Évangile selon Jean

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’Évangile selon Jean est le quatrième des évangiles canoniques. Écrit à la charnière des premier et deuxième siècles, il est traditionnellement attribué à l’apôtre Jean, ce que l’exégèse contemporaine ne reconnaît plus. Il diffère des trois premiers évangiles canoniques par sa composition, son style poétique et sa théologie.

Citations[modifier]

Au commencement était la Parole.

  • (fr) Les quatre évangiles, Olivier Clément (trad. Hugues Oltramare), éd. Gallimard, 1998  (ISBN 2-07-040098-0), p. 281


En vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez son sang, vous n'avez point la vie en vous-mêmes (...) Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et moi en lui.

  • (fr) Les quatre évangiles, Olivier Clément (trad. Hugues Oltramare), éd. Gallimard, 1998  (ISBN 2-07-040098-0), p. 300


Que celui de vous qui est sans péché lui jette le premier la pierre.

  • Réponse de Jésus à propos de la femme adultère
  • (fr) Les quatre évangiles, Olivier Clément (trad. Hugues Oltramare), éd. Gallimard, 1998  (ISBN 2-07-040098-0), p. 305


Je suis la porte : si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé.

  • (fr) Les quatre évangiles, Olivier Clément (trad. Hugues Oltramare), éd. Gallimard, 1998  (ISBN 2-07-040098-0), p. 312


Jésus dit : « Je vous donne un commandement nouveau, c'est de vous aimer les uns les autres comme je vous ai aimés. »

  • (fr) Les quatre évangiles, Olivier Clément (trad. Hugues Oltramare), éd. Gallimard, 1998  (ISBN 2-07-040098-0), p. 324


Jésus lui dit : Moi, je suis le chemin, et la vérité, et la vie ; nul ne vient au Père que par moi.

  • (grc) λέγει αὐτῷ ὁ Ἰησοῦς, Ἐγώ εἰμι ἡ ὁδὸς καὶ ἡ ἀλήθεια καὶ ἡ ζωή⋅ οὐδεὶς ἔρχεται πρὸς τὸν πατέρα, εἰ μὴ δι' ἐμοῦ.
  • Texte Reçu des Elzevirs (1611)
  • (fr) La Bible (1872), Saint Jean (trad. John Nelson Darby), éd. Éditions et publications chrétiennes, 1980, partie Nouveau Testament – Évangile de Jean, chap. 14, p. 153, vers 6 (texte intégral sur Wikisource)


Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.
Elle était au commencement avec Dieu.
Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle.
En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes.


Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.


[…] la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ.


Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande.
Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité.


Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain que je donnerai, c’est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde.


[…] Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie.


[…] Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ;
vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira.


[…] Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge.

  • À propos du diable


Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis.


[…] Je suis la résurrection et la vie. […]


Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point.


Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.


Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui ; mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait.


Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde ; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde.


Je ne suis plus dans le monde, et ils sont dans le monde, et je vais à toi. Père saint, garde en ton nom ceux que tu m’as donnés, afin qu’ils soient un comme nous.


Mon royaume n’est pas de ce monde. […]
[…] Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix.
Pilate lui dit : Qu’est-ce que la vérité ? […]


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :