Michel Serres

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Michel Serres, 2014.

Michel Serres, né le et mort le , est un philosophe français élu à l’Académie française le .

Citations[modifier]

Les Cinq sens, 1985[modifier]

Non, la guerre n'est pas la mère de toutes choses. La bataille ne produit rien, sauf de nouvelles batailles, d'où sa fécondité nulle.
  • Les Cinq sens, Michel Serres, éd. Bernard Grasset, 1985  (ISBN 2-246-33431-4), p. 74


Rien ne se construit, ne se fait, ne s'invente, sinon dans la paix relative, dans une petite poche de paix locale rare maintenue au milieu de la dévastation universelle produite par la guerre perpétuelle.
  • Les Cinq sens, Michel Serres, éd. Bernard Grasset, 1985  (ISBN 2-246-33431-4), p. 75


Nous vivons aujourd'hui une crise aiguë des langues. Jadis tenues pour trésors, elles tombent en mésestime, chacun saccage la sienne, comme on a fait de la terre.
  • Les Cinq sens, Michel Serres, éd. Bernard Grasset, 1985  (ISBN 2-246-33431-4), p. 376


Éléments d’histoire des sciences, 1989[modifier]

Loin de dessiner une suite alignée d’acquis continus et croissants ou une même séquence soudaine de coupures, découvertes, inventions ou révolutions précipitant dans l’oubli un passé tout à coup révolu, l’histoire des sciences court et fluctue sur un réseau multiple et complexe de chemins qui se chevauchent et s’entrecroisent en des nœuds, sommets ou carrefours, échangeurs où bifurquent deux ou plusieurs voies.
  • Éléments d’histoire des sciences (1989), Michel Serres, éd. Larousse, 1997  (ISBN 2-03-750038-6), chap. Préface qui invite le lecteur à ne pas négliger de lire..., p. 16


Alors que les sciences s’étagent, s’effeuillent, séparées ou mélangées, en mille disciplines, et qu’elles changent sans cesse et fluctuent, produisant des temps différents, souvent imprévisibles dans leur avancée, ce qui reste relativement invariant dans leur histoire fulgurante et troublée, sont les lieux de convergence et de bifurcation où se posent les problèmes et où se prennent ou ne se prennent pas les décisions.
  • Éléments d’histoire des sciences (1989), Michel Serres, éd. Larousse, 1997  (ISBN 2-03-750038-6), chap. Préface qui invite le lecteur à ne pas négliger de lire..., p. 17


Pas de science sans technique, sans machines, surtout de celles que Jacques-Louis Lions appela outils universels, pour ce qu’elles ont de l’outil l’efficace et l’universel la scientificité : les ordinateur. Tout le monde croit et à mille raisons de croire que ceux qui les inventèrent, depuis Leibniz et Pascal jusqu’à Turing et von Neumann, les avaient dans l’esprit tout armées avant de les construire dans leurs principes, matériels et logiciels. Non. Qui cherche ne sait pas, tâtonne, bricole, hésite, garde ses propres choix ouverts.
  • Éléments d’histoire des sciences (1989), Michel Serres, éd. Larousse, 1997  (ISBN 2-03-750038-6), chap. Préface qui invite le lecteur à ne pas négliger de lire..., p. 29


Les Origines de la géométrie, 1993[modifier]

En réaction violente, mais juste, contre d’anciens idéaux, pervers, qui prêchaient un universel presque toujours réductible à une domination impérialiste et envahissante, nos discours, depuis au moins un demi-siècle, bruirent de nos différences. Dominantes, les sciences humaines nous apprirent, en ce laps de temps, à ne pas seulement nous aimer les uns les autres, mais à reconnaître et respecter les droits des cultures, genres, sexes, langues et usages, autres. Nous devons leur savoir gré d’avoir ouvert ces multiplicités variées. Or, par un paradoxe pervers, la différence finit par s’imposer, à son tour, comme un dogme universel qui, partout et toujours, interdit de parler pour toujours et partout. Seul le local peut-il s’exprimer ? Cette loi sans justice oublie la géométrie.
  • Les Origines de la géométrie, Michel Serres, éd. Flammarion, 1993  (ISBN 978-2-0812-6070-2), chap. L’Universel : l’une de ses premières constructions, p. 9


L’histoire des sciences mathématiques se transforme en même temps que se poursuit leur invention, et si profondément, parfois, qu’elles semblent changer, plus que d’allure, de nature.
  • Les Origines de la géométrie, Michel Serres, éd. Flammarion, 1993  (ISBN 978-2-0812-6070-2), chap. Les différences : chaos en histoire des sciences, p. 15


Voilà les conditions ou fondements de la science : il existe un nous transcendantal qui a pour objet une terre transcendantale, celle que mesurent ou décrivent, en fait, toutes les géométries ou topologies de l’histoire, ancienne et à venir. Voilà les fondements de la connaissance scientifique en général, abstraite ou concrète. Aussi concrète que le sont sont le monde et les choses.
  • Les Origines de la géométrie, Michel Serres, éd. Flammarion, 1993  (ISBN 978-2-0812-6070-2), chap. Premier en logique : L’ÉLÉMENT - Origine automatique et retour aux origines socio-politiques - La Terre de la Géométrie, p. 306


Atlas, 1994[modifier]

Or les méthodes algorithmique, anciennes puisqu'elles datent des Babyloniens, mais nouvelles depuis les ordinateurs, cousant donc, elles aussi, deux mondes et deux temps, président aux technologies de simulation, qui approchent l'existence avec une proximité exquise. Elles suggèrent, parfois, des chemins nouveaux de passage du local au global dont la raison classique, préoccupée directement de l'abstrait, lumineusement global, ne soupçonnait pas la fiabilité. Comme les algorithmes procèdent, au sens absolu du terme, c'est à dire qu'ils décrivent des processus, des méthodes par ensembles de chemins, leur raison peut se dire cartographique. En procédant pas à pas, mais à la vitesse de la lumière, la simulation rattrape ce que nous appelions la raison.


Dis-moi ce que tu exclus, je te dirai ce que tu penses. Les choses mises hors la science, ou hors la mémoire de l'histoire des sciences, nous instruisent toujours excellemment sur ce qui passe pour su. Celui ou ce qu'on chasse ou expulse enseigne plus de choses sur ceux qui l'excluent que tous les discours que ceux-ci tiennent sur eux-mêmes.


Petite Poucette, 2012[modifier]

Il ou elle écrit autrement. Pour l’observer, avec admiration, envoyer, plus rapidement que je ne saurai jamais le faire de mes doigts gourds, envoyer, dis-je, des SMS avec les deux pouces, je les ai baptisés, avec la plus grande tendresse que puisse exprimer un grand-père, Petite Poucette et Petit Poucet. Voilà leur nom, plus joli que le vieux mot, pseudo-savant, de « dactylo.».


C'était mieux avant !, 2017[modifier]

Plus tard, j'eus à mesurer les distances du savoir. Mieux valait habiter Paris ou une grande ville pour accéder aux bibliothèques, aux universités, aux centres documentés. Un renseignement, une citation pouvaient coûter des journées de voyages et des heures de recherche. Clic, aujourd'hui, un centième de seconde pour le même résultat.


Autres citations[modifier]

Ces paroles ignobles de la Marseillaise où on parle du sang impur des ennemis, qui est un mot d'un racisme tel qu'on devrait avoir honte de l'enseigner aux enfants. Quels que soient les ennemis, qu'ils aient un sang impur, c'est quand même d'un racisme, j'aurais honte de l'enseigner à mes étudiants, ils ont tous un sang pur et l'impureté du sang est quelque chose qui me fait horreur. […] Ce n'est pas seulement un imaginaire raciste, c'est une tradition qui a été si longue qu'elle a fondé beaucoup de traditions politiques, beaucoup de philosophies du droit .
  • Michel Serres, 9 mai 2008, France Culture, dans Vendredis de la philosophie.


Je suis de tradition grecque, comme tous les philosophes ; mais on oublie trop souvent qu'il y a au moins deux traditions, celle de Platon et celle d'Aristote. J'ai longtemps été, en raison de mon intérêt pour les mathématiques, pleinement platonicien. Il m'a fallu un certain âge pour « découvrir » la pensée d'Aristote. Je suis maintenant devenu plutôt aristotélicien… Il suffit de lire les Allemands pour se rendre compte qu'ils sont eux-mêmes aristotéliciens, pour la bonne et simple raison qu'ils n'ont pas eu nos Lumières ni la Révolution française, qui a supprimé chez nous la tradition aristotélicienne pour ne garder que la tradition platonicienne. La tradition aristotélicienne étant associée au Moyen Âge, à la scolastique, au christianisme… D'une certaine manière, Heidegger, c'est du Aristote… Du Aristote traduit en Allemand.

  • Une intensité de lumière, entretien avec Michel Serres
  • Cahier Simone Weil, Cahier dirigé par Emmanuel Gabellieri et François l'Yvonnet, éd. Éditions de l'Herne, 2014  (ISBN 978-2-8519-7174-6), p. 37


Citations rapportées[modifier]

Citations sur[modifier]

Voir aussi[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :