Greta Thunberg

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rien qu'aujourd'hui, nous utilisons 100 millions de barils de pétrole par jour. [...] Nous ne pouvons donc pas sauver le monde en respectant les règles. Car les règles ont besoin d'être changées. Tout doit changer et cela doit démarrer aujourd'hui.
Et pourquoi au juste est-ce que je devrais étudier pour un avenir qui pourrait bientôt ne plus exister parce que personne ne fait rien pour le sauver ?

Greta Thunberg (2003-) est une jeune militante suédoise du climat. Elle est connue pour sa grève de l'école pour le climat (Skolstrejk för klimatet).

Conférence TEDx (novembre 2018)[modifier]

Et pourquoi au juste est-ce que je devrais étudier pour un avenir qui pourrait bientôt ne plus exister parce que personne ne fait rien pour le sauver ? Quel est l'intérêt de suivre les enseignements du système scolaire quand les plus grands scientifiques issus du même système scolaire ne sont pas écoutés par nos politiques et nos sociétés ?


Rien qu'aujourd'hui, nous utilisons 100 millions de barils de pétrole par jour. Il n'y a aucun parti, aucun programme politique pour changer cela. Il n'y a pas de législation pour maintenir ce pétrole dans le sol. Nous ne pouvons donc pas sauver le monde en respectant les règles. Car les règles ont besoin d'être changées. Tout doit changer et cela doit démarrer aujourd'hui.


COP24 (décembre 2018)[modifier]

  • Mais j'ai appris qu'on n'est jamais trop petit pour faire une différence. Et si quelques enfants peuvent faire la une des journaux du monde entier rien qu'en ne fréquentant pas l'école, imaginez ce que nous pourrions tous faire ensemble si nous le voulions vraiment.
  • Vous ne parlez que d'aller de l'avant avec les mêmes mauvaises idées qui nous ont mis dans ce pétrin, même si la seule chose raisonnable à faire est de tirer le frein à main.
  • Je me soucie de la justice climatique et de la planète vivante.
  • Notre civilisation est sacrifiée pour permettre à un très petit nombre de personnes de continuer à gagner énormément d'argent. Notre biosphère est sacrifiée pour que les riches des pays comme le mien puissent vivre dans le luxe. Ce sont les souffrances du plus grand nombre qui paient pour le luxe du plus petit nombre.
  • En 2078, je célébrerai mon 75e anniversaire. Si j'ai des enfants, ils passeront peut-être cette journée avec moi. Peut-être qu'ils m'interrogeront sur vous. Ils vous demanderont peut-être pourquoi vous n'avez rien fait pendant qu'il était encore temps d'agir. Vous dites que vous aimez vos enfants par-dessus tout, et pourtant vous volez leur avenir sous leurs yeux.
  • Tant que vous ne commencez pas à vous concentrer sur ce qui doit être fait, plutôt que sur ce qui est politiquement possible, il n'y a aucun espoir.
  • Nous devons garder les combustibles fossiles dans le sol et nous devons mettre l'accent sur l'équité. Et si les solutions au sein du système sont si impossibles à trouver, nous devrions peut-être changer le système lui-même.
  • Nous sommes venus ici pour vous faire savoir que le changement s'en vient, que vous le vouliez ou non. Le vrai pouvoir appartient au peuple.


Forum économique mondial (janvier 2019)[modifier]

Notre maison brûle. [...] Je veux que chaque jour vous ayez peur comme moi. Et je veux que vous agissiez. Je veux que vous agissiez comme si vous étiez en crise. Je veux que vous agissiez comme si notre maison était en feu. Parce qu'elle l'est.


Résoudre la crise climatique est le défi le plus important et le plus ambitieux que les Homo sapiens ont eu à affronter. La solution est pourtant si simple que même un enfant pourrait la comprendre. Il faut arrêter nos émissions de carbone. [...] Mais que faire au juste quand il n'y a aucune volonté politique ?


Nous devons changer à peu près tout dans nos sociétés.


Autres[modifier]

D'ailleurs, cela fait vingt-cinq ans que l'on manifeste pendant les conférences sur le climat des Nations unies, demandant aux dirigeants mondiaux de d'arrêter les émissions carbone. Mais clairement cela ne marche pas, et les émissions continuent d'augmenter. Alors je ne vais rien leur demander. Au lieu de cela, je vais demander aux médias de commencer à traiter cette crise comme une crise. Au lieu de cela, je vais demander aux gens du monde entier de réaliser que nos leaders politiques nous ont mis en échec.


Nous savons que les hommes et femmes politiques ne veulent pas nous parler. Très bien, nous ne voulons pas leur parler non plus. À la place, nous voulons qu'ils parlent aux scientifiques, qu'ils les écoutent enfin. Parce que nous ne faisons que répéter ce qu'ils disent et redisent depuis des décennies. Nous voulons que vous respectiez l'Accord de Paris et les préconisations des rapports du GIEC. Nous n'avons aucun autre manifeste politique ou demande que celle-là : écoutez la science.


À propos de Greta Thunberg[modifier]

Sous ses airs enfantins, son message est clair et son verdict implacable : « Votre inaction détruit notre futur. » Greta Thunberg n’est pas une rêveuse. C’est au contraire une jeune femme dramatiquement réaliste. Si sa grève scolaire essaime, c’est aussi parce qu’elle arrive à un moment où s’accumulent les prises de conscience [...].
  • (fr) « L'indispensable sursaut des jeunes pour le climat [éditorial] », Céline Zünd, Le temps, 11 janvier 2019 (lire en ligne)


Nous vivons un moment historique ! Lorsque j’ai entendu le discours que la Suédoise Greta Thunberg, qui milite pour le climat, a tenu lors de la COP24, j’ai pleuré. Je l’ai réécrit sur un bout de papier que j’ai glissé dans ma poche. Je ne m’en sépare plus.


Je te soutiens et je t'admire. Je suis de ton côté.
  • « « Je veux que vous resssentiez la peur que je ressens » », Marc Allgöwer et Pierre Veya, 24 heures (ISSN 1661-2256), 26-27 janvier 2019, p. 10


Terrible image que cette enfant suédoise de 15 ans, atteinte du syndrome d’Asperger, qui vient à la télévision taxer des acteurs sociaux de « crimes contre l’humanité ».

Dérangeantes images que celles de ces enfants qui, avec la bénédiction de leurs parents, de leurs professeurs et de leur ministre (sic) vocifèrent en pleine rue des slogans politiques, à l’heure qui devrait les trouver en classe.[…]

Cette fanatisation de l’enfance est abusive.
  • « “La fanatisation de l’enfance, une modalité de l’abus ?” », Drieu Godefridi, Le Vif.be, 31 janvier 2019 (lire en ligne)


Greta Thunberg est le miracle que j'attendais
  • « Yann Arthus-Bertrand : Greta Thunberg est le miracle que j'attendais », Mahaut Landaz, Sarah Diffalah, nouvelobs, Février 2019 (lire en ligne)


Nous avons d’un côté une plateforme numérique en construction, We Don’t Have Time, qui a pris un réel essor il y a quelques mois grâce à Greta Thunberg, « jeune conseillère » de la fondation dirigeant cette plateforme. […] Et de l’autre, nous avons une famille de milliardaires comptant une ex-ministre qui investit dans cette start-up, puis qui embauche Ingmar Rentzhog dans un think tank développant les thèmes de la croissance verte, de l’économie circulaire, bref, de greenwashing.
Ce greenwashing qui permet au capitalisme de perdurer. Greta Thunberg se retrouve à conseiller ceux qu’elle fustige. Comme disait l’auteur du Guépard, « si nous voulons que tout reste tel que c’est, il faut que tout change » (Guiseppe Tomasi Di Lampedusa [sic]).


Depuis quelques mois, on assiste, dans le monde développé, à une sorte de croisade des enfants, transformés par une intense propagande en petits gardes verts priés de rééduquer leurs parents. Le spectacle d'adolescents séchant les cours pour la planète (elle est bonne celle-là), ou celui de la petite Suédoise à nattes faisant la leçon aux grands de ce monde est peut-être très sympathique — quoiqu'au vu des chiffres il soit très exagéré de parler de mobilisation de la jeunesse. Celui des grands en question écoutant avec déférence une gamine à l'air buté est à la fois hilarant et affligeant. En tout cas, je propose qu'on attende quelques années avant de leur céder les commandes, à ces générations futures qui pensent si bien.
  • « Élisabeth Lévy : “Pour la raison écologique, contre les climato-fanatiques !” », Propos d'Élisabeth Lévy recueillis par Alexandre Devecchio, Le Figaro.fr, 8 mars 2019 (lire en ligne)


Greta me rappelle le passage du livre prophétique d’Amos, où il est dit :
Ils haïssent celui qui les reprend à la porte,
Et ils ont en horreur celui qui parle sincèrement.
  • (de) Mich erinnert Greta an die Stelle aus dem Prophetenbuch Amos, wo es heißt: Sie hassen den, der im Tor Recht spricht, und verabscheuen den, der die Wahrheit sagt.
  • Katrin Göring-Eckardt cite le verset 5 du chapitre 10 du Livre d’Amos.