Catherine Salles

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Catherine Salles est agrégée de Lettres Classiques et Docteur ès Lettres. Elle enseigne la civilisation romaine à l'Université de Paris X ­Nanterre. Outre de nombreuses contributions à divers ouvrages sur le monde romain, elle a notamment publié : Les Bas-fonds de l'Antiquité (1982), traduit en plusieurs langues, Tibère, le second César (1985) et Spartacus et la Révolte des gladiateurs (1990) et, plus récemment, Les Mythologies grecques et romaines (2006).

Les Bas-fonds de l'Antiquité, 1982[modifier]

La confusion, l'anarchie, l'absence de plan d'ensemble, c'est l'impression première que l'on éprouve à considérer le plan de la plupart des cités antiques. Et Athènes même au moment de son apogée, est bien loin de présenter l'image d'une grande métropole. L'Agora, l'Acropole sont les centres politique et religieux vers lesquels convergent les activités des citoyens. Tout autour les habitations se pressent, construites au hasard des accidents de terrain. Les rues offrent un tracé sinueux qui suit le tracé des pentes des collines. Et quelles rues ! Aucun grand axe, mais des voies irrégulière, dont les plus larges atteignent tout juste quatre mètres, mais dont la plupart ne mesurent guère plus d'un mètre cinquante ; des ruelles en pente, souvent très raides, des bouts d'escaliers reliant tant bien que mal les niveaux différents, des culs-de-sac. Pas de dallage dans les rues, des canalisations à ciel ouvert.
Seules les constructions monumentales de l'Acropole et les différents temples de la ville rappellent qu'Athènes est un des centres les plus prestigieux de l'Antiquité.

  • Les Bas-fonds de l'Antiquité (1982), Catherine Salles, éd. Payot & Rivages, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2004  (ISBN 2-228-89817-1), partie 1. Le monde grec des hommes, des femmes, des enfants, chap. 1. Trois villes, Athènes : Un urbanisme libre, p. 16


C'est souvent l'occasion qui fait le larron et aucun témoignage ne nous fait connaître une criminalité organisée, comme ce sera le cas à Rome […]. Les Athéniens ont un train de vie fort modeste et même ceux dont la prodigalité est restée légendaire ne possèdent guère plus que le strict nécessaire. Alcibiade, dont le luxe apparaît à ses contemporains scandaleux, a pour tout mobilier dans sa maison d'Athènes quelques coffres et des ustensiles divers nécessaires à la vie quotidienne. Une inscription nous en donne le détail et tout l'ameublement de ce célèbre prodigue suffirait tout juste à équiper la maison d'un Romain misérable.
  • Les Bas-fonds de l'Antiquité (1982), Catherine Salles, éd. Payot & Rivages, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2004  (ISBN 2-228-89817-1), partie 1. Le monde grec des hommes, des femmes, des enfants, chap. 1. Trois villes, Athènes : Une délinquance « primaire », p. 28


Les caprices d'une maîtresse cruelle qui se joue de son amoureux languissant, la longue attente d'un simple regard, d'un simple geste de la femme aimée deviennent au IIIe siècle des sujets littéraires. C'est l'univers de la comédie, de la poésie élégiaque, du roman enfin.
Solon voulait préserver la race athénienne des souillures de l'adultère, le philosophe Aristippe rangeant Laïs au rang des « biens de consommation courante ». Le législateur et le philosophe étaient bien loin de prévoir que ces rapports ambigus qu'entretiennent dans les comédies de Ménandre ou de Diphile courtisanes, jeunes gens ou vénérables vieillards. Il serait trop facile de n'y voir que conventions théâtrales, arguer que les rôles féminins au théâtre ne peuvent être tenus que par des courtisanes, puisque les jeunes filles et les femmes libres sont confinées dans le gynécée et n'ont guère l'occasion de rencontrer des hommes étrangers à leur famille. Il faut considérer en fait que les comédies nouvelles ont suivi le processus inverse ; en effet, c'est le rôle prééminent du plaisir dans la vie « quotidienne » au IVè-IIIè siècle qui a conduit les auteurs à en faire un sujet littéraire, vite envahissant. Le théâtre de Ménandre offre même cette particularité — comme le fera plus tard le Romain Térence — de forger des rôles de courtisanes pourvues de générosité et de grandeur d'âme, à l'opposé donc de la prostituée traditionnelle, intéressée et cupide.

  • Les Bas-fonds de l'Antiquité (1982), Catherine Salles, éd. Payot & Rivages, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2004  (ISBN 2-228-89817-1), partie 1. Le monde grec des hommes, des femmes, des enfants, chap. 6. Le règne du plaisir, La naissance de la passion, p. 157


A la fois proxénète, entremetteur, marchand d'esclaves, tel est le leno (ou sa compagne, la lena), une des figures les plus pittoresques de Rome, dont les poètes comiques font une utilisation particulièrement remarquable dans leurs pièces. Détesté par tous, aussi ridicule qu'odieux, le leno a pris dans la vie quotidienne des Romains une importance que ses homologues grecs ne possèdent pas. Son apparition sur les scènes de théâtre déclenche les rires et les quolibets.
  • Les Bas-fonds de l'Antiquité (1982), Catherine Salles, éd. Payot & Rivages, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2004  (ISBN 2-228-89817-1), partie 2. Le monde latin — La ville, chap. 8. Les plaisirs « à la grecque », Haro sur le leno, p. 208


Voici pourquoi la servante d'un leno se croit obligée de faire ces recommandations aux autres esclaves de la maison : « Faites le guet à la porte et surveillez bien la maison, afin qu'aucun client ne reparte plus chargé qu'il ne l'était en entrant et qu'arrivé chez nous les mains vides, ils n'en sortent les mains pleines. Je les connais bien leurs manières, à nos petits jeunes gens d'aujourd'hui. Ils arrivent à cinq ou six chez les catins pour s'amuser. Ils ont dressés leurs plans. Dès qu'ils ont pu entrer dans la maison, l'un couvre la fille de baisers, tandis que les autres agissent. S'ils voient qu'on les regarde, ils font des plaisanteries et des blagues pour tromper notre surveillance. Ils mangent souvent notre repas et se bourrent comme des boudins… C'est pour eux une vraie bataille, un vrai acte de courage que de piller des pirates. »
  • Les Bas-fonds de l'Antiquité (1982), Catherine Salles, éd. Payot & Rivages, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2004  (ISBN 2-228-89817-1), partie 2. Le monde latin — La ville, chap. 8. Les plaisirs « à la grecque », Noceurs, voyous et vagabonds, p. 212


L'image du Romain vautré dans la débauche appartient aux clichés éculés. Nous savons que la « paix romaine », instaurée par l'établissement de l'Empire, a favorisé au contraire un retour à la vie familiale, aux vertus domestiques, dans la plupart des régions contrôlées par la puissance romaine. Cela n'empêche pas que, pour une frange de la population, la « dolce vita » ne consiste plus à vouloir toujours davantage de raffinements dans le plaisir, les distractions, mais à rechercher la volupté parmi ceux que la société rejette, les marginaux, les exclus, dont certains deviennent les « vedette » de la vie élégante à Rome. L'encanaillement de la noblesse, c'est la suprême perversion de ceux qui ne savent quel sens donner à leur vie.
  • Les Bas-fonds de l'Antiquité (1982), Catherine Salles, éd. Payot & Rivages, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2004  (ISBN 2-228-89817-1), partie 2. Le monde latin — La ville, chap. 12. La « vie inimitable », p. 290


La « vie inimitable », Antoine et Cléopâtre donnèrent ce nom à l'association qu'ils formèrent à Alexandrie pour profiter au maximum des plaisirs de l'existence. Ce ne sont pourtant pas les fêtes de nuit sur le Nil, les banquets somptueux, ou les représentations à grand spectacle qui constituèrent l'essentiel de la « vie inimitable » de ce couple d'amants terribles. Pour retenir son amant, la reine l'initie à des plaisirs nouveaux : on commence par se déguiser et l'on emprunte aux plus humbles des serviteurs leurs habits. Et puis, toute la nuit, on vagabonde dans les ruelles populeuses du quartier de Rhacotis. On commet quelques déprédations, on se bagarre dans les cabarets.
  • Les Bas-fonds de l'Antiquité (1982), Catherine Salles, éd. Payot & Rivages, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2004  (ISBN 2-228-89817-1), partie 2. Le monde latin — La ville, chap. 12. La « vie inimitable », Vagabondage de reine et d'empereur, p. 301


L'arrière-petit-fils d'Antoine, Néron, toujours à l'affût de sensations inconnues, retrouve à Rome les joies de la « vie inimitable ». A la tombée de la nuit, il se déguise, coiffe sa tête du bonnet des affranchis, de la casquette des mauvais garçons, quelquefois d'une perruque, et se lance à l'aventure dans tous les bouges de la capitale. On le voit dans les tripots, dans les lupanars des bas quartiers. Il est accompagné de gardes du corps déguisés comme lui et qui l'aident dans ses forfaits. La « bande à Néron » est redoutable : elle fracture les portes des boutiques et des maisons, pille les marchandises, les biens des particuliers ; l'empereur a le front d'installer dans son palais une « cantine », où il fait vendre aux enchères le produit de ses vols […].
Le jeu semble d'autant plus drôle à Néron qu'il est sûr de s'amuser ainsi incognito. Pure illusion : tout le monde, dans la ville, connaît les traits de l'empereur dont l'effigie orne les monnaies que l'on utilise quotidiennement ; les Romains identifient aussi sans peine les acolytes de Néron : ce sont eux que l'on voit, au cirque, au théâtre, dans les cérémonies officielles, former la garde d'honneur de l'empereur. Cela explique d'ailleurs que les malheureuses victimes ne se défendent pas avec une extrême vigueur, lorsqu'elles reconnaissent en leurs agresseurs la bande impériale. Ces amusements de Néron donnent d'ailleurs des idées aux véritables truands : ils attaquent et dépouillent les Romains en se faisant passer pour Néron et ses gardes du corps.

  • Les Bas-fonds de l'Antiquité (1982), Catherine Salles, éd. Payot & Rivages, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2004  (ISBN 2-228-89817-1), partie 2. Le monde latin — La ville, chap. 12. La « vie inimitable », Vagabondage de reine et d'empereur, p. 302