Chien

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Plusieurs races de chiens

Le Chien (Canis lupus familiaris) est un mammifère domestique de la famille des canidés, proche du loup et du renard.

Littérature[modifier]

Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles, 1865[modifier]

« {{{1}}} »


Jack London, L'Appel de la forêt, 1903[modifier]

« {{{1}}} »


Daniel Pennac, La Fée carabine, 1997[modifier]

« {{{1}}} »


Jean-Christophe Rufin, Le collier rouge, 2014[modifier]

« À une heure de l'après-midi, avec la chaleur qui écrasait la ville, les hurlements du chien étaient insupportables. Il était là depuis deux jours, sur la place Michelet, et depuis deux jours il aboyait. C'était un gros chien marron à poils courts, sans collier, avec une oreille déchirée. Il jappait méthodiquement, une fois toutes les trois secondes à peu près, d'une voix grave qui rendait fou. »


Philosophie[modifier]

Plutarque, Vie d'Alcibiade, dans les Vies parallèles, Ier-IIe siècle[modifier]

« {{{1}}} »

  • « Alcibiade », dans Vies parallèles, Plutarque (trad. Anne-Marie Ozanam), éd. Gallimard, coll. « Quarto », 2001, IX, 1-2, p. 395


Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres, IIIè s.[modifier]

« {{{1}}} »


Cinéma[modifier]

Jean Aurenche/Bertrand Tavernier, Coup de torchon, 1981[modifier]

« Cordier : Tu sais pourquoi les chiens s'reniflent les fesses ? Et bien figure-toi qu'à l'époque où la Terre était gouvernée par les chiens, ils avaient décidé de tenir une espèce de congrès pour faire voter des lois nouvelles. alors le chien qui présidait l'assemblée leur dit : « écoutez, vu qu'on va rester plusieurs jours enfermés ici, je propose, par mesure d'hygiène, qu'on laisse nos trous d'balle au vestiaire. » Tous les chiens approuvent, et hop ! les v'la qui s'dé-trou-d'ballisent. Mais à peine la séance était commencée, shuit ! hop, y'a une tempête qui se lève une véritable tornade et shuit ! tous les trous d'balle se sont mélangés. Et y'a pas un chien qu'est foutu d'reconnaître le sien. Voila, depuis c'temps là, ils s'reniflent toujours les fesses. Puis y'a des chances que ça dure jusqu'à la fin du monde. »

  • Philippe Noiret, Coup de torchon (1981), écrit par Jean Aurenche et Bertrand Tavernier


Agnès Jaoui/Jean-Pierre Bacri, Un air de famille, 1996[modifier]

« {{{1}}} »


Articles connexes[modifier]

Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :