Loi du plus fort

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
(Redirigé depuis Droit du plus fort)
Aller à la navigation Aller à la recherche

La loi du plus fort désigne les cas où les oppositions entre les personnes, les groupes ou les États sont réglées au moyen du rapport de force.

Thucydide[modifier]

Les Athéniens s’adressant aux Méliens : [D]ans le monde des hommes, les arguments de droit n’ont de poids que dans la mesure où les adversaires en présence disposent de moyens de contrainte équivalents et […], si tel n’est pas le cas, les plus forts tirent tout le parti possible de leur puissance, tandis que les plus faibles n’ont qu’à s'incliner.
  • La Guerre du Péloponnèse, Thucydide (trad. Denis Roussel), éd. Gallimard, coll. « Folio/Classique », 2000  (ISBN 978-2-07-040068-3), V, 7, 89, p. 439


Platon[modifier]

Thrasymaque : J’affirme que le juste n’est autre chose que l’avantageux au plus fort.


Calliclès : [I]l est évident, selon moi, que la justice consiste en ce que le meilleur ait plus que le moins bon et le plus fort plus que le moins fort. Partout il en est ainsi, c’est ce que la nature enseigne, chez toutes les espèces animales, chez toutes les races humaines et dans toutes les cités ! Si le plus fort domine le moins fort et s’il est supérieur à lui, c’est là le signe que c’est juste.


Xénophon[modifier]

— Mais, Périclès, demanda [Alcibiade], en quoi consistent la force et l’illégalité ? N’est-ce-pas lorsque le plus fort a recours, non pas à la persuasion, mais à la force pour contraindre le plus faible de faire tout ce que bon lui semble ?
— C’est du moins mon avis, répondit Périclès.
[Alcibiade questionne ensuite Périclès sur le pouvoir du tyran, celui des oligarques et enfin celui du peuple :]
— De même, par conséquent, tout ce que le peuple en son entier, alors qu’il exerce sa domination sur ceux qui détiennent les richesses, édicte tout en n’usant pas de persuasion, serait de la violence plutôt qu’une loi ?
— Fort bien Alcibiade, répondit Périclès ; nous aussi, à ton âge, étions redoutables dans ce genre de discussions. En effet, nous aussi nous nous exercions et nous rivalisions de subtilités dans ce genre de discussions où j’ai l’impression que tu t’exerces maintenant à ton tour.

  • Mémorables, Xénophon (trad. Louis-André Dorion), éd. Les Belles Lettres, coll. « Le goût des idées », 2015  (ISBN 978-2-251-20051-4), I 2.44-46, p. 41


Jean de La Fontaine[modifier]

La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l’allons montrer tout à l’heure.


Blaise Pascal[modifier]

La justice est sujette à dispute, la force est très reconnaissable et sans dispute. Ainsi on n’a pas pu donner la force à la justice, parce que la force a contredit la justice et a dit qu’elle était injuste, et a dit que c’était elle qui était juste. Et ainsi ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste.
  • Pensées (1669), Blaise Pascal (Léon Brunschvicg éd.), éd. Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche », 1972  (ISBN 2-253-00430-8), p. 145


Jean-Jacques Rousseau[modifier]

Le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître, s’il ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir. De là le droit du plus fort.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :