Star Trek (série télévisée)

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Star Trek est une série télévisée américaine de science-fiction (1966~1969) créée par Gene Roddenberry.
Elle a reçu le prix Hugo en 1967 (épisode « La ménagerie ») et en 1968 (épisode « Contretemps » et prix spécial pour Gene Roddenberry).

La numérotation respecte l'ordre de production des épisodes.

Générique[modifier]

Espace, frontière de l'infini, vers laquelle voyage notre vaisseau spatial. Sa mission de cinq ans : explorer de nouveaux mondes étranges, découvrir de nouvelles vies, d'autres civilisations, et au mépris du danger avancer vers l'inconnu...
  • (en) Space, the final frontier. These are the voyages of the Starship Enterprise. Its five-year mission: to explore strange new worlds, to seek out new life and new civilizations, to boldly go where no man has gone before.
  • Il existe une variante qui se termine par « reculer l'impossible » au lieu de « avancer vers l'inconnu. »
    Il existe une variante qui contient « Sa mission : » au lieu de « Sa mission de cinq ans :. »
  • William Shatner, Star Trek, toutes saisons, tous épisodes, écrit par Gene Roddenberry et al..


Saison 1[modifier]

Épisode 3 - Où l'homme dépasse l'homme (Where No Man Has Gone Before)[modifier]

Capitaine Kirk : Auriez-vous la bonté de cesser ce jeu irritant qui m'exaspère, Monsieur Spock..
Spock : Irritant ?... Ah oui, l’une de vos étranges émotions.


Spock : Pouvoir total, c'est-à-dire corruption totale.
  • Leonard Nimoy, Star Trek : La Série Originelle, saison 1, épisode 3 (« Où l'homme dépasse l'homme », Where No Man Has Gone Before), écrit par Samuel A. Peeples.


Épisode 5 - L'imposteur (The enemy within)[modifier]

Spock : Vous êtes le capitaine. Vous n'avez pas le droit d'être vulnérable aux yeux de l'équipage. Vous ne pouvez pas être moins que parfait.


Spock : L'homme est composé d'hostilité, de luxure, de violence et de compassion, d'amour, de tendresse.
Capitaine Kirk : C'est un animal brutal et sans cervelle, et pourtant c'est moi !
  • Kirk évoque son double maléfique.


Capitaine Kirk : J'ai pu voir une part de moi-même qu'aucun homme ne verra.


Dr McCoy : Il est mort, Jim.
  • C'est la première fois que le Dr McKoy prononce cette phrase récurrente.


Épisode 7 - L'équipage en folie (The naked time)[modifier]

Capitaine Kirk : Jamais je ne te perdrais... Jamais !
  • Le capitaine Kirk s'adresse à son vaisseau, l'Enterprise.
  • William Shatner, Star Trek : La Série Originelle, saison 1, épisode 7 (« L'équipage en folie », The naked time), écrit par John D. F. Black.


Spock au Dr McCoy : Dites-vous bien que si mon anatomie semble différente de la votre, j'en suis ravi.
  • William Shatner, Star Trek : La Série Originelle, saison 1, épisode 7 (« L'équipage en folie », The naked time), écrit par John D. F. Black.


Épisode 9 - Les Voleurs d'esprit (Dagger of the Mind)[modifier]

Spock : Intéressant. Vous le peuple de la Terre, vous glorifiez les actes de violences depuis quarante siècles. Mais vous enfermez ceux qui l'utilisent individuellement.

McCoy : Et, naturellement, votre peuple a trouvé la bonne réponse.

Spock : En se débarrassant de l'émotion, docteur. Là où il n'y a aucune émotion, il n'y a aucun motif pour la violence.


Épisode 24 - Les derniers tyrans (Space seed)[modifier]

Spock : Je ne comprend pas pourquoi cela vous procure toujours du plaisir quand je me trompe.
Capitaine Kirk : Une de mes faiblesses émotionnelles terriennes.
  • Leonard Nimoy, William Shatner, Star Trek : La Série Originelle, saison 1, épisode 24 (« Les derniers tyrans », Space seed), écrit par Gene L. Coon, Carey Wilbur.


Kahn : Oui, il semble que nous allons améliorer votre siècle, capitaine.
  • Ricardo Montalban, Star Trek : La Série Originelle, saison 1, épisode 24 (« Les derniers tyrans », Space seed), écrit par Gene L. Coon, Carey Wilbur.


Saison 2[modifier]

Épisode 34 - Le mal du pays (Amok time)[modifier]

Spock : Il est humiliant pour une femme d'être la servante d'un homme qui n'est pas le sien.
  • Spock parle de l'infirmière Chapel qui lui avait apporté un bol de soupe vulcaine.
  • Leonard Nimoy, Star Trek, saison 2, épisode 34 (« Le mal du pays », Amok time), écrit par Theodore Sturgeon.


Capitaine Kirk : La plupart d'entre nous oublie le fait que même les Vulcains ne sont pas indestructibles.
  • William Shatner, Star Trek, saison 2, épisode 34 (« Le mal du pays », Amok time), écrit par Theodore Sturgeon.


Capitaine Kirk : Comme le dit la loi de Finagle : « Peu importe où le navire aborde, ce sera le port d'un autre et non le mien. »
  • (en) As one of Finagle laws puts it : « Any home port the ship makes will be somebody's else's. »
  • La loi de Finagle est une des nombreuses variantes de la loi de Murphy.
  • William Shatner, Star Trek, saison 2, épisode 34 (« Le mal du pays », Amok time), écrit par Theodore Sturgeon.


SpockKirk) : Nous avons des rites, des obligations, des coutumes qui datent de l'Antiquité. Les humains ne peuvent pas le concevoir. Cela nous obsède, domine complètement et provoque une sorte de démence surnaturelle qui nous enlève toute dignité. Cela s'appelle le "farr", "le temps des rapprochements".
  • En V.O., le nom complet est : "pon farr", "the time of mating".
  • Leonard Nimoy, Star Trek, saison 2, épisode 34 (« Le mal du pays », Amok time), écrit par Theodore Sturgeon.


KirkMcCoy) : [Spock] m'a sauvé la vie une bonne dizaine de fois. Cela ne vaut-il pas une carrière ?
  • William Shatner, Star Trek, saison 2, épisode 34 (« Le mal du pays », Amok time), écrit par Theodore Sturgeon.


SpockChapel) : Se serait totalement illogique d'aller à l'encontre de notre nature.
  • Leonard Nimoy, Star Trek, saison 2, épisode 34 (« Le mal du pays », Amok time), écrit par Theodore Sturgeon.


Spock : Longue vie, T'Pau, et prospérité.
T'Pau : Longue vie et prospérité, Spock.
Spock : Ça n'a plus de sens pour moi. J'ai tué mon capitaine, et mon ami.

  • Leonard Nimoy et Celia Lovsky, Star Trek, saison 2, épisode 34 (« Le mal du pays », Amok time), écrit par Theodore Sturgeon.


Épisode 44 - Un tour à Babel (Journey to Babel)[modifier]

Spock : S’il a une bonne raison, mon père est parfaitement capable de tuer. Logiquement et efficacement.
  • Leonard Nimoy, Star Trek : La Série Originelle, saison 2, épisode 44 (« Un tour à Babel », Journey to Babel), écrit par D.C. Fontana.


Amanda Grayson : Logique ! Logique ! J’en suis malade de la logique ! Vous voulez savoir ce que je pense de votre logique ?
  • Jane Wyatt, Star Trek : La Série Originelle, saison 2, épisode 44 (« Un tour à Babel », Journey to Babel), écrit par D.C. Fontana.


Dr McCoy : Vous savez quoi ? J'ai finalement eu le dernier mot !
  • DeForest Kelley, Star Trek : La Série Originelle, saison 2, épisode 44 (« Un tour à Babel », Journey to Babel), écrit par D.C. Fontana.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :