est pas autre chose que de pouvoir satisfaire, dans des conditions déterminées à un test choisi … Manifestement apparentée à la psychologie du comportement, la méthode des test n’en a pourtant pas été déduite, mais à pour origine directe des problèmes pratiques.
  • in Louis Althusser et quelques autres (Notes de cours 1958-1959), Henri Wallon cité par Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2014, partie 4.2, chap. L’encyclopédisme dialectique dans la psychologie d’Henri Wallon, p. 335


entre l’objet à mesurer et la mesure, il faut choisir, Si c’est elle qui l’emporte dans l’esprit du chercheur, il saura seulement dire de l’objet qu’il est conforme ou non. Sa connaissance sera donc ou purement négative, pour l’objet auquel la mesure ne convient pas, ou strictement réduite pour les autres, à ce que la définition de la mesure peut contenir de positif
  • in Louis Althusser et quelques autres (Notes de cours 1958-1959), Henri Wallon cité par Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2014, partie 4.2, chap. L’encyclopédisme dialectique dans la psychologie d’Henri Wallon, p. 335


chimérique de chercher une opération intellectuelle sans objet [Note : thèse des mécanismes de la mémoire], et un objet intellectuel sans lien avec une société particulière.
  • in Louis Althusser et quelques autres (Notes de cours 1958-1959), Henri Wallon cité par Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2014, partie 4.2, chap. L’encyclopédisme dialectique dans la psychologie d’Henri Wallon, p. 336


On ne saurait distinguer l’intelligence de ses opérations.
  • D'après Principes de la psychologie appliquée in Louis Althusser et quelques autres (Notes de cours 1958-1959), Henri Wallon reformulé par Émile Jalley, éd. L'Harmattan, 2014, partie 4.2, chap. L’encyclopédisme dialectique dans la psychologie d’Henri Wallon, p. 336


La méthode des tests serait plus un moyen d'analyse, de vérification et de mesure qu'un moyen d'investigation et d'invention. Elle ne permettrait pas de saisir le réel organisé ou du moins elle ne pourrait en donner par le jeu de ces ingénieuses mathématiques qui ont été imaginées par Spearman ou par ses émules qu'une image impersonnelle et abstraite. Elle serait inapte à réaliser ces formes et types dans lesquels peut être encadrée la masse diverse et flottante des individus. C'est plutôt l'individu dans sa complexité qui permettra d'aboutir à la structure simplifiée, mais encore particulière, qui se dénomme type.


Plus un test devient polyvalent et offre d'alternative à l'interprétation, moins il peut être utilisé comme un critère décisif.


en aucun cas un test ne saurait devenir un instrument direct diagnostic


[Le] danger [des tests] n'est pas dans leur utilisation comme instrument de recherche, mais c'est de les prendre pour l'expression d'une réalité fondamentale dont les troubles mentaux ne seraient que la conséquence.


Le pouvoir déterminant est dans ce qui se réalise, non dans ce qui sert à se réaliser


D'autres auteurs concernant son œuvre[modifier]

Henri Wallon a montré que l'agoraphobie n'était, au fond, qu'une variété de la peur de tomber. Elle n'est pas une peur de rencontrer des hommes, mais une peur de ne pas rencontrer d'appui.

  • L'Air et les Songes — Essai sur l'imagination du mouvement, Gaston Bachelard, éd. Le Livre de Poche, coll. « Biblio Essais », 1992  (ISBN 978-2-253-06100-7), partie VI, chap. III. « La chute imaginaire », p. 117


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :