Néron

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Néron

Néron et né le 15 décembre 37 et mort le 9 juin 68. Il est le cinquième et dernier empereur romain de la dynastie julio-claudienne.

Histoire[modifier]

Catherine Salles, Les bas-fonds de l'Antiquité, 1982[modifier]

L'arrière-petit-fils d'Antoine, Néron, toujours à l'affût de sensations inconnues, retrouve à Rome les joies de la « vie inimitable ». A la tombée de la nuit, il se déguise, coiffe sa tête du bonnet des affranchis, de la casquette des mauvais garçons, quelquefois d'une perruque, et se lance à l'aventure dans tous les bouges de la capitale. On le voit dans les tripots, dans les lupanars des bas quartiers. Il est accompagné de gardes du corps déguisés comme lui et qui l'aident dans ses forfaits. La « bande à Néron » est redoutable : elle fracture les portes des boutiques et des maisons, pille les marchandises, les biens des particuliers ; l'empereur a le front d'installer dans son palais une « cantine », où il fait vendre aux enchères le produit de ses vols [...].
Le jeu semble d'autant plus drôle à Néron qu'il est sûr de s'amuser ainsi incognito. Pure illusion : tout le monde, dans la ville, connaît les traits de l'empereur dont l'effigie orne les monnaies que l'on utilise quotidiennement ; les Romains identifient aussi sans peine les acolytes de Néron : ce sont eux que l'on voit, au cirque, au théâtre, dans les cérémonies officielles, former la garde d'honneur de l'empereur. Cela explique d'ailleurs que les malheureuses victimes ne se défendent pas avec une extrême vigueur, lorsqu'elles reconnaissent en leurs agresseurs la bande impériale. Ces amusements de Néron donnent d'ailleurs des idées aux véritables truands : ils attaquent et dépouillent les Romains en se faisant passer pour Néron et ses gardes du corps.

  • Les bas-fonds de l'Antiquité (1982), Catherine Salles, éd. Payot & Rivages, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2004  (ISBN 2-228-89817-1), partie 2. Le monde latin — La ville, chap. 12. La « vie inimitable », Vagabondage de reine et d'empereur, p. 302


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :