Échecs

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Staunton chess set.jpg

Le jeu d’échecs (prononcer [eʃɛk]) est un jeu de plateau de réflexion pour deux personnes dérivé du chatrang perse et indirectement du chaturanga d'Inde, et connu dans le monde arabe depuis le Moyen âge. Jouissant d'un grand succès populaire et critique depuis cette époque, il est massivement pratiqué par des amateurs et des professionnels.

Citations de joueurs professionnels[modifier]

Garry Kasparov[modifier]

Voir le recueil de citations : Garry Kasparov
Après une vie passée à analyser le jeu d'échecs et à comparer les capacités des ordinateurs aux capacités du cerveau humain, je me suis souvent demandé : d'où vient notre réussite ? La réponse est la synthèse, l'aptitude à combiner la créativité et le calcul, l'art et la science, en un tout bien plus grand que la somme de ses parties. Les échecs sont un nexus cognitif unique, un lieu où l'art et la science s'assemblent dans l'esprit humain, et sont ensuite raffinés et améliorés par l'expérience.
  • (en) Having spent a lifetime analyzing the game of chess and comparing the capacity of computers to the capacity of the human brain, I've often wondered, where does our success come from? The answer is synthesis, the ability to combine creativity and calculation, art and science, into a whole that is much greater than the sum of its parts. Chess is a unique cognitive nexus, a place where art and science come together in the human mind, and are then refined and improved by experience.
  • How Life Imitates Chess, Garry Kasparov (trad. Wikiquote), éd. William Heinemann Ltd., 2007, Opening Gambit, Why Chess?, p. 4


Caïssa, la déesse des échecs, m'a puni pour mon jeu conservateur, pour avoir trahi ma nature.
  • (en) Caissa, the goddess of chess, had punished me for my conservative play, for betraying my nature.
  • How Life Imitates Chess, Garry Kasparov (trad. Wikiquote), éd. William Heinemann Ltd., 2007, Part III, Chapter 15, Crisis Point, p. 188


Les échecs ne sont pas un jeu fait pour les dictateurs, pour de multiples raisons. Un, ils sont transparents. C'est toutes les informations à 100% disponibles donc vous savez exactement ce que vous avez, vous savez exactement ce qu'a votre adversaire. Vous ne savez pas ce qu'il ou elle pense, mais vous savez sans le moindre doute quelles sortes de ressources votre adversaire peut utiliser pour vous frapper, pour endommager votre position. Aussi, les échecs sont en bonne partie un jeu de stratégie donc vous devez raisonner sur le long terme. Les dictateurs ne pensent pas sur le long terme. Les dictateurs, en particulier ceux qui sont au pouvoir depuis aussi longtemps que l'est Poutine, ils doivent travailler en mode survie. Parce que tout tourne autour du jour d'aujourd'hui, peut-être de demain matin. Tout ce qui nous aide à survivre est bon. Parce que dès que le dictateur raisonnera sur le long terme, il manquera nécessairement des gens de son propre entourage en train de le frapper dans le dos. Le jeu qui définit beaucoup mieux les dictateurs est le poker, parce qu'il tourne autour du bluff. Peu importe que vous ayez une main forte ou une main faible. Vous pouvez avoir une main faible, mais si vous êtes à l'aise pour bluffer, faire grimper les enjeux, et si vous savez lire votre adversaire.
  • (en) [C]hess is not a game for dictators for numerous reasons. One, it's transparent. It’s all information hundred percent available so you know exactly what you have, you know exactly what your opponent has. You don’t know what he or she is thinking, but you definitely know what kind of resources your opponent can use to hurt you, to damage your position. Also, chess is very much a strategic game so you have to think long-term. Dictators don’t think long-term. Dictators, especially who are in power for so long as Putin is, they have to work on the survival mode. Because it’s all about today, maybe tomorrow morning. Everything that helps us survive is good. Because the moment the dictator thinks long-term, he’ll definitely miss guys from his own entourage hitting him in his own back. The game that defines dictators much better is poker because it’s about bluffs. It doesn’t matter whether you have a strong hand or weak hand. You can have a weak hand, but if you’re comfortable bluffing, raising stakes, and if you can read your opponent.
  • « Garry Kasparov II », Garry Kasparov (propos recueillis par Bill Kristol), Conversations with Bill Kristol, 24 avril 2016 (lire en ligne)


Évocations des échecs dans les arts[modifier]

Dans la littérature[modifier]

Joseph Delteil[modifier]

J'avais le goût de la typographie, des châtaignes, de la laine. Un peu de bric-à-brac ne me déplaisait pas, pourvu qu'il décelât un goût volumineux et atmosphérique. J'abhorrais la poudre de riz, et j'aimais sans bornes les échecs. Je me souviens. Luce était ma partenaire à ce jeu, et à quelques autres. L'échiquier exsangue, à carreaux verdâtres et pâles, avait la jaunisse verte. Le cheval galopait fiévreusement, comme mon cœur. La reine... c'est à cette époque que je compris qu'une reine était une femme. Mais le corollaire de cette proposition m'échappait encore. Quant à cette bande de pions qui me barraient la route comme les archers aux chevaliers de Crécy...
  • « Échec », Joseph Delteil, Littérature Nouvelle Série, nº 10, Octobre 1923, p. 6


André Gide[modifier]

Ce n'est pas tant des événements que j'ai curiosité, que de moi-même. Tel se croit capable de tout, qui, devant que d'agir, recule... Qu'il y a loin, entre l'imagination et le fait ! ... Et pas plus le droit de reprendre son coup qu'aux échecs. Bah ! qui prévoirait tous les risques, le jeu perdrait tout intérêt ! ...
  • Lafcadio, dans Les Caves du Vatican.


Antoine de Saint-Exupéry[modifier]

C'est en graissant ton fusil avec respect et pour le fusil et pour la graisse, c'est en comptant tes pas sur le chemin de ronde, c'est en saluant ton caporal et pour le salut que tu prépares en toi l'illumination de la sentinelle – c'est en poussant tes pièces d'échec dans le sérieux des conventions du jeu d'échec, c'est en rougissant de colère si ton adversaire triche avec la règle, que tu prépares en toi l'illumination du vainqueur d'échecs. C'est en sanglant tes bêtes, c'est en grognant contre la soif, c'est en maudissant les vents de sable, c'est en butant et en grelottant et en brûlant que – sous la condition que tu demeures fidèle non au pathétique des ailes qui n'est que fausse poésie à l'étage de la chenille, mais à ta fonction de chaque instant – tu peux prétendre à l'illumination du pèlerin qui sentira plus tard qu'il a fait le pas de miracle aux soudains battement de son cœur.
  • Citadelle, Antoine de Saint-Exupéry, éd. Gallimard, coll. « La Pléiade », 1953, chap. CXCIX, p. 937-938


Stefan Zweig[modifier]

Ce gaillard ne sait qu'une chose, derrière son front barré, c'est que depuis des mois, il n'a pas perdu une seule partie d'échecs, et comme précisément il ne soupçonne pas qu'il y a d'autres valeurs en ce monde que les échecs et l'argent, il a toutes les raisons d'être enchanté de lui-même.
  • Le Joueur d'échecs (1943), Stefan Zweig (trad. non mentionné), éd. Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche », 1991, p. 20


Au cinéma[modifier]

Nemo (9 ans) : Aux échecs on appelle ça le zugzwang... quand le seul coup valable pour s'en sortir...
Nemo (118 ans) : ...serait de ne pas jouer...
  • Thomas Byrne et Jared Leto, Mr. Nobody (2009), écrit par Jaco Van Dormael


Article connexe[modifier]

Liens externes[modifier]