Con

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Con est un terme polysémique du vocabulaire injurieux désignant la vulve, une personne stupide ou désagréable. Il possède de nombreux autres emplois.

Michel Audiard[modifier]

Les cons ça ose tout ! C'est même à ça qu'on les reconnaît.


Le jour où on mettra tous les cons dans un panier, tu ne seras pas assis sur le couvercle.


C'est du cri de se faire engueuler par un con pareil ! Je l'ai mis en veilleuse pour ne pas envenimer les choses, mais tout de même.


Je pense que le jour où on mettra les cons sur orbite, t'as pas fini de tourner.


Monsieur Esnault, si la connerie n'est pas remboursée par les assurances sociales, vous finirez sur la paille !


Pauline : À quoi je le reconnaîtrais ?
Le Dabe : Un beau brun, avec des petites bacchantes, grand, l'air con !
Pauline : Ça court les rues, les grands cons !
Le Dabe : Ouais ! Mais celui-là c'est un gabarit exceptionnel ! Si la connerie se mesurait, il servirait de mètre-étalon ! Il serait à Sèvres !


Alexandre Dupré : Vous savez quelle différence il y a entre un con et un voleur ?
Joseph : Non…
Alexandre Dupré : Un voleur de temps en temps ça se repose.


Y'a des aristocrates et des parvenus, dans la connerie comme dans le reste...


Georges Brassens[modifier]

Le temps ne fait rien à l’affaire ; quand on est con, on est con.


Le pluriel ne vaut rien à l'homme et sitôt qu'on
Est plus de quatre on est une bande de cons.
Bande à part, sacrebleu ! c'est ma règle et j'y tiens.
Parmi les cris des loups on n'entend pas le mien.


Il y a peu de chances qu'on détrône le roi des cons.


Mais le pire de tous est un petit vocable
De trois lettres pas plus, familier coutumier
[…]
Honte à celui qui, par dépit, par gageure,
Dota du même terme en son fiel venimeux
Ce grand ami de l’homme et la cinglante injure
Celui-là c’est probable en était un fameux.

  • Brassens évoque le mot « con » sans le nommer dans son ode au sexe de la femme.

Jacques Brel[modifier]

Les bourgeois, c’est comme les cochons : plus ça devient vieux, plus ça devient…
  • Les Bourgeois, Jacques Brel, Jacques Brel, album Les Bourgeois (1962 chez Barclay).


Serge Reggiani[modifier]

Je veux des histoires, des voyages…
J'ai tant de gens à voir, tant d'images…
Des enfants, des femmes, des grands hommes,
Des petits hommes, des marrants, des tristes,
Des très intelligents et des cons,
C'est drôle, les cons ça repose,
C'est comme le feuillage au milieu des roses…

  • Le Temps qui reste, Jean-Loup Dabadie, Alain et Patrick Goraguer, Serge Reggiani, album Autour de Serge Reggiani (2002 chez Tréma).


Jean-François Deniau[modifier]

Parfois, les cons sont utiles. Ils mettent en valeur.
  • À propos d'un préfet du Cher, nouvellement nommé à la suite de la victoire de la gauche en 1981, qui avait voulu interdire à Jean François Deniau (président du conseil général du Cher) de déposer une gerbe à l'occasion de l'inauguration d'un monument commémoratif de la Résistance dans le département. Gaston Defferre (alors ministre de l'Intérieur du gouvernement socialiste de Pierre Mauroy), indigné par l'attitude du préfet, avait proposé à Deniau de le « faire sauter ». Jean François Deniau l'en avait dissuadé, et s'était justifié par cette phrase


Raymond Queneau[modifier]

J’connaîtrai jamais le bonheur sur terre, je suis bien trop con.


Michel Sardou[modifier]

Et c'est tellement plus mignon ; De se faire traiter de con ; En chanson


Renaud Séchan[modifier]

Si l'roi des cons perdait son trône, y aurait 50 millions de prétendants.
  • Les 50 millions font référence à l'ensemble des Français.


On a des plantations
Pas énormes, trois hectares
D'une herbe qui rend moins con
Non, c'est pas du ricard.


Tryo[modifier]

Mais nous c'est pas pareil, son avis on le garde pour soi,
paraît qu'on est tous un peu con dès qu'on est un peu plus de trois.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :