Diogène de Sinope

Citations « Diogène de Sinope » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Diogène, détail de l'École d'Athènes de Raphaël (1511)

Diogène de Sinope en grec ancien Διογένης / Diogénês (Sinope v. 413 – Corinthe, v. 327 av. J.-C.), est un philosophe grec de l'école cynique. Les faits et gestes de sa vie nous sont parvenus sous formes d'anecdotes (chreia), spécialement par Diogène Laërce, dans son livre Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres.

Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres[modifier]

Diogène, fils du banquier Ikésios, naquit à Sinope. Il s'enfuit quand son père, qui tenait une banque publique, fabriqua de la fausse monnaie.

  • (fr) Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres Tome II (1965), Diogène Laërce, éd. GF Flammarion, 1965 (ISBN 2-08-070077-4), p. 14


Si je n'étais Alexandre, je voudrais être Diogène !

  • (fr) Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres Tome II (1965), Diogène Laërce, éd. GF Flammarion, 1965 (ISBN 2-08-070077-4), p. 18


Alexandre le rencontra et lui dit : "Demande-moi ce que tu veux et tu l'auras." Il lui répondit : "Ôte-toi de mon soleil !"

  • Dans le Cranéion, à une heure où il faisait soleil.
  • (fr) Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres Tome II (1965), Diogène Laërce, éd. GF Flammarion, 1965 (ISBN 2-08-070077-4), p. 18


Plût au ciel qu'il suffit aussi de se frotter le ventre pour ne plus avoir faim !

  • Un jour où il se masturbait sur la place publique
  • (fr) Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres Tome II (1965), Diogène Laërce, éd. GF Flammarion, 1965 (ISBN 2-08-070077-4), p. 23


On lui demandait s'il avait valet et servante, il répondit non. "Mais si tu meurs, lui dit-on, qui t'enterrera ?" - "Celui qui aura envie de ma maison" dit-il.

  • (fr) Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres Tome II (1965), Diogène Laërce, éd. GF Flammarion, 1965 (ISBN 2-08-070077-4), p. 26


Alexandre le rencontrant un jour lui dit : "Je suis le grand roi Alexandre". Diogène alors se présenta : "Et moi, je suis Diogène, le chien." On lui demanda pourquoi il était appelé le chien : "parce que je caresse ceux qui me donnent, j'aboie contre ceux qui ne me donnent pas, et je mors ceux qui sont méchants.

  • (fr) Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres Tome II (1965), Diogène Laërce, éd. GF Flammarion, 1965 (ISBN 2-08-070077-4), p. 29


Voyant le fils d'une catin jeter des pierres à la foule : "Fais attention, lui dit-il, tu pourrais blesser ton père."

  • (fr) Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres Tome II (1965), Diogène Laërce, éd. GF Flammarion, 1965 (ISBN 2-08-070077-4), p. 29


Il entrait au théatre par la porte de sortie, et comme on s'en étonnait, il déclarait : "Je m'efforce de faire dans ma vie le contraire de tout le monde."

  • (fr) Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres Tome II (1965), Diogène Laërce, éd. GF Flammarion, 1965 (ISBN 2-08-070077-4), p. 30


S'il n'y a pas de mal à manger, alors il n'y a pas de mal à manger en public ; or il n'y a pas de mal à manger, donc il n'y a pas de mal à manger en public.

  • Il avait coutume de tout faire en public, les repas et l'amour, et il raisonnait ainsi.
  • (fr) Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres Tome II (1965), Diogène Laërce, éd. GF Flammarion, 1965 (ISBN 2-08-070077-4), p. 32


Quand le héraut lui demanda ce qu'il savait faire, il répondit : "Commander", et cria au héraut : "Demande donc qui veut acheter un maître." Puis, montrant du doigt un Corinthien richement vêtu, il dit : "Vends moi à cet homme, je vois qu'il a besoin d'un maître." Xéniade l'acheta, lui confia l'éducation de ses enfants, le nomma intendant de sa maison, et Diogène mit de l'ordre partout.

  • Pris par des pirates, il fut conduit en Crète et vendu sur un marché.
  • (fr) Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres Tome II (1965), Diogène Laërce, éd. GF Flammarion, 1965 (ISBN 2-08-070077-4), p. 17 et 34


"Sur le visage", et comme l'autre s'en étonnait, il expliqua : "parce que bientôt ce qui est en bas sera en haut."

  • Le jour où Xéniade lui demanda comment il voulait être enterré.
  • (fr) Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres Tome II (1965), Diogène Laërce, éd. GF Flammarion, 1965 (ISBN 2-08-070077-4), p. 18


Autres projets: