Shoah

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le terme Shoah (hébreu : השואה, « catastrophe ») désigne l'extermination par l'Allemagne nazie des trois quarts des Juifs de l'Europe occupée, soit les deux tiers de la population juive européenne totale et environ 40 % des Juifs du monde, pendant la Seconde Guerre mondiale ; ce qui représente entre cinq et six millions de victimes selon les estimations des historiens. Ce génocide des Juifs constituait pour les nazis « la Solution finale à la question juive » (die Endlösung der Judenfrage). Le terme français d’Holocauste est également utilisé et l’a précédé. Le terme « judéocide » est également utilisé par certains pour qualifier la Shoah.

Théâtre[modifier]

Pierre Desproges, Vivons heureux en attendant la mort, 1982[modifier]

Il faut toujours faire un choix, comme disait Himmler en quittant Auschwitz pour aller visiter la Hollande, on ne peut pas être à la fois au four et au moulin !
On ne m’ôtera pas de l’idée que, pendant la dernière guerre mondiale de nombreux Juifs ont eu une attitude carrément hostile à l’égard du régime nazi.
En un mot comme en cent, chers habitants hilares de ce monde cosmopolite, je répéterai inlassablement qu’il vaut mieux rire d’Auschwitz avec un juif que de jouer au scrabble avec Klaus Barbie.
  • Vivons heureux en attendant la mort, Pierre Desproges, éd. Éditions du Seuil, 1982, p. 30-35


Histoire[modifier]

Enzo Traverso, Pour une critique de la barbarie moderne, 2000[modifier]

Cette définition de la singularité historique de la Shoah […] ne doit pas être postulée comme une catégorie normative ni imposée comme un dogme. Auschwitz n'est pas un événement historiquement incomparable. De plus, comparer, distinguer et ordonner ne signifie pas hiérarchiser. La singularité d'Auschwitz ne fonde aucune échelle de la violence et du mal. Il n'y a pas un génocide « pire » ou « moindre » qu'un autre et la qualité d'Auschwitz ne confère à ses victimes aucune aura particulière, aucun privilège au martyre et, par conséquent, à la mémoire collective. Ainsi définie, la singularité d'Auschwitz n'en exclut pas d'autres - par exemple celles du goulag ou de Hiroshima - car elle s'inscrit dans un contexte auquel appartiennent d'autres violences et génocides. Au lieu de favoriser une focalisation exclusive, elle devient un outil pour élaborer une herméneutique de la barbarie du XXe siècle.
  • Pour une critique de la barbarie moderne: écrits sur l' histoire des Juifs et de l'antisémitisme, Enzo Traverso, éd. Page deux, 2000, p. 120


Considérer Auschwitz comme un paradigme de la barbarie du XXe siècle signifie en faire la voie d'accès à ses différentes manifestations, et non l'objet d'une focalisation exclusive. Cette dernière me paraît inacceptable tant sur le plan éthique, car elle contribue à hiérarchiser, marginaliser et oublier les victimes d'autres violences (sans oublier les victimes non juives du nazisme), que sur le plan épistémologique, car une fois expulsé de son contexte historique - l'ensemble des violences du siècle - le génocide juif devient à son tour complètement incompréhensible. Les exemples des dérives d'une telle focalisation exclusive sont nombreux. […] On pourrait évoquer aussi le débat suscité par la guerre en Yougoslavie. Pendant ce conflit, le scandale majeur, aux yeux de certains, n'était pas les épurations ethniques mais l'outrecuidance de ceux qui osaient - à tort - les assimiler aux crimes nazis. Un mauvais usage du comparatisme a ainsi révélé une sacralisation consternante de la singularité de la Shoah.
  • Pour une critique de la barbarie moderne: écrits sur l' histoire des Juifs et de l'antisémitisme, Enzo Traverso, éd. Page deux, 2000, p. 125


Il ne s'agit pas de gommer la singularité de la violence nazie en l'assimilant tout simplement aux massacres coloniaux. Il s'agit plutôt de reconnaître qu'elle fut perpétrée au milieu d'une guerre de conquête et d'extermination entre 1941 et 1945, conçue comme une guerre coloniale au sein de l'Europe. Une guerre coloniale qui empruntait largement son idéologie et ses principes - mais avec des moyens et des méthodes bien plus modernes, puissants et meurtriers - à celles menées tout au long du XIXe siècle par l'impérialisme classique. Si les victimes de la "Solution finale" incarnaient l'image de l'altérité dans le monde occidental, objet de persécution religieuses et de discriminations raciales depuis le Moyen Age, les circonstances historiques de leur destructions indiquent que cette stigmatisation ancienne et certes particulière avait été revisitée après l'expérience des guerres et des génocides coloniaux. Le nazisme réalisait la rencontre et la fusion entre deux paradigmatiques : le Juif, l'"autre" du monde occidental, et le "sous-homme", l'autre du monde colonisé.
  • La violence nazie, une généalogie européenne, Enzo Traverso, éd. La Fabrique, 2003, chap. Introduction, p. 26-27


Entre les massacres de l'impérialisme conquérant et la «Solution finale» il n'y a pas seulement des «affinités phénoménologiques», ni des analogies lointaines. Il y a une continuité historique qui fait de l'Europe libérale un laboratoire des violences du XXe siècle et d'Auschwitz un produit authentique de la civilisation occidentale.
  • La violence nazie, une généalogie européenne, Enzo Traverso, éd. La Fabrique, 2003, Conclusions, p. 167


Hans Jonas, Le Concept de Dieu après Auschwitz, 1994[modifier]

Dieu, après s'être entièrement donné dans le monde en devenir, n'a plus rien à offrir : c'est maintenant à l'homme de donner.
  • Le Concept de Dieu après Auschwitz, Hans Jonas, éd. Rivages, 1994, p. 38-39


Art[modifier]

Georges Didi-Huberman, Images malgré tout, 2003[modifier]

Voilà pourquoi il fallait malgré tout poser un regard esthétique sur les quatre photographies d’Auschwitz : pour que s’éclaire un peu la teneur éthique et anthropologique de la confiance, accordée aux images par les membres du Sonderkommando… Tenir une des quatre images de Birkenau entre ses mains, c’est savoir que ceux qui y sont représentés ne sont plus là.
  • Images malgré tout, Georges Didi-Huberman, éd. Éditions de Minuit, 2003, p. 202-203


Cinéma[modifier]

Claude Lanzmann, Le Lièvre de Patagonie, 2009[modifier]

Je n'aurais jamais pu consacrer douze années de ma vie à accomplir une œuvre comme "Shoah" si j'avais été moi-même déporté. Ce sont là des mystères, ce n'en sont peut-être pas. Il n'y a pas de création véritable sans opacité, le créateur n'a pas à être transparent à soi-même.
  • Le lièvre de Patagonie, Claude Lanzmann, éd. Gallimard, 2009, p. 20


Steven Spielberg, Écrits, 2004[modifier]

Notre espoir est que l'archive sera une ressource de façon durable que 10, ou 50, ou même 100 ans, les gens du monde entier vont apprendre directement des survivants et des témoins sur les atrocités de l'Holocauste.
  • Écrits, Steven Spielberg, éd. Éditions, 2004, p. 20


Roberto Benigni, La Vie est belle, 1997[modifier]

Giosuè : Pourquoi les juifs et les chiens ne peuvent-ils pas entrer, papa ?
Guido : Ben, ils ne veulent pas de juifs ni de chiens dans le magasin. Chacun fait ce qu’il veut ! Il y a une boutique là, une quincaillerie… Eux, ce sont les Espagnols et les chevaux qu’ils ne font pas entrer. Et machin…, le pharmacien, précisément hier, j’étais en compagnie d’un ami, un Chinois qui possède un kangourou : « Non, les Chinois et les kangourous ne peuvent pas entrer ici ! » ; ils lui sont antipathiques.

  • Roberto Benigni, Giorgio Cantarini, La Vie est belle (1997), écrit par Roberto Benigni, Vincenzo Cerami


Littérature[modifier]

Hani Ramadan, Le Temps, 2011[modifier]

(...) la Shoah ne doit pas devenir un dogme destiné à museler les conscience lorsqu'en Palestine, on brûle au phosphore blanc des enfants.


Tzvetan Todorov, Les Abus de la mémoire, 2004[modifier]

Nombreux sont […] ceux qui refusent la mémoire exemplaire. Leur argument habituel est : l'événement dont nous parlons est absolument singulier, parfaitement unique, et si vous cherchez à le comparer à d'autres, cela ne peut s'expliquer que par votre désir de le profaner, ou bien encore d'en atténuer la gravité. Cet argument est particulièrement fréquent dans le débat sur le judéocide perpétré par les nazis au cours de la Seconde Guerre mondiale, sur ce qu'on appelle aussi, pour en souligner la singularité, l'holocauste ou la Shoah. […] Dire qu'un événement comme le judéocide est à la fois singulier et incomparable est une affirmation qui en cache probablement une autre, car elle est, prise à la lettre, ou trop banale, ou absurde. En effet, chaque événement, et non seulement le plus traumatisant de tous, est absolument singulier. Pour rester dans le registre de l'horrible, n'est-elle pas unique, la destruction presque intégrale de la population de tout un continent, de l'Amérique, au XVIe siècle ? N'est-elle pas unique, la réduction massive à l'esclavage de la population d'un autre continent, l'Afrique ? L'enfermement de quinze millions de détenus dans les camps staliniens n'est-il pas unique ? […] Il est impossible d'affirmer à la fois que le passé doit nous servir de leçon et qu'il est absolument incomparable avec le présent : ce qui est singulier ne nous enseigne rien du tout pour l'avenir. […] Au-delà d'un certain seuil, les crimes contre l'humanité ont beau rester spécifiques, ils se rejoignent dans l'horreur sans nuances qu'ils suscitent et dans la condamnation absolue qu'ils méritent ; cela vaut aussi bien, à mes yeux, pour l'extermination des Amérindiens que pour la soumission à l'esclavage des Africains, pour les horreurs du Goulag que pour celles des camps nazis.
  • Les Abus de la mémoire, Tzvetan Todorov, éd. Arléa, 2004  (ISBN 2-86959-405-4), p. 34,42


Elie Wiesel, La nuit, 1958[modifier]

Madame Schächter s'était tue d'elle-même. Elle était redevenue muette, indifférente, absente et avait regagné son coin.

Nous regardions les flammes dans la nuit. Une odeur abominable flottait dans l'air. Soudain, nos portes s'ouvrirent. De curieux personnages, vêtus de vestes rayées, de pantalons noirs, sautèrent dans le wagon. Dans leurs mains, une lampe électrique et un bâton. Ils se mirent à frapper à droite et à gauche, avant de crier :
— Tout le monde descend ! Laissez tout dans le wagon ! Vite !

Nous sautâmes dehors. Je jetai un dernier regard vers madame Schächter. Son petit garçon lui tenait la main. Devant nous, ces flammes. Dans l'air, cette odeur de chair brûlée. Il devait être minuit. Nous étions arrivés. A Birkenau.


Je ne pourrais jamais oublier Juliek. Comment pourrais-je oublier ce concert donné à un public d'agonisants et de morts ! Aujourd'hui encore, lorsque j'entends jouer du Beethoven, mes yeux se ferment et, de l'obscurité, surgit le visage pâle et triste de mon camarade polonais faisant au violon ses adieux à un auditoire de mourants.
Je ne sais combien de temps il joua. Le sommeil m'a vaincu. Quand je m'éveillai, à la clarté du jour, j'aperçus Juliek, en face de moi, recroquevillé sur lui-même, mort. Près de lui gisait son violon, piétiné, écrasé, petit cadavre insolite et bouleversant.


Politique[modifier]

Jacques Chirac, Discours de commémoration de la rafle du Vel d’Hiv, 1995[modifier]

Cinquante ans après, fidèle à sa loi, mais sans esprit de haine ou de vengeance, la Communauté juive se souvient, et toute la France avec elle. Pour que vivent les six millions de martyrs de la Shoah. Pour que de telles atrocités ne se reproduisent jamais plus. Pour que le sang de l'holocauste devienne, selon le mot de Samuel Pisar, le "sang de l'espoir".


Simone Veil, Journée nationale de commémoration de la rafle du Vel d’Hiv, 2005[modifier]

Le principal danger aujourd’hui, c’est la banalisation, qui fait qu’on en parle à mauvais escient, qu’on s’y réfère en des occasions qui ne le justifient pas, qu’on cherche à dévoyer la mémoire au service d’une cause quelconque. La menace, c’est celle de la comparaison des souffrances, de la relativisation des martyres, de la concurrence des victimes. Bien sûr, d’autres génocides ont été commis depuis. Mais transmettre la mémoire du massacre des juifs d’Europe, c’est aujourd’hui, avant tout, rappeler son caractère unique dans l’histoire des hommes. La Shoah, cette entreprise de destruction systématique de tout un peuple, sur tout un continent, ne souffre pas de comparaison. La diffamation des victimes et l’infidélité de la mémoire commence quand on songe à relativiser l’absolu au lieu de l’enseigner.


Philosophie[modifier]

Hannah Arendt, Penseur de la Shoah, 1943[modifier]

Mais avant de nous jeter la première pierre, souvenez-vous qu'être Juif ne confère aucun statut légal en ce monde. Si nous commencions par dire la vérité, à savoir que nous ne sommes que des Juifs, cela reviendrait à nous exposer au destin d'êtres humains qui, parce qu'ils ne sont protégés par aucune loi spécifique ni convention politique, ne sont que des êtres humains. Je m'imagine mal une attitude plus dangereuse puisque nous vivons actuellement dans un monde où les êtres humains en tant que tels ont cessé d'exister depuis longtemps déjà ; puisque la société a découvert que la discrimination était la grande arme sociale au moyen de laquelle on peut tuer les hommes sans effusion de sang, puisque les passeports ou les certificats de naissance et même parfois les déclarations d'impôts ne sont plus des documents officiels, mais des critères de distinctions sociales.
  • Hannah Arendt, 1943, dans RHS N° 164. Hannah Arendt. Penseur de la Shoah (1943-1963).


Bernard-Henri Lévy, Réflexions sur la guerre, le mal et la fin de l'histoire, 2001[modifier]

La leçon de la Shoah, pour moi, c'est aussi une vigilance sans répit sur tous les fronts contemporains du malheur. …se donner une vraie chance, si, en quelque point du globe…revient flotter le parfum, reconnaissable entre mille, du génocide, de ne pas passer à côté ; tout faire, se donner tous les moyens possibles, pour, ce jour-là, ne pas avoir à dire:"nous ne savions pas ; je ne savais pas" ; une mémoire vive, en d'autres termes ; une mémoire en alerte, et qui travaille, et qui donne des armes à qui en veut ; une mémoire qui rende, non pas sourd, mais attentif aux premières notes de la musique fatale ; ce n'est jamais la même musique ? ni le même parfum ? l'Histoire a plus d'imagination que les hommes ? le Diable plus que l'Histoire ? et il n'est pas du genre, le Diable, à commettre l'erreur d'amateur de nous resservir un génocide en tout point semblable à l'étalon du genre ? bien sûr ; mais tout de même, il ne fallait pas être sorcier au Rwanda, pour entendre ce qui venait ; il ne fallait pas être très malin pour, en Bosnie … comprendre de quoi il retournait - Il fallait juste … avoir la Shoah au cœur et dans la tête ; il fallait juste … se souvenir … ; il fallait en un mot, avoir une mémoire à jour.


Voir aussi[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :