Ed Wood (film)

Citations « Ed Wood (film) » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Ed Wood est un film américain réalisé par Tim Burton en 1994 sur la vie du réalisateur Ed Wood.

Citations[modifier]

Ed Wood : J'ai l'habitude de m'habiller en fille.
Georgie Weiss : Vous êtes pédé ?
Ed Wood : Non, non, au contraire, j'aime les femmes. C'est pour être encore plus proche d'elles que je me travestis.
Georgie Weiss : Vous êtes pas pédé ?
Ed Wood : Non, absolument pas. J'ai fait la guerre, je me suis battu. Évidemment, je portais des sous-vêtements féminins sous mon uniforme.
Georgie Weiss : Vous vous foutez de moi.
Ed Wood : Tout à fait entre nous, j'ai sauté en parachute avec des bas et des porte-jarretelles. Je dois dire que je n'ai pas crains de mourir, par contre j'étais terrifié à l'idée d'être blessé et que les médecins découvrent mon secret.

  • Johnny Depp et Mike Starr, Ed Wood (1994), écrit par Scott Alexander et Larry Karaszewski


Ed Wood : Je ne sais que trop ce que c'est que d'avoir un secret et d'avoir peur en permanence de ce que les gens vont penser. Ma petite amie ignore encore pourquoi ses pulls lui sont tout de suite trop grands.

  • Johnny Depp, Ed Wood (1994), écrit par Scott Alexander et Larry Karaszewski


Ed Wood : Vous savez, je trouve que vous êtes encore plus effrayant dans la vie que dans vos films.
Béla Lugosi : Merci.

  • Johnny Depp et Martin Landau, Ed Wood (1994), écrit par Scott Alexander et Larry Karaszewski


Béla Lugosi : Les femmes ont une préférence très nette pour les monstres classiques.
Ed Wood : Les femmes ?
Béla Lugosi : Oui, parce que l'horreur à l'état pur les repousse et les attire ensemble. Il faut dire que dans les tréfonds de leur inconscient, il y a les douleurs de l'enfantement, l'hémorragie. L'hémorragie, c'est l'horreur.
Ed Wood : J'avais jamais pensé à ça.
Béla Lugosi : Faites-moi confiance. Si vous voulez subjuguer une jeune créature, projetez-lui Dracula.

  • Martin Landau et Johnny Depp, Ed Wood (1994), écrit par Scott Alexander et Larry Karaszewski


Ed Wood : À votre avis, qu'est-ce qui est indispensable pour qu'un film ait du succès ?
Georgie Weiss : Le cul.
Ed Wood : Non, mieux que ça. Une star.
Georgie Weiss : Ah, c'est ça ! J'ai l'impression que vous me prenez pour David Selznick. Je fais pas dans la super production, je fais dans la merde.
Ed Wood : Oui, et cette merde, si une star est d'accord pour marcher dedans, ça devient un autre produit.
Georgie Weiss : Ouais, une merde avec une star.

  • Johnny Depp et Mike Starr, Ed Wood (1994), écrit par Scott Alexander et Larry Karaszewski


Conrad Brooks : Y a un de vos films que j'aime beaucoup. C'est Le Rayon invisible, avec Boris Karloff en vedette.
Béla Lugosi : Karloff ? En vedette ? Petit con ! Karloff est indigne de sentir ma merde ! Qu'il subisse les flammes de l'enfer cette saloperie, j'en ai rien à foutre !
Ed Wood : Qu'est-ce qui se passe ?
Béla Lugosi : Ce jeune connard a osé me parler de Karloff ! Vous croyez qu'il faut du talent pour jouer Frankenstein ?! Il suffit d'être maquillé et pousser des grognements ! [Il imite Karloff] Grrrr… Rrrrr !

  • Brent Hinkley, Martin Landau et Johnny Depp, Ed Wood (1994), écrit par Scott Alexander et Larry Karaszewski


Ed Wood : Qu'est-ce que tu prends ?
Béla Lugosi : Du formol, Eddie.
Ed Wood : Avec ou sans glace ?

  • Johnny Depp et Martin Landau, Ed Wood (1994), écrit par Scott Alexander et Larry Karaszewski


Tom Mason (imitant Lugosi qu'il est chargé de remplacer) : Je vais vous sucer le sang, je vais vous sucer le sang.
Bunny Breckenridge : Essayez en traitant Boris Karloff d'enculé.

  • Ned Bellamy et Bill Murray, Ed Wood (1994), écrit par Scott Alexander et Larry Karaszewski


Bunny Breckenridge : Quand je pense que tous tes amis sont en train de se faire baptiser pour que tu puisses tourner un film d'épouvante.
Ed Wood : Non, pas un film d'épouvante. Un suspense surnaturel.

  • Bill Murray et Johnny Depp, Ed Wood (1994), écrit par Scott Alexander et Larry Karaszewski


Orson Welles : Il faut se battre pour imposer ses visions. À quoi bon consacrer sa vie à réaliser les rêves des autres ?

  • Vincent D'Onofrio, Ed Wood (1994), écrit par Scott Alexander et Larry Karaszewski


Autres projets: