Tim Burton

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tim Burton

Tim Burton, né Timothy William Burton le 25 août 1958 à Burbank, Californie, est un réalisateur américain. Maître du fantastique et excellent conteur, fortement influencé par l'écrivain Edgar Allan Poe, on lui doit notamment Pee-Wee Big Adventure, Beetlejuice, Batman, Edward aux mains d'argent et Charlie et la chocolaterie. Farouche opposant aux trucages numériques, il a également rédigé les scénarios de L'Étrange Noël de Monsieur Jack et Les Noces funèbres, deux films d'animation réalisés avec des marionnettes évoluant dans des décors réels. Son cinéma se caractérise par des histoires mettant en scène des personnages marginaux, et une grande influence du cinéma fantastique, du cinéma expressionniste allemand ainsi que des films de la Hammer Film Productions. Il fait partie des cinéastes qui parviennent à concilier succès critique et succès commercial.

Citations[modifier]

De Tim Burton[modifier]

Beaucoup de gens me demandent à quel moment je ferai, enfin, un film avec des personnes réelles. Mais qu'est-ce que la réalité ?
  • Tim Burton par Tim Burton, Marck Salisbury, éd. Le Cinéphage, 1999, p. 106-107


Les films frappent à la porte de nos rêves.
  • Tim Burton par Tim Burton, Marck Salisbury, éd. Le Cinéphage, 1999, p. 135


J’ai lu les poèmes d'Edgar Allan Poe à l’école, mon premier poète, et pour moi ce fut décisif. Ce qui m’a immédiatement plu, c’est que ses phrases n’avaient pas vraiment de sens d’un point de vue logique, mais pourtant on comprenait tout ce qu’il voulait dire à travers les ambiances évoquées. J’ai senti une grande affinité avec ce genre de poésie parce que c’est exactement ce que je ressentais à l’époque: j’avais l’impression que personne ne comprenait ce que je disais, et ça me rassurait de savoir que je n’étais pas le seul.
  • Tim Burton, Antoine De Baecque, éd. Cahiers du cinéma, 2006, p. 14


L'expressionnisme, c'est un voyage à l'intérieur de la tête de quelqu'un, une extériorisation d'un état intérieur.
  • Tim Burton par Tim Burton, Marck Salisbury, éd. Le Cinéphage, 1999, p. 193


Il est très important pour moi de ne pas faire d'hommage ou de filmer "à la manière de". Si référence il y a, elle doit être filtrée à travers le prisme du souvenir.
  • Tim Burton par Tim Burton, Marck Salisbury, éd. Le Cinéphage, 1999, p. 44


Je suis très admiratif de tous les cinéastes de la vieille génération. Ils étaient capables d’enchaîner un western après un thriller, puis de passer à autre chose. Ça me fascine. Mais je ne suis pas fait de ce bois-là.
  • Tim Burton par Tim Burton, Marck Salisbury, éd. Le Cinéphage, 1999, p. 47


Les moulins ont quelque chose de très expressionniste. C'est un objet que j'ai toujours associé à la représentation de l'esprit d'une personne. C'est l'image d'un paysage mental.
  • « Tim Burton: Leçon de cinéma », Laurent Tirard (trad. Laurent Tirard), Studio Magazine, février 2000, p. 94


Je n'écris jamais moi-même le scénario, car sinon le résultat n'aurait de sens que pour moi.
  • « Tim Burton: Leçon de cinéma », Laurent Tirard (trad. Laurent Tirard), Studio Magazine, février 2000, p. 103


Les adultes oublient que les enfants sont des créatures intelligentes.
  • « Sleepy Hollow », Tim Burton (trad. Première), Première, janvier 2000, p. 96


Le Docteur Seuss est un de mes auteurs préférés. Ses livres ont l'air simples en surface mais ils ont beaucoup de profondeur et jouent sur une multitude de niveaux. Le Docteur Seuss crée une impression d'ensemble qui ne repose pas que sur l'image. Même son écriture a un rythme presque zen. Son travail est si spécifique qu'il est difficile à adapter.
  • « Sleepy Hollow », Tim Burton (trad. Première), Première, janvier 2000, p. 92


La spontanéité est la meilleure façon d'obtenir de bonnes choses. Vous pouvez faire un maximum de répétitions, dessiner tous les story-boards que vous voulez, lorsque vous arrivez sur le plateau, vous repartez de zéro.
  • « Tim Burton: Leçon de cinéma », Laurent Tirard (trad. Laurent Tirard), Studio Magazine, février 2000, p. 103


Sur le plateau de tournage, le réalisateur doit constamment convaincre que son idée est la bonne. Du coup, le rôle d'un réalisateur est parfois plus politique qu'artistique.
  • « Tim Burton: Leçon de cinéma », Laurent Tirard (trad. Laurent Tirard), Studio Magazine, février 2000, p. 104


J’ai toujours eu le sentiment que le seul moment où tous les habitants sortiraient de leurs maisons, c’est en cas de catastrophe ou d’accident ; des circonstances qui peuvent réveiller une dynamique de foule.
  • Tim Burton par Tim Burton, Marck Salisbury, éd. Le Cinéphage, 1999, p. 110


La cruauté fait partie du cinéma, elle en est même fondatrice.
  • Les grands cinéastes: Tim Burton, Aurélien Ferenczi, éd. Les cahiers du cinéma, 2007, p. 72


Ce thème du monde des vivants paraissant plus mort que celui des morts, je l'ai en moi depuis longtemps.
  • À propos de son film d'animations Les noces funèbres.
  • Les grands cinéastes: Tim Burton, Aurélien Ferenczi, éd. Les cahiers du cinéma, 2007, p. 57


Le conte de fées permet de décrire des vérités de façons plus subversive.
  • Entretien avec Tim Burton.
  • Tim Burton, Michel Ciment et Yannick Dahan, éd. Collection Positif, 2008, p. 100


J'ai été attiré par le cinéma essentiellement en raison de ses possibilités visuelles.
  • Entretien avec Tim Burton.
  • Tim Burton, Michel Ciment et Yannick Dahan, éd. Collection Positif, 2008, p. 100


À propos de Tim Burton[modifier]

Tim est un artiste, un génie, un excentrique, un fou, et un ami brillant, courageux, drôle jusqu'à l'hystérie, loyal, non conformiste et franc du collier. J'ai une dette immense envers lui, et je le respecte encore plus que ces mots ne peuvent l'exprimer. Il est lui-même, et c'est tout. Et il est sans conteste l'homme qui imite le mieux Sammy Davis Junior sur cette planète.
  • Johnny Depp
  • Tim Burton par Tim Burton, Marck Salisbury, éd. Le Cinéphage, 1999, p. 8


Si je peux véhiculer ce que Tim a envie de dire et de voir, ou de faire comprendre aux gens, et qu'il considère que ce message peut passer à travers moi, je suis très honoré d'être son messager.
  • Johnny Depp
  • Tim Burton par Tim Burton, Marck Salisbury, éd. Le Cinéphage, 1999, p. 8


Tim Burton est à la fois fou, furieux et hypersensible, angoissé et atonal, macabre et vivant. Il est présent par absence et absent par présence.
  • Antoine De Baecque
  • Tim Burton, Antoine De Baecque, éd. Cahiers du cinéma, 2006, p. 5


Chantre de la fantaisie macabre, Tim Burton sait être à la fois un perfectionniste de la composition visuelle et un semi-grossiste en hémoglobine. Avec Sweeney Todd, Tim Burton, décidément réfractaire à toute forme de naturalisme, va aussi loin que possible à la fois dans le trop-plein et dans l'épure. On finit par penser que le film est en trichromie: noir, blanc, rouge. Un délire de plasticien.
  • « Les sorties de la semaine », Jean-François Bourgeot, Midi Libre, 23 janvier 2008, p. Cinéma


Si l'on songe que Burton a inspiré aussi L'Étrange Noël de Monsieur Jack de Selick, on peut le considérer comme un grand maître du fantastique.
  • « Dictionnaire du cinéma : les réalisateurs », Jean Tulard, Robert Laffont, 2007, p. 149-150


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :