Aller au contenu

Le Hobbit

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.

Bilbo le Hobbit ou Le Hobbit (en anglais The Hobbit) est un roman de fantasy pour enfants de John Ronald Reuel Tolkien paru en 1937. Il se déroule dans l'univers de la Terre du Milieu, auquel Tolkien a consacré de nombreux autres écrits pour adultes, dont Le Seigneur des Anneaux qui forme une suite au Hobbit, et Le Silmarillion qui décrit la genèse de cet univers.

Citations[modifier]

Chapitre 1. Une fête inattendue[modifier]

… c'était un trou de hobbit, ce qui implique le confort.
Dans un trou vivait un hobbit. Ce n'était pas un trou déplaisant, sale et humide, rempli de bouts de vers et d'une atmosphère suintante, non plus qu'un trou sec, nu, sablonneux, sans rien pour s'asseoir ni sur quoi manger : c'était un trou de hobbit, ce qui implique le confort.
  • (en) In a hole in the ground there lived a hobbit. Not a nasty, dirty, wet hole, filled with the ends of worms and an oozy smell, nor yet a dry, bare, sandy hole with nothing in it to sit down on or to eat: it was a hobbit-hole, and that means comfort.
  • Bilbo le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Francis Ledoux), éd. Le Livre de Poche, 2002, p. 7


Gandalf ! Si vous aviez entendu ne serait-ce que le quart de ce que j'ai entendu dire à son sujet, et je n'ai entendu qu'une très petite partie de ce qu'il y a à entendre, vous vous diriez que quelque chose de remarquable était sur le point d'arriver.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 1. Une fête inattendue, p. 16


Nous sommes des gens simples et tranquilles et les aventures ne nous intéressent pas. Quel tracas, quel inconfort, quelle horreur ! De quoi vous mettre en retard pour le dîner.
  • (en) We are plain quiet folk and have no use for adventures. Nasty disturbing uncomfortable things! Make you late for dinner!
  • Bilbo, à Gandalf
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 1. Une fête inattendue, p. 17-18


Fêlez les verres et les assiettes !
Usez couteaux, tordez fourchettes !
Bilbo Bessac n'aime pas, oh non !
Brisez bouteilles, brûlez bouchons !

  • Chanson des nains qui débarrassent la table.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 1. Une fête inattendue, p. 27


Bilbo et Gandalf. Illustration de Joel Lee, 2013.

Par monts brumeux et cimes glacées,
Jusqu'aux cavernes du passé,
Pour trouver l'or, avant l'aurore,
Il faut partir sans renoncer.

  • (en)

    Far over the misty mountains cold
    To dungeons deep and caverns old
    We must away ere break of day
    To seek the pale enchanted gold.

  • Extrait de la chanson de la quête des nains.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 1. Une fête inattendue, p. 29


Les pins sifflaient sur le versant,
Dans la nuit gémissait le vent.
Le feu montait et rougeoyait ;
Les arbres flambaient brusquement.

  • Extrait de la chanson de la quête des nains.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 1. Une fête inattendue, p. 30


Le noir pour de sombres affaires !
  • Les nains
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 1. Une fête inattendue, p. 30


Il a bien plus de qualités que vous ne le pensez, bien plus qu'il ne le croit lui-même.
  • (en) There is a lot more in him than you guess, and a deal more than he has any idea of himself.
  • Gandalf, au sujet de Bilbo
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 1. Une fête inattendue, p. 36


Ici, les épées sont passablement émoussées, les haches servent à bûcher du bois, les boucliers font office de berceaux ou de cloches à dessert ; et les dragons demeurent assez loin pour qu'on ne s'en inquiète pas, si bien qu'on les croit légendaires.
  • Gandalf, au sujet du Comté.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 1. Une fête inattendue, p. 39


Les dragons sont des voleurs d'or et de joyaux, vous le savez ; ils pillent tout ce qu'ils peuvent trouver, que ce soit chez les hommes, les elfes ou les nains, et ils gardent jalousement leur trésor pour le restant de leurs jours (qui sont pratiquement infinis, à moins qu'on les tue), sans jamais profiter du moindre colifichet.
  • Les nains
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 1. Une fête inattendue, p. 41-42


Chapitre 2. Rôti de mouton[modifier]

« L'aube vous saisisse et vous pétrifie ! »
Statue d'un Troll, similaire à ceux qui sont vus dans le film Le Hobbit : Un voyage inattendu, adapté du roman de Tolkien.
Il faudra vous passer de mouchoir et de bien d'autres choses avant la fin du voyage.
  • Le nain Balin, à Bilbo
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 2. Rôti de mouton, p. 51


L'aube vous saisisse et vous pétrifie !
  • Gandalf, aux trolls
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 2. Rôti de mouton, p. 65


Chapitre 3. Une brève halte[modifier]

Ohé ! Resterez-vous,
Ou bien repartirez-vous ?
Vos poneys égarés
Voudraient se reposer !
Partir serait folie,
Rester serait gentil !
Restez pour écouter
Le temps d'une soirée
notre refrain
ha ! ha !

  • Chanson des elfes de Fendeval
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 3. Une brève halte, p. 75


Les elfes savent des tas de choses, et apprennent tout ce qui se passe dans le pays, chez les différents peuples, plus vite que le ruisseau ne va à la rivière, ou même la rivière au fleuve.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 3. Une brève halte, p. 76


Or, aussi étrange que cela puisse paraître, les bonnes choses et les jours agréables sont vite racontés, et ne suscitent pas grand intérêt ; tandis que les choses inconfortables, époustouflantes et même épouvantables font souvent de meilleurs récits, et sont de toute manière bien plus longues à détailler.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 3. Une brève halte, p. 77-78


Sa demeure était parfaite, que l'on préfère la bonne nourriture, la sieste, le travail, les histoires et les chants, ou simplement s'asseoir et réfléchir, ou même un peu de tout cela. Les choses maléfiques n'entraient pas dans cette vallée.
  • Au sujet de Fendeval, résidence d'Elrond.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 3. Une brève halte, p. 78


Tenez-vous près de la pierre grise quand frapper la grive, et le soleil couchant, aux dernières lueurs du jour de Durin, brillera sur la serrure.
  • Elrond déchiffre l'inscription en lettres lunaires sur la carte de Thorin.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 3. Une brève halte, p. 78


Chapitre 4. Sur la colline et sous la colline[modifier]

C'est là, bien entendu, le danger des grottes : parfois, on ne sait pas jusqu'où elles vont, à quoi mène tel renfoncement, ou ce qui nous attend à l'intérieur.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 4.Sur la colline et sous la colline, p. 78


Rien ne vaut la recherche lorsqu'on veut trouver quelque chose (c'est du moins ce que Thorin dit aux jeunes nains).
  • (en) There is nothing like looking, if you want to find something (or so Thorin said to the young dwarves).
  • Bilbo le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Francis Ledoux), éd. Le Livre de Poche, 2002, chap. 4. Sur la colline et sous la colline, p. 65


En regardant, vous êtes presque sûr de trouver quelque chose, mais ce quelque chose n'est pas toujours exactement ce que vous cherchiez.
  • (en) You certainly usually find something, if you look, but it is not always quite the something you were after.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 4.Sur la colline et sous la colline, p. 78


Flic, flac ! le fouet claque !
Bats, blesse ! Frappe, fesse !
Criaille, fripouille ! Travaille, andouille !
Sans répit ! Les gobelins rient,
Tout partout, loin en dessous,
En bas, mon gars !

  • Chant gobelin
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 4.Sur la colline et sous la colline, p. 90


Rien ne vaut la recherche lorsqu'on veut trouver quelque chose (c'est du moins ce que Thorin dit aux jeunes nains).
  • (en) There is nothing like looking, if you want to find something (or so Thorin said to the young dwarves).
  • Bilbo le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Francis Ledoux), éd. Le Livre de Poche, 2002, p. 65


Chapitre 5. Énigmes dans le noir[modifier]

Gollum. Illustration d'Argent-Sky, 2013.

Elle a des racines que personne ne voit,
Dépasse tous les arbres du bois.
Jamais elle ne cesse de monter,
Jamais on ne la voit pousser.

  • (en)

    What has roots as nobody sees,
    Is taller than trees,
    Up, up it goes,
    And yet never grows?

  • Énigme de Gollum (réponse : une montagne).
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 5. Énigmes dans le noir, p. 107


Sans voix, il crie,
Sans jambe se lève,
Sans dents, il mord,
Murmure sans lèvres.

  • (en)

    Voiceless it cries,
    Wingless flutters,
    toothless bites,
    Mouthless mutters.

  • Énigme de Gollum (réponse : le vent).
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 5. Énigmes dans le noir, p. 108


Un coffre sans charnière, ni couvercle, ni clef,
Qui pourtant renferme un trésor doré.

  • (en)

    A box without hinges, key, or lid,
    yet golden treasure inside is hid.

  • Énigme de Bilbo (réponse : un œuf).
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 5. Énigmes dans le noir, p. 109


Qu'est-ce qu'il y a dans ma poche ?
  • (en) What have I got in my pocket?
  • Dernière énigme de Bilbo.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 5. Énigmes dans le noir, p. 113


Chapitre 6. Tombés de la poêle dans le feu[modifier]

Les aigles ne sont pas de gentils petits oiseaux. Certains sont lâches et même cruels. Mais ceux de la race ancienne des montagnes du Nord étaient les plus nobles de tous les oiseaux : fiers, forts, intrépides et généreux.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 6. Tombés de la poêle dans le feu, p. 113


Quinze oiseaux dans cinq sapins
Pris au piège comme des lapins !
Comme ils volent bas, ces petits oiseaux-là !
Mais qu'allons-nous faire de ces moineaux-là ?
Les déplumer ou les faire roussir ?
Les embrocher ou les faire bouillir ?

  • Chant des gobelins autour des arbres où sont piégés Bilbo, Gandalf et les nains.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 6. Tombés de la poêle dans le feu, p. 148-149


Chapitre 7. Une étrange demeure[modifier]

« C'est un change-peau. Il change de peau ; parfois, c'est un énorme ours noir ; parfois, c'est un homme grand et fort, un colosse aux cheveux noirs avec une barbe touffue. »
Beorn sous sa forme d'ours. Illustration de JMKilpatrick, 2013.
C'est un change-peau. Il change de peau ; parfois, c'est un énorme ours noir ; parfois, c'est un homme grand et fort, un colosse aux cheveux noirs avec une barbe touffue.
  • Gandalf, au sujet de Beorn
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 7. Une étrange demeure, p. 161


Le vent fouettait la lande en deuil,
mais dans la forêt, nulle feuille
ne remuait ni ne laissait
aucun jour en franchir le seuil.

  • Chant des nains à la veillée chez Beorn
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 7. Une étrange demeure, p. 161


C'est une bonne histoire que vous m'avez racontée là, dit Beorn, mais elle me plaît encore plus maintenant que je sais qu'elle est vraie.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 7. Une étrange demeure, p. 161


Voilà donc la forêt de Grand'Peur ! dit Gandalf. La grande forêt du Nord, la plus vaste qui soit dans cette partie du monde.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 7. Une étrange demeure, p. 187


Avant d'être nettement trop loin pour qu'on l'entende, il regarda en arrière et mit ses mains en cornet autour de sa bouche. Ils entendirent son cri résonner faiblement : « Adieu ! Soyez sages, prenez soin de vous... et NE QUITTEZ PAS LE SENTIER ! »
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 7. Une étrange demeure, p. 191


Chapitre 8. Mouches et araignées[modifier]

La vieille folle ne fait que tisser !
La vieille folle ne peut me trouver !
La Vénéneuse !
L'Empoisonneuse !
Arrête, mais arrête-toi,
Arrête de tisser et cherche-moi !

  • Chanson de défi de Bilbo aux araignées
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 8. Mouches et araignées, p. 216-217


Les Elfes sylvains s'attardèrent en ce Vaste Monde dans le crépuscule de notre Soleil et de notre Lune, mais ils préféraient de beaucoup les étoiles ; et ils errèrent sous les grands arbres, dans les vastes forêts de contrées aujourd'hui perdues.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 8. Mouches et araignées, p. 227


Chapitre 9. Treize tonneaux à la dérive[modifier]

Le roi elfe Thranduil. Illustration de Sonya "Nolwyn" Lindsay.
Est-ce un crime que d'être perdus dans la forêt, affamés et assoiffés, pris au piège par les araignées ?
  • Balin
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 9. Treize tonneaux à la dérive, p. 233


Comme j'aimerais retrouver mon trou de hobbit, et m'asseoir à la chaleur du feu et à la lueur de ma lampe !
  • Bilbo Bessac
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 9. Treize tonneaux à la dérive, p. 235


Par la rivière au vif courant,
Rejoignez vos terres d'antan !
Laissez derrière les cavernes
Et la colline grise et terne
Où la forêt, verte toiture,
Tisse sa vaste trame obscure !

  • Chanson des elfes charriant les tonneaux
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 9. Treize tonneaux à la dérive, p. 247


Chapitre 10. Un chaleureux accueil[modifier]

Je suis Thorin fils de Thrain fils de Thror, Roi sous la Montagne ! Je suis de retour !
  • Thorin Lécudechesne
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 10. Un chaleureux accueil, p. 263


Les ruisseaux courront d'allégresse
Jusqu'aux lacs argentins ;
périront chagrins et tristesse
Au retour du Roi nain !

  • Chanson des Hommes du Lac
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 10. Un chaleureux accueil, p. 265


Chapitre 11. Sur le seuil[modifier]

Il était plus facile de croire au Dragon qu'à la valeur de Thorin en ces régions sauvages.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 11. Sur le seuil, p. 270


Chapitre 12. Des nouvelles de l'intérieur[modifier]

« Mon armure est comme dix boucliers, mes dents comme des épées, le choc de ma queue est un coup de tonnerre, mes griffes sont des lances, mes ailes un ouragan, et mon souffle, c'est la mort ! »
Le dragon Smaug. Illustration de David Demaret, 2012.
Je n'ai que faire de tous les trésors gardés par ce dragon, et s'il ne tenait qu'à moi, je les laisserais moisir ici pour toujours, si seulement je pouvais me réveiller chez moi et découvrir que cet abominable tunnel est en fait mon propre vestibule !
  • Bilbo Bessac
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 12. Des nouvelles de l'intérieur, p. 285


Il n'est jamais sage de laisser un dragon vivant en dehors de vos calculs, si vous demeurez près de chez lui.
  • (en) It does not do to leave a live dragon out of your calculations, if you live near him.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 12. Des nouvelles de l'intérieur, p. 289


Sa rage fut indescriptible - le genre de rage qu'on voit seulement quand des gens fortunés, trop riches pour pouvoir jouir de ce qu'ils ont, perdent soudainement une chose qu'ils possèdent depuis toujours, mais dont ils n'ont jamais voulu et ne se sont jamais servis.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 12. Des nouvelles de l'intérieur, p. 289-290


"Chaque ver a son point faible", disait mon père ; mais je peux vous assurer qu'il ne parlait pas d'expérience.
  • Bilbo Bessac
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 12. Des nouvelles de l'intérieur, p. 289-290


Tu as de bonnes manières, pour un voleur et un menteur.
  • Smaug à Bilbo
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 12. Des nouvelles de l'intérieur, p. 296


Aucun dragon ne peut résister à la fascination des énigmes et à la perte de temps encourue en essayant de les comprendre.
  • (en) No dragon can resist the fascination of riddling talk and of wasting time trying to understand it.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 12. Des nouvelles de l'intérieur, p. 296


L'odeur et le goût du nain, c'est ce que je connais le mieux.
  • Smaug à Bilbo
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 12. Des nouvelles de l'intérieur, p. 298


Mon armure est comme dix boucliers, mes dents comme des épées, le choc de ma queue est un coup de tonnerre, mes griffes sont des lances, mes ailes un ouragan, et mon souffle, c'est la mort !
  • (en) "My armour is like tenfold shields, my teeth are swords, my claws spears, the shock of my tail a thunderbolt, my wings a hurricane, and my breath death!"
  • Smaug à Bilbo
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 12. Des nouvelles de l'intérieur, p. 301


« On ne taquine pas un dragon vivant, Bilbo, espèce d'idiot ! » se dit-il - ce qui devint l'un de ses dictons préférés, et s'imposa plus tard comme proverbe.
  • (en) "Never laugh at live dragons, Bilbo you fool!" he said to himself, and it became a favorite saying of his later, and passed into a proverb.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 12. Des nouvelles de l'intérieur, p. 303


Il est difficile de ne pas se trahir en conversant avec un dragon.
  • Thorin Lécudechesne
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 12. Des nouvelles de l'intérieur, p. 303


« La Pierre Arcane ! La Pierre Arcane ! » murmura Thorin, rêvassant dans l'obscurité, le menton posé sur ses genoux. « C'était comme un globe aux mille facettes : elle brillait comme l'argent à la lueur du feu, comme l'eau au soleil, comme la neige sous les étoiles, comme la pluie sur la Lune ! »
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 12. Des nouvelles de l'intérieur, p. 308


Chapitre 13. Une absence remarquée[modifier]

Maintenant, je suis réellement un voleur !
  • Bilbo Bessac
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 13. Une absence remarquée, p. 315


Car le peu qu'ils avaient aperçu du trésor jusqu'à maintenant avait suffi à raviver toute la flamme qui brûle dans le cœur des nains ; et quand le cœur d'un nain, aussi noble soit-il, ressent l'appel de l'or et des joyaux, il s'enhardit tout à coup et il peut être redoutable.
  • (en) The mere fleeting glimpses of treasure which they had caught as they went along had rekindled all the fire of their dwarvish hearts; and when the heart of a dwarf, even the most respectable, is wakened by gold and by jewels, he grows suddenly bold, and he may become fierce.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 13. Une absence remarquée, p. 317


Je me sens magnifique, pensa-t-il, mais je suppose que j'ai surtout l'air ridicule. Comme les voisins riraient s'ils me voyaient sur la Colline dans un tel accoutrement !
  • Bilbo Bessac, venant de revêtir une cotte de mailles de mithril offerte par Thorin.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 13. Une absence remarquée, p. 319


Chapitre 14. Feu et eau[modifier]

Esgaroth, le Bourg-du-Lac. Illustration de Neral (Matěj Čadil), 2010.
Le Dragon arrive, ou je suis un sot ! cria-t-il. Coupez les ponts ! Aux armes ! Aux armes !
  • Bard
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 14. Feu et eau, p. 328


Le dragon descendait et redescendait, et chaque fois une maison prenait feu et s'écroulait, puis une autre ; et toujours aucune flèche ne pouvait l'arrêter ou le blesser davantage qu'une mouche venue des marécages.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 14. Feu et eau, p. 330


Flèche ! dit l'archer. Ma flèche noire ! Je t'ai gardée pour la toute fin. Tu ne m'as jamais fait défaut et je t'ai toujours récupérée. Tu m'as été léguée par mon père comme ses pères t'avaient léguée à lui. S'il est vrai que tu es issue des forges du véritable Roi sous la Montagne, va sans tarder et ne t'égare point !
  • Bard
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 14. Feu et eau, p. 332


Chapitre 15. L'orage se prépare[modifier]

Mais les corbeaux sont différents. Il y avait autrefois une grande amitié entre eux et le peuple de Thror. Souvent, ils nous apportaient des nouvelles secrètes, et nous les récompensions avec des objets brillants qu'ils se plaisaient à cacher dans leurs nids.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 15. L'orage se prépare, p. 341


Il y a cent cinquante et trois ans que je suis sorti de l'œuf, mais je n'oublie pas ce qui m'a été enseigné par mon père.
  • Roäc fils de Carc, corbeau de la Montagne
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 15. L'orage se prépare, p. 342


Nombreux les sorts des nains d'antan,
Les coups de leurs marteaux sonnants
Là où se terrent dans la pierre
Merveilles et monstres dormants.

  • Chanson des nains de Thorin sous la Montagne
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 15. L'orage se prépare, p. 348-349


Bilbo oubliait que l'or longtemps couvé par un dragon a un pouvoir, et que le cœur des nains y est particulièrement sensible.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 15. L'orage se prépare, p. 351


Nous ne donnerons rien, pas même la valeur d'une miche, sous la menace d'une guerre. Tant qu'une troupe armée se tiendra à notre porte, vous serez pour nous des ennemis et des voleurs.
  • Thorin, à Bard
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 15. L'orage se prépare, p. 351


Nous ne prendrons pas les armes contre vous, mais nous vous laissons à votre or. Vous pourrez au moins manger cela, si c'est ce que vous voulez !
  • Le messager des Hommes du Lac, aux nains
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 15. L'orage se prépare, p. 353


Chapitre 16. Un voleur dans la nuit[modifier]

Le trésor risque d'être votre perte, même si le dragon n'est plus !
  • Roäc fils de Carc, à Thorin
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 16. Un voleur dans la nuit, p. 355


Votre histoire tire à sa fin, maintenant, si je ne me trompe pas. Des moments difficiles vous attendent ; mais ne désespérez pas ! Il se peut que vous vous en tiriez à bon compte. Il se trame des choses que même les corbeaux n'ont pas vues venir.
  • Gandalf
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 16. Un voleur dans la nuit, p. 362


Chapitre 17. L'orage éclate[modifier]

« Les Aigles ! Les Aigles ! cria-t-il. Les Aigles arrivent ! »
Gwaihir l'Aigle. Illustration de LH, 2008.
Si vous n'aimez pas mon Cambrioleur, je vous saurais gré de ne pas l'abîmer.
  • Gandalf à Thorin
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 17. L'orage éclate, p. 365


Le malheur est sur vous ! Hélas ! Le voilà sur vous tous, plus vite que je ne l'appréhendais. Les Gobelins vous assaillent ! Bolg du Nord arrive, ô Dain ! vous qui avez tué son père en Moria. Voyez ! Les chauve-souris flottent au-dessus de son armée comme une nuée de sauterelles. Des loups leurs servent de monture et des Wargs sont dans leurs rangs !
  • Gandalf à Dain
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 17. L'orage éclate, p. 371


« Les Aigles ! Les Aigles ! cria-t-il. Les Aigles arrivent ! »
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 17. L'orage éclate, p. 378


Chapitre 18. Le voyage de retour[modifier]

C'est la victoire, tout compte fait, je suppose ! dit-il en se tâtant douloureusement le crâne. Hum ! une affaire bien sombre, on dirait.
  • (en) Victory after all, I suppose! Well, it seems a very gloomy business.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 18. Le voyage de retour, p. 379


Je vais maintenant aux grand'salles de l'attente, où je resterai auprès de mes pères jusqu'à ce que le monde soit renouvelé. Puisque je délaisse tout l'or qu'il contient, et me rends là où il est sans valeur, j'aimerais vous quitter dans l'amitié.
  • (en) I go now to the halls of waiting to sit beside my fathers, until the world is renewed. Since I leave now all gold and silver, and go where it is of little worth, I wish to part in friendship from you (...)
  • Thorin à Bilbo
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 18. Le voyage de retour, p. 381


Si nous étions plus nombreux à célébrer la bonne chère, les chants et les réjouissances, plutôt que l'or amassé, ce monde en serait plus joyeux.
  • (en) If more of us valued food and cheer and song above hoarded gold, it would be a merrier world.
  • Thorin à Bilbo
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 18. Le voyage de retour, p. 382


Ainsi vient la neige après le feu, et même les dragons connaissent une fin !
  • Bilbo Bessac
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 18. Le voyage de retour, p. 390


Chapitre 19. La dernière étape[modifier]

Le dragon a péri
Son armure est fendue ;
Ses os sont engloutis,
Sa splendeur est déchue !

  • Chant des elfes sur Smaug
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 19. La dernière étape, p. 391


La route se poursuit toujours,
Sous l'arbre vert et sur la pierre,
Dans l'antre où jamais ne fait jour,
Par les cours d'eau cherchant la mer

  • Chanson de marche de Bilbo
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 19. La dernière étape, p. 397


Bilbo comprit qu'il avait perdu non seulement ses cuillers, mais aussi sa réputation.
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 19. La dernière étape, p. 399


Mais en réalité, vous n'êtes vraiment qu'un tout petit bonhomme dans un monde bien plus vaste !
  • (en) But you are only quite a little fellow in a wide world after all!
  • Gandalf à Bilbo
  • Le Hobbit (1937), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Daniel Lauzon), éd. Le Livre de Poche, 2012, chap. 19. La dernière étape, p. 401


Citations à propos du Hobbit[modifier]

J. R. R. Tolkien[modifier]

Tout ce dont je me souviens à propos de la naissance de Bilbo le Hobbit est que je corrigeais des copies du School Certificate, usé comme chaque année par cette besogne imposée aux universitaires impécunieux qui ont des enfants. Sur une page blanche, j'ai griffonné : « Dans un trou vivait un Hobbit. » Sans savoir pourquoi, aujourd'hui encore.
  • (en) All I can remember about the start of The Hobbit is sitting correcting School Certificate papers in the everlasting weariness of that annual task [during the summer months] forced on impecunious academics with children. On a blank leaf I scrawled: 'In a hole in the ground there lived a hobbit.' I did not and do not know why.
  • Lettres (1981), John Ronald Reuel Tolkien (trad. Delphine Martin et Vincent Ferré), éd. Christian Bourgois éditeur, 2005, p. 215


Je ne me suis jamais attendu à un succès lucratif. En fait, je n'ai même jamais pensé à une publication commerciale quand j'ai écrit Le Hobbit dans les années (mille-neuf-cent) trente.
  • (en) I never expected a money success. In fact, I never even thought of commercial publication when I wrote The Hobbit back in the Thirties.
  • « JRR Tolkien: 'Film my books? It's easier to film The Odyssey' », J. R. R. Tolkien, cité par Charlotte and Denis Plimmer (trad. Wikiquote), The Telegraph, 22 mars 1968 (lire en ligne)


"Dans un trou dans le sol vivait un hobbit". Je n'en savais pas plus que ça sur ces créatures, et il a fallu des années avant que son histoire prenne forme. Je ne sais pas d'où le mot est venu. Il se peut qu'il ait un rapport avec le Babbitt de Sinclair Lewis. Certainement pas "rabbit" (lapin), comme certaines personnes le pensent. Babbitt a la même suffisance bourgeoise qu'ont les hobbits. Son monde est le même genre de lieu restreint.
  • (en) 'In a hole in the ground there lived a hobbit.' I knew no more about the creatures than that, and it was years before his story grew. I don't know where the word came from. You can't catch your mind out. It might have been associated with Sinclair Lewis's Babbitt. Certainly not rabbit, as some people think. Babbitt has the same bourgeois smugness that hobbits do. His world is the same limited place.
  • « JRR Tolkien: 'Film my books? It's easier to film The Odyssey' », J. R. R. Tolkien, cité par Charlotte and Denis Plimmer (trad. Wikiquote), The Telegraph, 22 mars 1968 (lire en ligne)


Mon fils aîné avait treize ans quand il a entendu mon feuilleton. Cela ne plaisait pas aux plus jeunes qui ont dû grandir pour l'apprécier chacun à leur tour.
  • Au sujet du Hobbit, que Tolkien a d'abord fait lire à ses enfants.
  • J. R. R. Tolkien, une biographie (1977), John Ronald Reuel Tolkien, cité par Humphrey Carpenter (trad. Pierre Alien, édition revue par Vincent Ferré), éd. Christian Bourgeois, 2002, chap. 5. 1925-1949 : le Troisième Âge, p. 194


Humphrey Carpenter, J. R. R. Tolkien, une biographie, 1977[modifier]

Au début, le dragon s'appelait Pryftan, le nom de Gandalf était attribué au chef des nains, et le sorcier s'appelait Bladorthin. Le dragon s'appela bientôt Smaug, du verbe germanique smugan signifiant « se glisser dans un trou ». Tolkien appelait cela « une basse plaisanterie de philologue ».
  • Au sujet de l'élaboration du Hobbit par Tolkien.
  • J. R. R. Tolkien, une biographie (1977), John Ronald Reuel Tolkien, cité par Humphrey Carpenter (trad. Pierre Alien, édition revue par Vincent Ferré), éd. Christian Bourgeois, 2002, chap. 5. 1925-1949 : le Troisième Âge, p. 194


Accueil critique[modifier]

Il y a dix-sept ans est paru, sans fanfare, un livre appelé Le Hobbit qui, à mon avis, est l'une des meilleures histoires pour enfants de notre siècle.
  • (en) Seventeen years ago there appeared, without any fanfare, a book called "The Hobbit" which, in my opinion, is one of the best children's stories of this century.
  • « The Hero Is a Hobbit », W. H. Auden (trad. Wikiquote), New York Times Review of Books, 31 octobre 1954 (lire en ligne)


Voir aussi[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :

Liens externes[modifier]