Ménandre

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Buste de Ménandre.

Ménandre, en grec ancien Μένανδρος (Ménandros), (fin du IVe siècle av. J.-C.) est un auteur comique grec antique, le plus grand représentant de la « Comédie nouvelle ». Longtemps connue par des fragments épars, l'œuvre de Ménandre bénéficie beaucoup des découvertes archéologiques du XXe siècle : les papyri d'Oxyrhynque nous ont rendu six comédies complètes ou largement conservées : Le Dyscolos (Δύσϰολος) ou L’Atrabilaire, dont la publication en 1958 a relancé les études ménandréennes, L'Arbitrage (Ἐπιτϱέποντες), La Samienne (Ἡ Σαμία), La Femme à la boucle coupée (Ἡ πεϱιϰειϱομένη), Le Bouclier (Ἡ ἀσπίς) et Les Sicyoniens (Οἱ Σιϰυώνιοι). Des fragments papyrologiques moindres appartiennent à d’autres comédies perdues (Le Fantôme, La Femme possédée par la divinité, etc.).

Le Bourru (Dyskolos)[modifier]

Vivant depuis un temps passablement
Long, il n'a tenu de propos aimables, durant son existence,
À personne, il n'a adressé son salut le premier à personne,
Si ce n'est par nécessité - il est mon voisin et il faut bien qu'il en passe par là - à moi,
Pan. Et encore, cela aussitôt il le regrette,
Je le sais bien.

  • (grc) Théâtre, Ménandre (trad. Alain Blanchard), éd. Le Livre de poche, 2007, Prologue, p. 103-104, vers 8-13


Cnémon : Avec cela, comment nier qu'il fût heureux, Persée. À un double
Titre, ce héros : grâce aux ailes qu'il avait,
Il était à l'abri de toute rencontre avec ceux qui marchent sur terre.
Ensuite la propriété d'un objet qu'il possédait était de pétrifier
Absolument tous les gêneurs. Ah ! cet objet, si moi
Aujourd'hui, je l'avais ! Rien ne serait moins rare
Que les statues : il yen aurait partout.

  • Cnémon, le Bourru.
  • (grc) Théâtre, Ménandre (trad. Alain Blanchard), éd. Le Livre de poche, 2007, Prologue, p. 113, vers 153-159


Garde-toi, pour ta part, même si tu es très riche,
De te fier à ton état, et ne va pas, à l'égard des pauvres
Que nous sommes, te montrer méprisant. Ta chance, toujours
Tu dois montrer au regard des autres que tu en es digne.

  • (grc) Théâtre, Ménandre (trad. Alain Blanchard), éd. Le Livre de poche, 2007, Prologue, p. 120-121, vers 284-287


Maximes[modifier]

Les mauvais amis nous font récolter de mauvais fruits.
  • (grc) Κακὸν ϕέρουσι καρπὸν οἱ κακοὶ ϕίλοι.


Les comportements sérieux nous font récolter de bons fruits.
  • (grc) Καλὸν ϕέρουσι καρπὸν οἱ σεμνοὶ τρόποι.


On jauge les amis dans les moments cruciaux.
  • (grc) Κρίνει ϕίλους ὁ καιρός.


Une parole bienveillante est assurément un réconfort pour le cœur.
  • (grc) Ἆρ' ἐστι ϑυροῦ ϕάμακον χρηστὸς λὸγος.


Le sommeil est un terrible fléau pour les hommes.
  • (grc) Ὕπνος δεινὸν ἀνϑρώποις κακόν


La parole est une arme puissante pour les hommes.
  • (grc) Ὅπλον μέγιστον τοῖς ἀνϑρώποις λόγος.


Les amis ont tout en commun.
  • (grc) Κοινὰ τὰ τῶν ϕίλων.


L'homme de valeur n'est pas blessé par des propos malveillant.
  • (grc) Χρηστὸς πονηροῖς οὐ τρεϕώσκεται λόγοις.


Il est injuste d'affliger volontairement ses amis.
  • (grc) Ἄδικον τὸ λυπεῖ τοὺς ϕίλους ἑκουσίως.


Les circonstances sont riches d'enseignements.
  • (grc) Πολλῶν ὁ καιρὸς γίγνεται διδάσκαλος.


Celui que les dieux aiment meurt jeune.
  • (grc) Ὅν οἱ ϑεοὶ φιλοῦσιν ἀποϑνῄσκει νέος.


La langue est la cause de bien de maux
  • (grc) Ἡ γλῶττα πολλῶν ἐστιν αἰτία κακῶν


La raison est une puissant remède de la colère.
  • (grc) Μέγιστον ὀργῆς ἐστι ϕάρμακον λόγος.


La raison est pour les hommes le médecin du chagrin
  • (grc) Λύπης ἰατρός ἐστι ἀνϑρώποις λὸγος.


Les chagrins rendent les hommes malades
  • (grc) Λῦπαι τοῖς ἀνϑρώποις τίκτουσι νόσον.


L'orgueil est un très grand fléau pour les hommes.
  • (grc) Ὑπερηϕανία μέγιστον ἀνϑρώποις κακόν.


La colère contraint beaucoup de personnes à mal agir.
  • (grc) Ὀργὴ δὲ πολλοὺς δρᾶν ἀναγκάζει κακόν.


Il faut, étranger, supporter d'une façon digne les vicissitudes du sort.
  • (grc) Ἀνϑρωνίμως δεῖ τὰς τύχας ϕέρειν, ξένε.


Combien les brillantes fortunes s'écroulent facilement.
  • (grc) Ὡς εὐκόλως πίπτοθσιν αἱ λαμπαὶ τὺχαι.


La richesse est aveugle, et rend aveugles ceux qui fixent les yeux sur elle.
  • (grc) Τυϕλὸν ὁ πλοῦτος, καὶ τυϕλοὺς τοὺς ἐμϐλέπονας εἰς αὐτὸν ἀποδεικνὺεί.
  • Fragments


L’or ouvre tout, même les portes d’Hadès.
  • (grc) Χρύσος δ’ ἀνοίγει πάντα, κἄν Ἅδου πύλας.
  • Fragments


Tous les hommes sont amis de ceux qui connaissent le succès.
  • (grc) Τῶν εὐτυχοὺντων πάντες ἄνϑρωποι ϕίλοι.
  • Fragments


Dans le malheur, un homme est sauvé par ses espoirs.
  • (grc) Ἀνὴρ ἀτυχῶν δὲ σώζεται ταῖς ἐλπίσιν.
  • Fragments


La colère de celui qui aime n'est forte que peu de temps.
  • (grc) Ὀργὴ ϕιλοῦτος μικρὸν ἰσχύει χρόνον.
  • Fragments


La parole est le remède d'une âme malade.
  • (grc) Ψυχῆς νοσούσης ἐστὶ ϕάρμακον λόγος.
  • Fragments


Les terrains qui nourrissent mal font des hommes courageux.
  • (grc) Τὰ κακῶς τρέϕοντα χωρί’ ἀνδρείους ποιεῖ.
  • Fragments


Un père qui menace n'inspire pas une grande confiance.
  • (grc) Πατὴρ δ’ ἀπειλῶν οὐκ ἔχει μέγαν ϕόϐον.
  • Fragments


Beaucoup de vin réduit à avoir peu d'esprit.
  • (grc) Ὁ πολὺς ἄκρατος ὀλίγα ἀναγκάζει ϕρονεῖν.
  • Fragments


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :