Solon

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Buste de Solon.

Solon (né vers 640 av. J.-C. et mort vers 558 av. J.-C.) est un homme politique et poète athénien. Il est l’un des Sept sages de la Grèce antique.

Propos attribués à Solon[modifier]

Il faut en toute chose considérer la fin, car à bien des hommes le ciel a montré le bonheur, pour ensuite les anéantir tout entiers.
  • Solon à Crésus qui croyait que son bonheur était insurpassable.
  • L’Enquête, Hérodote (trad. Andrée Barguet), éd. Gallimard, coll. « Folio / Classique », 1985, t. II, 32, p. 55


[L]a satiété engendre l’excès, quand une grande richesse s’attache
à des hommes dont l’esprit n’y est pas adapté.
  • Constitution d’Athènes, Aristote (trad. Michel Sève), éd. Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche », 2006, 12.2, p. 77


En vieillissant j’apprends chaque jour davantage.
  • « Solon », Plutarque (trad. Anne-Marie Ozanam), II, 2, dans Vies parallèles, Plutarque, éd. Gallimard, coll. « Quarto », 2017  (ISBN 978-2-07-073762-8), p. 200


Seuls comptent à vos yeux,
La langue et les propos de l’homme qui vous charme.
Isolément, chacun marche comme un renard,
Ensemble, vous avez un esprit plein de vent.

  • Solon s’adresse au peuple ayant accordé cinquante gardes du corps à Pisistrate qui prétendait avoir subi une tentative d’assassinat.
  • « Solon », Plutarque (trad. Anne-Marie Ozanam), XXX, 3, dans Vies parallèles, Plutarque, éd. Gallimard, coll. « Quarto », 2017  (ISBN 978-2-07-073762-8), p. 225


Que le trépas vers moi ne vienne pas sans pleurs,
Qu’à ma mort mes amis s’affligent et sanglotent.

  • « Publicola », Plutarque (trad. Anne-Marie Ozanam), XXV, 5, dans Vies parallèles, Plutarque, éd. Gallimard, coll. « Quarto », 2017  (ISBN 978-2-07-073762-8), p. 251


Les Muses, et Bacchus, et Cypris me sont chers,
Car de leurs arts savants naît le bonheur humain.

  • La Couronne et la Lyre (1979), Marguerite Yourcenar et alii (trad. Marguerite Yourcenar), éd. Gallimard, coll. « Poésie », 2016  (ISBN 978-2-07-032256-5), partie De Tyrtée à Empédocle, chap. Solon, p. 97


Car le dessein des dieux est invisible à l’homme.
  • La Couronne et la Lyre (1979), Marguerite Yourcenar et alii (trad. Marguerite Yourcenar), éd. Gallimard, coll. « Poésie », 2016  (ISBN 978-2-07-032256-5), partie De Tyrtée à Empédocle, chap. Solon, p. 96


On dit que son apophtegme était : « Rien de trop ».
  • Vies et Doctrines des philosophes illustres, Diogène Laërce (trad. Richard Goulet), éd. Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche / La Pochothèque », 1999  (ISBN 978-2-253-13241-7), I, 63, p. 107


Sur Solon[modifier]

Werner Jaeger[modifier]

Durant des siècles, tant qu’il y eut un État athénien doté d’une vie spirituelle indépendante et personnelle, Solon fut regardé comme l’une des pierres angulaires de sa culture. Les garçons, au début de leur écolage, apprenaient ses poèmes par cœur, tandis que les avocats et les orateurs les citaient sans cesse dans les tribunaux et les assemblées publiques, car ils représentaient sous sa forme classique l’âme du civisme athénien.
  • Paideia : la formation de l’homme grec (1934), Werner Jaeger (trad. André et Simonne Devyver), éd. Gallimard, coll. « Tel », 1988  (ISBN 978-2-07-071231-1), t. I, partie I : La Grèce archaïque, chap. VIII – Solon, créateur de la culture politique athénienne, p. 173


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :