Capitalisme

Citations « Capitalisme » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Le capitalisme désigne le régime économique fondé sur le salariat et l'accumulation de capital.

Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776)[modifier]

Ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du marchand de bière et du boulanger, que nous attendons notre dîner, mais bien du soin qu’ils apportent à leurs intérêts. Nous ne nous adressons pas à leur humanité, mais à leur égoïsme.

  • (en) It is not from the benevolence of the butcher, the brewer, or the baker, that we expect our dinner, but from regard to their own interest. We address ourselves, not to their humanity but to their self-love.
  • Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), Adam Smith (trad. Germain Garnier), éd. Otto Zeller, 1966, t. 1, chap. 2, livre premier, p. 19 (texte intégral sur Wikisource)


Jean Jaurès, Discours à la chambre (1895)[modifier]

Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l'orage.

  • Cette citation est en fait une reformulation issue du discours de Jaurès à la Chambre en 1895 (voir la citation complète).
  • Démocratie, Georges Marchais, éd. sociales, 1990 (ISBN 2209063256), p. 141

Gilbert Keith Chesterton, Utopie des usuriers, (1917)[modifier]

Le capitalisme est un être particulièrement rusé doté d'un tas de qualités dont la plus remarquable à mes yeux est un manque absolu de vergogne. A ses yeux, rien n'est saint, rien n'est sacré ; pas plus l'heure de la mort que le jour du jugement, la maison de deuil ou la tente de l'exil, la chevalerie ou le patriotisme, la féminité ou le veuvage ; rien n'échappe à ses sales petits tripatouillages. Tout ce qui compte pour lui, c'est de mettre au régime celui qui travaille afin de lui faire rendre le maximum. Et tout comme on voit des collecteurs d'impôts glisser un pied insolent dans l'embrasure de la porte du taudis où ils ont affaire, les capitalistes, eux, sont toujours prêts à enfoncer un coin boueux partout où il se trouve une fente dans une maisonnée en train de se fissurer ou une fêlure dans un cœur en train de se briser.

  • Utopie des usuriers, G.K. Chesterton, éd. éditions de l'Homme Nouveau, 2010 (ISBN 978-2-915988-31-4), p. 80


Si la raison et le bon sens, le jugement et le discernement sont des termes qui signifient encore quelque chose, je dirai que la capitalisme est insane. Je ne dirai pas à M. Rockefeller : « Je suis un rebelle. » Je lui dirai : « Je suis un homme respectable et vous pas. »

  • Utopie des usuriers, G.K. Chesterton, éd. éditions de l'Homme Nouveau, 2010 (ISBN 978-2-915988-31-4), p. 86


Et nous avons fini par nous apercevoir que le capitalisme ne sait pas plus écrire qu'il ne sait se battre, prier, se marier, faire une plaisanterie ou tout autre chose profondément humaine.

  • Utopie des usuriers, G.K. Chesterton, éd. éditions de l'Homme Nouveau, 2010 (ISBN 978-2-915988-31-4), p. 181


Gilbert Keith Chesterton, Plaidoyer pour une propriété anticapitaliste, (1926)[modifier]

Quand je dis : « Capitalisme », j'entends communément quelque chose qui peut s'exprimer de la façon suivante : un ensemble de conditions économiques permettant à une classe de capitalistes, facilement reconnaissable et relativement restreinte, entre les mains de laquelle est concentrée une si grande portion du capital que la grande majorité des citoyens se voit contrainte de servir ces capitalistes en échange d'un salaire.

  • Plaidoyer pour une propriété anticapitaliste (1926), G.K. Chesterton, éd. éditions de l'Homme Nouveau, 2010 (ISBN 978-2-915988-28-4), p. 15


Pour une personne saine d'esprit, le problème de la concentration capitaliste relève du droit criminel pour ne pas dire de la démence criminelle.

  • Plaidoyer pour une propriété anticapitaliste (1926), G.K. Chesterton, éd. éditions de l'Homme Nouveau, 2010 (ISBN 978-2-915988-28-4), p. 96


David Thesmar & Augustin Landier, Le Grand méchant marché, (2007)[modifier]

Cette nouvelle pensée unique qu'est la révolte contre le « grand méchant loup » du libéralisme financier résiste mal à la confrontation aux faits. Le capitalisme financier n'est pas l'instrument du vieux conflit capital-travail qui hante le débat politique depuis plus d'un siècle. [..] Le capitalisme actionnarial n'induit pas non plus la myopie industrielle pour laquelle on le blâme, mais permet au contraire le financement de projets de très longue haleine. De manière générale, le constant quantitatif est univoque : la finance est l'amie de l'emploi, pas son fossoyeur.

  • Le grand méchant marché, décryptage d'un fantasme français, Augustin Landier et David Thesmar, éd. Flammarion, 2007, chap. introduction, p. 8-9


Georges Bataille, La Part maudite (1949)[modifier]

… je puis dire du calvinisme ayant le capitalisme pour conséquence qu’il annonce un problème fondamental : comment l’homme pourrait-il se trouver – ou se retrouver – puisque l’action, à laquelle l’engage de quelque façon la recherche est justement ce qui l’éloigne de lui-même ?

  • La Part maudite précédé de La Notion de dépense (1949), Georges Bataille, éd. Éditions de Minuit, coll. Critique, 2003 (ISBN 2-7073-0181-7), p. 167


Maurice G. Dantec, Le Théâtre des opérations (2002)[modifier]

Le capitalisme est le système d'exploitation dont l'homme est l'ordinateur.

  • Le Théâtre des opérations (2000), Maurice G. Dantec, éd. Gallimard, coll. Folio, 2002, p. 223


Corinne Maier, Bonjour paresse, (2004)[modifier]

Il est vrai que bouger est l'impératif catégorique d'un capitalisme dont la finalité est de rendre l'inutile à la fois indispensable et frelaté, et ce le plus vite possible.

  • Bonjour paresse (2004), Corinne Maier, éd. Michalon, 2004 (ISBN 2-84186-231-3), p. 52


La philosophe Hannah Arendt le disait déjà: le capitalisme engendre du superflu, et c'est d'abord nous qui sommes superflus!

  • Bonjour paresse (2004), Corinne Maier, éd. Michalon, 2004 (ISBN 2-84186-231-3), p. 40


Jean-Claude Michéa, Impasse Adam Smith, (2002)[modifier]

De nos jours, la pire des illusions que puisse entretenir un militant de gauche, c'est donc de continuer à croire que ce système capitaliste qu'il affirme combattre, constitue par essence, un ordre conservateur, autoritaire et patriarcal, dont l'Église, l'Armée et la Famille définiraient les piliers fondamentaux.

  • Impasse Adam Smith. Brèves remarques sur l'impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche, Jean-Claude Michéa, éd. Flammarion, coll. Champs essais, 2006, p. 41


Johann Norberg, Plaidoyer pour la mondialisation capitaliste (2003)[modifier]

C'est pour cette raison que nous sommes désignés les « pays riches », parce que c'est le capitalisme qui a donné aux gens la liberté et le pouvoir de créer, de produire et de commercer, suscitant ainsi l'émergence de la prospérité.

  • (en) Plaidoyer pour la mondialisation capitaliste, Johan Norberg (trad. Martin Masse), éd. Plon, 2003 (ISBN 2259200095), p. 49-50


Enzo Traverso, Un Système inhumain (2007)[modifier]

Le capitalisme n'a certes pas inventé le sida, mais il a organisé sa propagation, en soumettant à un impératif marchand la production et la distribution des médicaments qui permettent de le combattre.

  • « Un Système inhumain », Enzo Traverso, Politis (ISSN 1290-5550), nº 967, 13 septembre 2007, p. 10


Bernard Maris, Houellebecq économiste (2014)[modifier]

Mais la destruction créatrice, l'essence du capitalisme, cache sous sa pseudo-nouveauté et son clinquant quelque chose de beaucoup plus terrible : elle cache la terreur que le changement perpétuel fait vivre aux subalternes, en même temps que le contrôle de fer qu'il leur impose. La destruction créatrice, c'est le fouet et la peur.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimedia :

Définition sur Wiktionnaire.

Article sur Wikipedia.