Hans Scholl

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hans Scholl, né le 22 septembre 1918 à Ingersheim an der Jagst, aujourd'hui un quartier de Crailsheim en Allemagne, exécuté le 22 février 1943 à Munich, était un jeune étudiant en médecine, un résistant allemand au nazisme pendant la Seconde Guerre mondiale et l'un des piliers du réseau La Rose blanche avec son fidèle ami Alexander Schmorell. Il était le frère de Sophie Scholl.

Citations sur Hans Scholl[modifier]

Le dernier matin arriva. Hans me répéta ce que je devrais dire à ses parents et amis. Puis il me sera la main, amicalement, un peu solennel, et me dit : « Maintenant que nous sommes encore seuls, disons-nous adieu. » Alors il se tourna contre le mur et écrivit quelque chose, avec un crayon qu'on nous avait procuré en cachette ; Il y eu un silence extraordinaire. À peine avait-il posé son crayon que les clés grincèrent dans la serrure ; la porte s'ouvrit. Les commissaires lui mirent les menottes, et l'emmenèrent au procès.
Les mots qu'il avait écrits sur le mur étaient :
Braver toutes les forces contraires.

  • Propos rapportés par le compagnon de cellule de Hans Scholl. Les mots inscrits sur le mur reprennent une citation de Goethe.
  • La Rose blanche. Six Allemands contre le nazisme (1953), Inge Scholl (trad. Jacques Delpeyou), éd. Les éditions de minuit, coll. « Minuit double », 2015  (ISBN 978-2-7073-2051-3), p. 104


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :