Jean-Paul Picaper

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Paul Picaper

Jean-Paul Picaper, né en 1938 à Pau, est un politologue, essayiste et journaliste français.

Opération Walkyrie[modifier]

Le 28 juillet 1944, Karl Haushofer fut arrêté et déporté à Dachau. Albrecht Haushofer, qui avait trempé dans les plans d'attentat, se réfugia dans une cabane dans les Alpes, puis avec sa mère dans une ferme proche de Partenkirchen, où trois agents de la Gestapo vinrent l'arrêter le 7 décembre 1944. Il a dit dans ses poèmes toute sa tristesse et ses regrets que lui et son père n'aient pas compris immédiatement la nocivité du régime nazi et n'aient lutté d'emblée, plus énergiquement contre Hitler:

J'ai averti — pas assez fort ni clairement !
Et aujourd'hui, je sais que j'étais coupable.
De son père, il a écrit :
Il n'a pas vu le souffle du mal.
Il a laissé s'envoler le démon du monde.


À cette époque, j'aurais été bien incapable d'être aussi visionnaire. Il est toujours facile de dire après coup : « Mais c'était pourtant prévisible ! » Avant que les choses ne vous tombent dessus, on ne peut pas dire comment elles évolueront. En ce temps, la politique ne faisait guerre d'offre séduisante : d'un côté les communistes, de l'autre les nationaux-socialistes. les autres n'étaient pas aussi attirants. Le centre catholique et les nationaux allemands ? Je préfère ne pas en parler ! ce n'étaient pas des partis qui fascinaient les gens.
  • propos de Franz Ludwig comte Stauffenberg, fils d'un des acteurs de l'opération Walkyrie


« Peut-être le temps viendra-t-il, écrivait dans sa prison Peter York von Wartemburg à sa mère, dans la nuit précédent son exécution, où l'on se fera une meilleure idée de notre attitude, où nous ne serons pas considérés comme des gredins, mais comme des patriotes et des sauveteurs. » Il fallait que l'attentat ait lieu et que ce « geste décisif », selon le mot de Henning von Tresckow, sauve l'Allemagne du naufrage moral. Il l'a dit : « La valeur morale d'un homme commence là où celui-ci est prêt à sacrifier sa vie pour ses convictions. »


Que reste-t-il du legs des conjurés, de leur message avant leur mort en martyrs ? Quand on lit leurs dernières lettres avant l'exécution, surtout les dernières, on sent qu'ils cherchent à se donner du courage et qu'ils espèrent un jugement clément de Dieu, de leurs proches et de la postérité. Ce courage est ce que l'on appellerait dans notre vocabulaire politique d'aujourd'hui « le courage civique ». C'est ce qui restera après eux. Selon moi, le principal enseignement de la Résistance est que le moyen de lutter contre un État de non-droit est de ne pas ne laisser arriver au pouvoir.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :