Yuval Noah Harari

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Yuval Noah Harari (2013).

Yuval Noah Harari (1976-) est un historien et professeur d’histoire israélien. Il s'est fait connaître avec son libre Sapiens : une brève histoire de l'humanité.

Citations[modifier]

Sapiens[modifier]

Il y a même quelques cultures humaines actuelles qui pratiquent la paternité collective : par exemple, les Indiens Bari. Dans les croyances de ces sociétés, un enfant ne naît pas du sperme d'un seul homme, mais de l'accumulation du sperme dans la matrice d'une femme. Une bonne mère se fera un devoir de coucher avec plusieurs hommes, surtout quand elle est enceinte, afin que son enfant jouisse des qualités (et des soins paternels) du meilleur chasseur, mais aussi du meilleur conteur, du guerrier le plus valeureux et de l'amant le plus prévenant.
  • Sapiens : Une brève histoire de l'humanité (2011), Yuval Noah Harari (trad. Pierre-Emmanuel Dauzat), éd. Albin Michel, 2015  (ISBN 978-2-226-25701-7), p. 57


[...] l'histoire donne de de l'Homo sapiens l'image d'un serial killer écologique. [...] Homo sapiens provoqua l'extinction de près de la moitié des grands animaux de la planète, bien avant que l'homme n'invente la roue l'écriture ou les outils de fer. [...] La première vague d'extinction qui accompagna l'essor des fourrageurs et fut suivie par la deuxième, qui accompagna l'essor des cultivateurs, nous offre une perspective intéressante sur la troisième vague que provoque aujourd'hui l'activité industrielle. [...] Nous avons le privilège douteux d'être l'espère la plus meurtrière des annales de la biologie.
  • Sapiens : Une brève histoire de l'humanité (2011), Yuval Noah Harari (trad. Pierre-Emmanuel Dauzat), éd. Albin Michel, 2015  (ISBN 978-2-226-25701-7), p. 89-97


Loin d'annoncer une ère nouvelle de vie facile, la Révolution agricole rendit généralement la vie des cultivateurs plus difficile, moins satisfaisante que celle des fourrageurs. Les chasseurs-cueilleurs occupaient leurs temps de manière plus stimulante et variée et se trouvaient moins exposés à la famine et aux maladies. Certes, la Révolution agricole augmenta la somme totale de vivres à disposition de l'humanité, mais la nourriture supplémentaire ne se traduisit ni en une meilleure alimentation ni en davantage de loisirs. Elle se solda plutôt par des explosions démographiques et l'apparition d'élites choyées. Le fermier moyen travaillait plus dur que le fourrageur moyen, mais se nourrissait moins bien, La Révolution agricole fut la plus grande escroquerie de l'histoire.
  • Sapiens : Une brève histoire de l'humanité (2011), Yuval Noah Harari (trad. Pierre-Emmanuel Dauzat), éd. Albin Michel, 2015  (ISBN 978-2-226-25701-7), p. 104


Telle est l'essence de la Révolution agricole : la faculté de maintenir des gens en vie dans des conditions pires. Mais pourquoi les individus se soucient-ils de ce calcul évolutionniste ? Pourquoi un individu sain d'esprit abaisserait-il son niveau de vie à seule fin de multiplier le nombre de copies du génome de l'Homo sapeins ? Personne n'a accepté ce marché. La Révolution agricole fut un piège.
  • Sapiens : Une brève histoire de l'humanité (2011), Yuval Noah Harari (trad. Pierre-Emmanuel Dauzat), éd. Albin Michel, 2015  (ISBN 978-2-226-25701-7), p. 108


Pourquoi cette erreur de calcul fatidique ? Les raisons sont les mêmes que tout au long de l'histoire. Les gens ont été incapables de mesurer toutes les conséquences de leurs décisions.
  • Sapiens : Une brève histoire de l'humanité (2011), Yuval Noah Harari (trad. Pierre-Emmanuel Dauzat), éd. Albin Michel, 2015  (ISBN 978-2-226-25701-7), p. 111


Ce décalage entre la réussite au regard de l'évolution et la souffrance individuelle est peut-être la leçon la plus importante qu'il nous faille tirer de la Révolution agricole.
  • Sapiens : Une brève histoire de l'humanité (2011), Yuval Noah Harari (trad. Pierre-Emmanuel Dauzat), éd. Albin Michel, 2015  (ISBN 978-2-226-25701-7), p. 122


Trois grands facteurs empêchent les gens de comprendre que l'ordre qui régit leur vie n'existe que dans leur imagination:
a. L'ordre imaginaire est incorporé au monde matériel.
b. L'ordre imaginaire façonne nos désirs.
c. L'ordre imaginaire est intersubjectif.
  • Sapiens : Une brève histoire de l'humanité (2011), Yuval Noah Harari (trad. Pierre-Emmanuel Dauzat), éd. Albin Michel, 2015  (ISBN 978-2-226-25701-7), p. 141-144


De nos jours, les gens dépensent de grosses sommes en vacances à l'étranger parce que ce sont des vrais croyants, adeptes des mythes du consumérisme romantique.
  • Sapiens : Une brève histoire de l'humanité (2011), Yuval Noah Harari (trad. Pierre-Emmanuel Dauzat), éd. Albin Michel, 2015  (ISBN 978-2-226-25701-7), p. 143


Alors pourquoi étudier l'histoire ? A la différence de la physique ou de l'économie, l'histoire n'est pas le moyen de faire des prédictions exactes. Ce n'est pas pour connaître le futur que nous étudions l'histoire, mais pour élargir nos horizons, comprendre que notre situation actuelle n'est ni naturelle ni inévitable et que, de ce fait, les possibilités qui nous sont ouvertes sont bien plus nombreuses que nous ne l'imaginons.
  • Sapiens : Une brève histoire de l'humanité (2011), Yuval Noah Harari (trad. Pierre-Emmanuel Dauzat), éd. Albin Michel, 2015  (ISBN 978-2-226-25701-7), p. 284


La quantité d'énergie stockée dans les combustibles fossiles sur Terre est négligeable en comparaison de la quantité que dispense chaque jour le Soleil... et gratuitement. Seule une infime proportion de l'énergie solaire atteint la Terre mais cela équivaut à 3.766.800 exajoules d'énergie chaque année [...]. Toutes les plantes du monde ne capturent que 3.000 environ de ces exajoules solaires à travers la photosynthèse. Toutes les activités et industries humaines réunies consomment annuellement autour de 500 exajoules, soit l'équivalent de l'énergie que la Terre reçoit du Soleil en 90 petites minutes. Et ce n'est que l'énergie solaire. Nous sommes de surcroît entourés d'énormes sources d'énergie, comme l'énergie nucléaire [des réactions de fission se déroulant au centre de la Terre] et l'énergie gravitationnelle -- nulle part plus manifeste que dans les marées océaniques causées par les effets de l'attraction lunaire sur la Terre.
  • Sapiens : Une brève histoire de l'humanité (2011), Yuval Noah Harari (trad. Pierre-Emmanuel Dauzat), éd. Albin Michel, 2015  (ISBN 978-2-226-25701-7), p. 397


Homo deus[modifier]

Le terrorisme est un show. Les terroristes montent un terrifiant spectacle de violence qui frappe notre imagination et nous donne le sentiment de régresser dans le chaos du Moyen Âge. Par voie de conséquence, les États se sentent souvent obligés de réagir au théâtre du terrorisme par un étalage de mesures de sécurité, orchestrant d'immenses déploiements de force, allant même jusqu'à persécuter des populations entières ou envahir d'autres pays.
  • Homo deus : une brève histoire de l'avenir (2015), Yuval Noah Hariri (trad. Pierre-Emmanuel Dauzat), éd. Albin Michel, 2017  (ISBN 978-2-226-39387-6), p. 29


Les islamistes n'auraient jamais pu renverser Saddam Hussein par eux-mêmes. Ils ont préféré faire enrager les États-Unis grâce aux attentats du 11-Septembre, et les États-Unis ont détruit le magasin de porcelaine du Moyen-Orient à leur place.
  • Homo deus : une brève histoire de l'avenir (2015), Yuval Noah Hariri (trad. Pierre-Emmanuel Dauzat), éd. Albin Michel, 2017  (ISBN 978-2-226-39387-6), p. 29


La lutte des classes est bel et bien inhérente au système capitaliste, mais les riches ne souffrent pas des supplices éternels de l'enfer après la mort. même si c'est exact, pourtant, cela ne signifie pas que le communisme ne soit pas une religion. Cela veut dire plutôt qu'il est l'unique religion vraie.
  • Homo deus : une brève histoire de l'avenir (2015), Yuval Noah Hariri (trad. Pierre-Emmanuel Dauzat), éd. Albin Michel, 2017  (ISBN 978-2-226-39387-6), p. 202


Les fidèles de chaque religion sont convaincus que seule la leur est vraie. Peut-être les fidèles d'une religion ont-ils raison.
  • Homo deus : une brève histoire de l'avenir (2015), Yuval Noah Hariri (trad. Pierre-Emmanuel Dauzat), éd. Albin Michel, 2017  (ISBN 978-2-226-39387-6), p. 202


Divers[modifier]

Les animaux sont les principales victimes de l'histoire, et leur traitement par l'élevage industriel est peut-être le pire crime de tous les temps.
  • (en) Animals are the main victims of history, and the treatment of domesticated animals in industrial farms is perhaps the worst crime in history.


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :