André Chastel

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Cette page est une ébauche à compléter, vous pouvez partager vos connaissances en la modifiant.

André Chastel, né en 1912 et mort en 1990, est un historien de l'art français.

Citations[modifier]

Fables, formes, figures[modifier]

Georges Seurat 1888 (cropped).jpg
Il y a du « secret » dans le « système » de Seurat, mais un aspect peut en être explicité; c’est le rêve de l’art-science.
  • « Le système de Seurat », Tout l’œuvre peint de Seurat, 1973.
  • Fables, formes, figures (II), André Chastel, éd. Flammarion, 1978  (ISBN 2-08-210712-4), p. 409


Comme toutes les grandes créations modernes, l’œuvre de Seurat vaut par l’inextricable conjonction d’une problématique intellectuelle et d’une insolente séduction. On dirait qu’il est impossible d’en rendre compte en termes autres que ceux que l’artiste a adoptés. Le génie de Seurat fait un peu penser au diamant qui ne peut être rayé que par lui-même.
  • « Le système de Seurat », Tout l’œuvre peint de Seurat, 1973.
  • Fables, formes, figures (II), André Chastel, éd. Flammarion, 1978  (ISBN 2-08-210712-4), p. 411


L'Image dans le miroir[modifier]

Paul Klee[modifier]

Voir le recueil de citations : Paul Klee
Le chat Fripouille, 1921.
Tous ceux qui, comme son collègue Lothar Schreyer dans son recueil de souvenirs (1956), ont su rapporter leur impression décrivent une sorte de magicien captif, dessinant inlassablement, enfermé dans l'atelier où règne un gros chat, et toujours accueillant avec « une ironie affable qui adoucit le sérieux de son regard ». Ironique et affable, mais prodigieusement sûr.
  • L'image dans le miroir, André Chastel, éd. Gallimard, 1980, chap. Le dossier Klee, p. 396


Paul Klee, 1911.
L’œuvre entier, qui à sa mort comptait neuf mille numéros, bien catalogués, peintures, aquarelle et dessins, est la réponse faite au jour le jour à une inspiration qui ne cessait apparemment de le visiter. L’art de Klee est la plus extraordinaire manifestation d’une continuité sans faille, que toute exposition doit d’abord mettre en évidence.
  • « Paul Klee, doctor angelicus », Le Monde, 27 novembre 1969 [texte intégral] .
  • L'image dans le miroir, André Chastel, éd. Gallimard, 1980, chap. Paul Klee, doctor angelicus, p. 401-402


L’élément formel qui semble se déployer pour lui-même, Klee se sent presque toujours contraint de l’infléchir vers une allusion signifiante : une perspective contient des yeux, une spirale devient germination et ainsi de suite. Tout son art agit dans ces menues inflexions, dont il connaissait assez le prix pour conseiller de travailler des deux mains : « la main droite court avec plus de naturel, la main gauche écrit plutôt des hiéroglyphes. »
  • « Paul Klee, doctor angelicus », Le Monde, 27 novembre 1969 [texte intégral] .
  • L'image dans le miroir, André Chastel, éd. Gallimard, 1980, chap. Paul Klee, doctor angelicus, p. 405


Entretiens[modifier]

Ma réflexion a commencé par un porte-à-faux, le fonds français étant à reprendre à partir d’une expérience italienne complétée par une expérience britannique. Je suis allé très tôt en Angleterre, mes lectures favorites étaient plutôt les romans anglais, Virginia Woolf (qui n’était à ce moment-là pas traduite en français, que je sache), Joseph Conrad ; et les poètes anglais naturellement : je savais Keats par cœur. C’est sans doute l’esthétisme anglais d’un côté et l’expérience de l’art dans les cités italiennes qui ont dû me permettre petit à petit de dégager ce qui m’intéressait.


La culture classique m’est restée fondamentale, mais je l’ai complétée par la lecture des Italiens — Dante évidemment — et par un intérêt constant pour la littérature anglaise. Quand je suis malheureux, je prends Shakespeare, j’y trouve toujours quelque chose de précieux pour moi. La culture est, pour moi, faite de complémentaires.
  • « Entretien avec André Chastel », Françoise Levaillant et Hubert Tison, Histoire de l'art, vol. 12 nº 1, 1990, p. 8 (lire en ligne)


L'historien de l'art doit être à la fois sensible et froid. Cela se décide dès l'enfance : une réponse à l'image et une réponse aux formes. « Amoureux de cartes et d'estampes...», comme dit le vers du poète. Il faut un « appareil psychique » particulier; de même en économie, certains voient d'emblée les ramifications cachées; et on n'est musicien que si on entre d'instinct dans le jeu complet de la musique. Mais il y a aussi une armature de concepts, des méthodes d'analyse, une technique du contrôle, qu'il faut posséder, dominer et faire jouer.
  • « Entretien avec André Chastel », Françoise Levaillant et Hubert Tison, Histoire de l'art, vol. 12 nº 1, 1990, p. 16 (lire en ligne)


L'histoire de l'art me parait, en ce sens, une discipline plus utile que jamais. Nous sommes intoxiqués par la production visuelle et les médias. Si l'on ne crée pas des points de résistance et de contrôle critique, la soumission à la culture approximative fournie par les médias devient vite synonyme d'abêtissement. Voici mon sentiment personnel, après une longue expérience où il est entré beaucoup d'autocritique et de réflexion sur les méthodes acquises : les objets et ces « super objets » que sont les œuvres d'art nous sont indispensables pour authentifier notre connaissance du passé. Le conscient et le subconscient se mêlent comme nulle part ailleurs dans ce domaine.
  • « Entretien avec André Chastel », Françoise Levaillant et Hubert Tison, Histoire de l'art, vol. 12 nº 1, 1990, p. 17 (lire en ligne)


L'histoire de l'art est à la fois archéologique et herméneutique. Grace à ces deux pôles, elle peut acquérir une certaine efficacité et, en particulier, corriger les illusions que nous devons souvent à la tradition littéraire et à la tradition écrite. L'investissement dans des images, dans des emblèmes, dans des symboles, dans des objets, n'est pas seulement indispensable aux sociétés humaines, il les rend « visibles » et par là, dans une certaine mesure intelligibles; et, de toute façon, soudain présents à travers des formes concrètes. Cette espèce de prodige qui enjambe générations, siècles et millénaires est ce qui fonde la discipline dont je parle.
  • « Entretien avec André Chastel », Françoise Levaillant et Hubert Tison, Histoire de l'art, vol. 12 nº 1, 1990, p. 17 (lire en ligne)


Melencolia I, Albrecht Dürer.
[ Melencolia I ] cette image qui reste pour moi et pour tout le monde une des plus fortes, des plus mystérieuses, des plus riches de suggestions, parfois jusqu’au malaise, il y avait moyen de l’interpréter autrement que par des effusions littéraires. Ça c’est capital. J’ai dû me dire à ce moment là : mon petit ami, pas d’effusions littéraires, tu les réserveras à un autre secteur de ton activité. Par la recherche érudite, l’étude du contexte qui accompagne l’œuvre qui te fascine, tu vas non pas résoudre toute l'énigme mais entrer à l’intérieur. Autrement dit, il y a une recherche savante de dates, de chronologies, de milieux, de densité intellectuelle, si je puis dire, autour des œuvres qui t’intéressent, qui ne les démolit pas mais les enrichit et te permet de mieux circuler à l’intérieur de l’image, de justifier et de clarifier l'émotion qu’elle te donne.
  • « Entretien avec André Chastel », Philippe Morel et Guy Cogeval, Revue de l'Art, vol. 93 nº 1, 1991, p. 79 (lire en ligne)


Citations rapportées[modifier]

Citations sur[modifier]

Carlo Pedretti[modifier]

Enquêteur passionné, capable de porter une attention scrupuleuse aux moindres détails d’une citation bibliographique – d’où l’idée gratifiante d’une recherche « millimétrique » -, André Chastel s’était approché de très près de Léonard. Et il en avait fait bien vite un objet d’enseignement, sachant qu’avec Léonard on n’a jamais fini d’apprendre.
  • « André Chastel, « millimétrique » », Carlo Pedretti, dans André Chastel (1912 - 1990) : histoire de l'art & action publique, Sabine Frommel, Michel Hochmann et Sébastien Chauffour, éd. INHA, 2013  (ISBN 2-917902-21-3), p. 80


L’entrée de Chastel dans le monde léonardien fut tout de suite saluée par les anciennes et nouvelles forces de la recherche. À mes débuts, en 1953, j’insistais moi aussi sur la nécessité d’une méthode dont Chastel venait de démontrer la validité : « Beaucoup reste encore à étudier », écrivais-je.
  • « André Chastel, « millimétrique » », Carlo Pedretti, dans André Chastel (1912 - 1990) : histoire de l'art & action publique, Sabine Frommel, Michel Hochmann et Sébastien Chauffour, éd. INHA, 2013  (ISBN 2-917902-21-3), p. 81


Roland Recht[modifier]

André Chastel a manifesté tôt son intérêt pour la Renaissance italienne. Il dira plus tard qu’« il y avait un conflit entre une curiosité qui attirait vers Botticelli, Léonard, Piero di Cosimo ou Brunelleschi, Bramante, et les impératifs radicaux du présent ». Cependant, pour un contemporain du Surréalisme, l’attrait pour Léonard et surtout pour Piero di Cosimo n’avait rien de surprenant. Tout comme le goût pour la magie et les sciences occultes.
  • « L’image et le mot. André Chastel, historien de l’art. », Roland Recht, Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 156e année, nº 4, 2012, p. 1736 (lire en ligne)


Voir aussi[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :