Bible

Citations « Bible » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

La Bible est le nom courant du regroupement des textes sacrés, dans le judaïsme et le christianisme, bien que chacune de ces religions, voire chaque courant en son sein, ait un rapport différent à ces textes.

Ancien Testament[modifier]

Genèse[modifier]

Faisons l'homme à notre image, à notre ressemblance ! Qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.

  • (Genèse 1, 26) Parole de Dieu.


Tout ce qui se déplace et qui vit vous servira de nourriture.

  • (Genèse 9, 3) Parole de Dieu à Noé et ses fils.


Lorsqu'il eut finit de cuver son vin, Noé apprit ce que lui avait fait son fils cadet et dit "Maudit soit Canaan ! Qu'il soit le dernier des esclaves pour ses frères !". Et il dit encore : "Béni soit l'éternel, le Dieu de Sem, et que Canaan soit son esclave !"


Ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes et tu as été vainqueur.

  • (Genèse 32, 29)


Exode[modifier]

Tu n'auras pas d'autres dieux que moi car je suis un Dieu jaloux : je punis la faute des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me détestent, et j'agis avec bonté jusqu'à 1000 générations envers ceux qui m'aiment et qui respectent mes commandements.

  • (Exode 4, 3-5) Pour rappel, 1000 générations équivalent environ à 20000 ans.


Dieu dit à Moïse : Je suis celui qui suis. Et il ajouta : C’est ainsi que tu répondras aux enfants d’Israël : Celui qui s’appelle ’je suis’ m’a envoyé vers vous.


Deutéronome[modifier]

Voici les animaux que vous pourrez manger : le bœuf, la brebis et la chèvre ; le cerf, la gazelle et le daim ; le bouquetin, le chevreuil, la chèvre sauvage et la girafe.

  • (Deutéronome 14, 4-5)


Psaumes[modifier]

Le temps de nos années, quelque soixante-dix ans,
quatre-vingt, si la vigueur y est ;
mais leur grand nombre n'est que peine et mécompte,
car elles passent vite, et nous nous envolons.

  • (he) יְמֵי שְׁנוֹתֵינוּ בָהֶם שִׁבְעִים שָׁנָה וְאִם בִּגְבוּרֹת שְׁמוֹנִים שָׁנָה וְרָהְבָּם עָמָל וָאָוֶן, כִּי גָז חִישׁ וַנָּעֻפָה
  • (fr) La Bible de Jérusalem, psaume attribué à Moïse (trad. École biblique de Jérusalem), éd. Desclée de Brouwer, 2000, Psaume 90 (89) - Fragilité de l'homme, p. 1021 (texte intégral sur Wikisource)


J'avais dit : Vous êtes des dieux, vous êtes des fils du très-Haut. Cependant vous mourrez comme des hommes, vous tomberez comme un prince quelconque.

  • (Psaumes 82, 6-7) Dieu jugeant au milieu des dieux.


Proverbes[modifier]

Confie-toi en l’Éternel de tout ton cœur, et ne t’appuie pas sur ta sagesse ;
reconnais-le dans toutes tes voies, et il aplanira tes sentiers.


Mon fils, si tu as cautionné ton prochain, si tu t’es engagé pour autrui,
si tu es enlacé par les paroles de ta bouche, si tu es pris par les paroles de ta bouche,
fais donc ceci, mon fils, dégage-toi, puisque tu es tombé au pouvoir de ton prochain ; va, prosterne-toi, et fais des instances auprès de lui ;
ne donne ni sommeil à tes yeux, ni assoupissement à tes paupières ;
dégage-toi comme la gazelle de la main du chasseur, comme l’oiseau de la main de l’oiseleur.


Cantique des cantiques[modifier]

Pareille à un lis au milieu des ronces, telle est mon amie parmi les filles.

  • (Cantique des cantiques 2, 2)


Qui est celle qui apparaît comme l’aurore, belle comme la lune, pure comme le soleil, mais terrible comme des troupes sous leurs bannières ?
Je suis descendue au jardin des noyers, pour voir la verdure de la vallée, pour voir si la vigne pousse, si les grenadiers fleurissent.
Je ne sais, mais mon désir m’a rendue semblable aux chars de mon noble peuple.


Viens, mon bien-aimé, sortons dans les champs, demeurons dans les villages !
Dès le matin nous irons aux vignes, nous verrons si la vigne pousse, si la fleur s’ouvre, si les grenadiers fleurissent. Là je te donnerai mon amour.


Livre des Lamentations[modifier]

Il est bon d’attendre en silence Le secours de l’Éternel.
Il est bon pour l’homme De porter le joug dans sa jeunesse.
Il se tiendra solitaire et silencieux, Parce que l’Éternel le lui impose ;
Il mettra sa bouche dans la poussière, Sans perdre toute espérance ;
Il présentera la joue à celui qui le frappe, Il se rassasiera d’opprobres.
Car le Seigneur Ne rejette pas à toujours.
Mais, lorsqu’il afflige, Il a compassion selon sa grande miséricorde ;
Car ce n’est pas volontiers qu’il humilie Et qu’il afflige les enfants des hommes.


Livre de Daniel[modifier]

Roi Darius, puisses-tu vivre toujours !


Nouveau Testament[modifier]

Évangélistes[modifier]

Voir le recueil de citations : Matthieu (apôtre)
Voir le recueil de citations : Marc (évangéliste)
Voir le recueil de citations : Luc (évangéliste)
Voir le recueil de citations : Jean (apôtre)

Épitres[modifier]

Romains[modifier]

Le Juif, ce n’est pas celui qui en a les dehors ; et la circoncision, ce n’est pas celle qui est visible dans la chair.
Mais le Juif, c’est celui qui l’est intérieurement ; et la circoncision, c’est celle du cœur, selon l’esprit et non selon la lettre. La louange de ce Juif ne vient pas des hommes, mais de Dieu.


Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.


[…] comme nous avons plusieurs membres dans un seul corps, et que tous les membres n’ont pas la même fonction,
ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ, et nous sommes tous membres les uns des autres.


I Corinthiens[modifier]

[…] que chacun marche selon la part que le Seigneur lui a faite, selon l’appel qu’il a reçu de Dieu. […]


Tout est permis, mais tout n’est pas utile ; tout est permis, mais tout n’édifie pas.


Maintenant donc ces trois choses demeurent : la foi, l’espérance, la charité ; mais la plus grande de ces choses, c’est la charité.


II Corinthiens[modifier]

Il nous a aussi rendus capables d’être ministres d’une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l’esprit ; car la lettre tue, mais l’esprit vivifie.


Or, le Seigneur c’est l’Esprit ; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.


[…] lors même que notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour.


Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.


[…] Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. […]


Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu, et la communication du Saint Esprit, soient avec vous tous !


Galates[modifier]

Ne soyez pas séduits ; on ne se moque pas de Dieu ; car ce qu’un homme sème, cela aussi il le moissonnera. Car celui qui sème pour sa propre chair moissonnera de la chair la corruption ; mais celui qui sème pour l’Esprit moissonnera de l’Esprit la vie éternelle.

  • (grc) μὴ πλανᾶσθε, Θεὸς οὐ μυκτηρίζεται⋅ ὃ γὰρ ἐὰν σπείρῃ ἄνθρωπος , τοὔτο καὶ θερίσει. ὅτι ὁ σπείρων εἰς τὴν σὰρκα ἑαυτοῦ, ἐκ τῆς σαρκὸς θερίσει φθορὰν· ὁ δὲ σπείρων εἰς τὸ πνεῦμα, ἐκ τοῦ πνεύματος θερίσει ζωὴν αἰώνιον.
  • Texte Reçu des Elzevirs (1611)
  • (fr) La Bible (1872), Saint Paul (trad. John Nelson Darby), éd. Éditions et publications chrétiennes, 1980, partie Nouveau Testament – Épitre aux Galates, chap. 4, p. 153, vers 7 et 8 (texte intégral sur Wikisource)


Éphésiens[modifier]

Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près ;
car par lui nous avons les uns et les autres accès auprès du Père, dans un même Esprit.


Philippiens[modifier]

Car pour moi, vivre c’est Christ ; et mourir, un gain

  • (grc) ἐμοὶ γὰρ τὸ ζῇν, Χριστός ⋅ καὶ τὸ ἀποθανεῖν, κέρδος.
  • Texte Reçu des Elzevirs (1611)
  • (fr) La Bible (1872), Saint Paul (trad. John Nelson Darby), éd. Éditions et publications chrétiennes, 1980, partie Nouveau Testament – Épitre aux Philippiens, chap. 1, p. 158, vers 21 (texte intégral sur Wikisource)


Hébreux[modifier]

Or la foi est l’assurance des choses qu’on espère, et la conviction de celles qu’on ne voit pas.

  • (grc) Ἔστι δὲ πίστις ἐλπιζομένων ὑπόστασις, πραγμὰτων ἔλεγχος οὐ βλεπομένων⋅
  • Texte Reçu des Elzevirs (1611)
  • (fr) La Bible (1872), Saint Paul (trad. John Nelson Darby), éd. Éditions et publications chrétiennes, 1980, partie Nouveau Testament – Épitre aux Hébreux, chap. 1, p. 180, vers 1 (texte intégral sur Wikisource)


Apocalypse[modifier]

Je suis l'Alpha et l'Oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif, je donnerai à boire gratuitement de la source de l'eau de la vie.

  • (Apocalypse 21, 6-7)


À propos de la Bible[modifier]

Dans un monde, le nôtre, où règnent l’herméneutique philosophique et les interprétations prétendument « scientifiques », le texte biblique occupe la place centrale du bouc émissaire insoupçonné qui, souterrainement, structure tout.

  • Shakespeare. Les feux de l’envie, René Girard, éd. Grasset, 1990 (ISBN 2-246-24991-0), p. 334


L’Évangile n’est qu’un Roman Oriental dégoûtant pour tout homme de bon sens, et qui ne semble s’adresser qu’à des ignorants, des stupides, des gens de la lie du peuple, les seuls qu’il puisse séduire. La critique n’y trouve nulle liaison dans les faits, nul accord dans les circonstances, nulle suite dans les principes, nulle uniformité dans les récits. Quatre hommes greffiers et sans lettres passent pour les véritables auteurs des mémoires qui contiennent la vie de Jésus-Christ ; c’est sur leur témoignage que les Chrétiens se croient obligés d’admettre la Religion qu’ils professent, et d’adopter sans examen les faits les plus contradictoires, les actions les plus incroyables, les prodiges les plus étonnants, le système le plus décousu, la doctrine la plus inintelligible, les mystères les plus révoltants !

  • Histoire critique de Jésus-Christ ou Analyse raisonnée des évangiles (1770), Paul Henri Thiry d'Holbach, éd. s.l.n.d., Amsterdam, 1770, p. XII


De Saci a rasé, poudré, frisé la bible ; mais au moins il ne l’a pas fardée.


Les livres d’hier étaient en peau. La Bible est le seul livre d’air - un déluge d’encre et de vent.