Uranus (planète)

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Uranus vue par la sonde Voyager 2 en 1986.

Uranus est la septième planète du Système solaire par ordre d'éloignement au Soleil. Elle orbite autour de celui-ci à une distance d'environ 19,2 unités astronomiques (2,87 milliards de kilomètres), avec une période de révolution de 84,05 années terrestres. Il s'agit de la quatrième planète la plus massive du Système solaire et de la troisième plus grande par la taille.

Astronomie[modifier]

Il n'y a que quelques mois encore, il était possible d'enclore la somme totale de nos connaissances sur la lointaine planète Uranus dans un seul article. Mais en quelques heures à peine, la robuste sonde Voyager 2 a changé tout cela...
  • (en) Only a few months ago, it was possible to put the sum total of our knowledge of the distant planet Uranus into a single article. But in just a few hours, the hardy space probe Voyager 2 changed all that...
  • Au sujet des importants progrès apportés par la sonde Voyager 2 à la connaissance de la planète Uranus en 1986.
  • « Venus After Voyager », Nigel Henbest, New Scientist, vol. 111 nº 1519, 31 juillet 1986, p. 42


Évocations dans les arts[modifier]

Littérature[modifier]

John Keats, Après avoir ouvert pour la première fois l'Homère de Chapman (1816)[modifier]

Alors il me semble être un guetteur du ciel
Qui voit soudain dans sa vision glisser une planète nouvelle

  • (en)

    Then felt I like some watcher of the skies
    When a new planet swims into his ken

  • Extrait du poème Après avoir ouvert pour la première fois l'Homère de Chapman, premier poème de Keats à avoir été publié. Chapman avait publié une traduction anglaise des épopées d'Homère. La "planète nouvelle" est un hommage à la découverte de la planète Uranus par William Hershel[1].
  • (en) Selected Poems, Poèmes choisis, John Keats, Albert Laffay (traduction, préface et notes) (trad. Wikipédia), éd. Aubier-Flammarion, coll. « Bilingue Aubier », 1968, p. 141 (texte intégral sur Wikisource)


Henry David Thoreau, Journal, 1841[modifier]

Un son subtil le soir m'élève par les oreilles, et confère à la vie une frange indiciblement sereine et grandiose. Cela peut provenir d'Uranus, ou cela peut provenir des volets.
  • (en) A slight sound at evening lifts me up by the ears, and makes life seem inexpressibly serene and grand. It may be in Uranus, or it may be in the shutter.
  • Entrée de Thoreau dans son journal les 10-14 juillet 1841.
  • The Norton Book of Nature Writing, Henry David Thoreau, propos cités par John Elder Robert Finch (trad. Wikiquote), éd. W. W. Norton & Company, 1990, p. 475


Notes et références[modifier]

  1. Caroline Bertonèche, « Le poète, veilleur des cieux. L'influence astrale d'Homère à Keats », dans Poésie et astronomie : de l'Antiquité au romantisme, Grenoble, UGA éditions (Université Grenoble Alpes), 2020, p. 130.

Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :