William Vogt

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

William Vogt, né en 1859 et mort en 1918, est un politicien, auteur pamphlétaire et conférencier antimaçonnique suisse.

Citations[modifier]

N'est-ce pas là une vie sans actions, même pour une société qui n'aurait pas l'arrogance d'afficher sur son programme la régénération de l'humanité ? Même un foyer de lumière ne s'éteindrait-il pas dans cette fainéantise à prétentions, avec cet épuisement de ses forces dans d'inutiles simagrées et de pompeuses tirades, identiques aux précédentes et qui donnent, à qui les prononce, un orgueil malsain et à ceux qui les écoutent un surcroît de bêtise ?
  • La Grande duperie du siècle, William Vogt, éd. Librairie Aug. Bertout, 1904, chap. IV (Les Travaux maçonniques), Section En Suisse, p. 67


(...) cette comparaison entre la Maçonnerie et la société secrète des Jésuites, si détestée, vous offusque. Moi, pas! Seulement, j'ai hâte d'ajouter que, si je crois les Jésuites plus dangereux, encore, pour un pays, je les sais de beaucoup plus instruits et de beaucoup plus développés que les Maçons politiciens.
  • De la franc-maçonnerie genevoise, William Vogt, éd. imprimerie Jean Buzzi, 1900, Définition du franc-maçon, p. 32


Alpina, vieille duègne, vous n'avez pas votre pendant sur terre !
  • Où j'en suis avec mes frères trois points, William Vogt, éd. imprimerie Ch. Zoellner, juillet 1902, p. 4


Et ce ne sont pas là des énormités isolées, croyez-le bien. Tous leurs discours, tous leurs "morceaux d'architecture", tout leur rituel, tous les numéros de leur journal secret incitant les apprentis, les compagnons et les maîtres au mépris des profanes, sont farcis de cette admiration mutuelle qui pervertit, de cette adoration de soi-même qui rend bête. En vérité, quand on les connaît comme je les connais maintenant; quand on les a lus, comme je les ai lus; quand on sait le néant de leurs travaux intellectuels et l'injustice de leur œuvre, c'est à se demander si le Franc-maçon n'est pas un oison, plus prétentieux et plus ridicule qu'un geai qui se pavanerait avec quelques plumes de paon au cul !
  • Eux, lui, moi., William Vogt, éd. imprimerie, juillet 1901, p. 8-9


Cette Alliance s'imagine vraiment pouvoir se comporter devant un tribunal comme dans une loge !
  • Le Pélion de l'impudence sur l'Ossa de la bêtise, William Vogt, éd. Imprimerie, septembre 1902, p. 20


Et encore une fois, que dites-vous de cette Alpina qui jure ses grands architectes qu'elle n'est pas une société secrète; qui prétend que c'est ignoble calomnie que de taxer comme telle l'association philanthropique la plus pure, la plus généreuse, la plus innocente et qui ne parle que de "secret maçonnique" (...)
  • Le Pélion de l'impudence sur l'Ossa de la bêtise, William Vogt, éd. Imprimerie, septembre 1902, p. 21-22


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :