Bertrand Russell

Citations « Bertrand Russell » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Russell in 1916.jpg

Bertrand Russell (Tellek, Monmouthshire, 18 mai 1872 - près de Penrhyndeudraeth, Pays de Galles, 2 février 1970), était un logicien, philosophe et homme politique britannique.

La méthode scientifique en philosophie (1914)[modifier]

Tout problème philosophique, soumis à une analyse et une élucidation indispensables, se trouve ou bien n'être pas philosophique du tout ou bien logique, dans le sens où nous employons ce terme.

  • (en) Every philosophical problem, when it is subjected to the necessary analysis and purification, is found either to be not really philosophical at all, or else to be, in the sense in which we are using the word, logical.
  • (en) Our Knowledge of the External World: As a Field for Scientific Method in Philosophy (1914), Bertrand Russell, éd. Routledge, 1993 (ISBN 0-415-09605-7), Lecture II, p. 42

Principes de reconstruction sociale (1924)[modifier]

Trois passions, simples et extrêmement fortes, ont gouverné ma vie : la recherche passionnée de l’amour, la quête du savoir et une douloureuse pitié devant la souffrance de l’humanité[1].

  • extrait de autobiographie
  • « introduction », Normand Baillargeon, dans Principes de reconstruction sociale (1924), Bertrand Russell (trad. E. de Clermont-Tonnerre), éd. Presse de l’université de Laval, 2007 (ISBN 978-2-7637-8485-4), p. 1


…Cet écrit circonstanciel, tout empreint de passion et de sérieux, est aussi un des écrits (certains assureraient même : l’écrit) politiques majeurs de Russell. Richard A. Rempel rappelle ainsi, avec raison, que cet ouvrage est généralement reconnu, « tant par les spécialistes que par le publique en général, comme la plus importante contribution de Russell à la philosophie politique ».

  • « introduction », Normand Baillargeon, dans Principes de reconstruction sociale (1924), Bertrand Russell (trad. E. de Clermont-Tonnerre), éd. Presse de l’université de Laval, 2007 (ISBN 978-2-7637-8485-4), p. 1-2


Quand la guerre fut finie, je vis que tout ce que j’avais fait avait été complètement inutile[...]. Je n'avais pas sauvé une seule vie ou raccourci la guerre d'une seule minute. Je n’avais pas été capable de quoi que ce soit pour diminuer la profonde amertume qui donnerait le Traité de Versailles.

  • « introduction », Normand Baillargeon, dans Principes de reconstruction sociale, Bertrand Russell (trad. E. de Clermont-Tonnerre), éd. Presse de l’université de Laval, 2007 (ISBN 978-2-7637-8485-4), p. 21


Le socialisme, quoi que nous pensions de ses mérites, est un grand pouvoir, qui se développe et transforme la vie économique et politique ; et le socialisme doit son nom à un petit nombre de théoriciens isolés.

  • « VIII - Ce que nous pouvons faire » (trad. Normand Baillargeon), dans Principes de reconstruction sociale (1924), Bertrand Russell (trad. E. de Clermont-Tonnerre), éd. Presse de l’université de Laval, 2007 (ISBN 978-2-7637-8485-4), p. 176


La philosophie de l'atomisme logique (1918)[modifier]

Le propre de la philosophie est de commencer par quelque chose de si simple qu'il ne semble pas la peine de l'énoncer, et de terminer par quelque chose de si paradoxal que personne n'y croira.

  • « La philosophie de l'atomisme logique » (1918), dans Écrits de logique philosophique, Bertrand Russell (trad. Jean Michel Roy), éd. PUF, 1989, p. 352

Supériorité de l'espèce humaine basée sur le pouvoir arbitraire (1931-33)[modifier]

Bertrand Russell, 1924.

Nous pouvons détruire les animaux plus facilement qu’ils ne peuvent nous détruire : c’est la seule base solide de notre prétention de supériorité. Nous valorisons l’art, la science et la littérature, parce que ce sont des choses dans lesquelles nous excellons. Mais les baleines pourraient valoriser le fait de souffler et les ânes pourraient considérer qu’un bon braiement est plus exquis que la musique de Bach. Nous ne pouvons prouver qu'ils ont tort, sauf par l’exercice de notre pouvoir arbitraire. Tous les systèmes éthiques, en dernière analyse, dépendent des armes de guerre.

  • (en) We can destroy animals more easily than they can destroy us; that is the only solid basis of our claim to superiority. We value art and science and literature, because these are things in which we excel. But whales might value spouting, and donkey might maintain that a good bray is more exquisite than the music of Bach. We cannot prove them wrong except by the exercise of arbitrary power. All ethical systems, in the last analysis, depend upon weapons of war.
  • Mortals and others: American essays,1931-1935, Bertrand Russell, éd. Routledge, 1996 (ISBN 0-415-12585-5), chap. If Animals Could Talk, p. 121


Pourquoi je ne suis pas un chrétien (1957)[modifier]

L'homme est la résultante de causes qui n'avaient pas prévu les effets qui en découleraient : son origine, son développement, ses espoirs et ses craintes, ses émotions et ses convictions ne sont que le produit d'associations d'atomes accidentelles... Aucun feu, aucun héroïsme, aucune pensée ni aucun sentiment aussi intenses soient-ils, ne peuvent préserver une vie au-delà de la tombe... Tout le labeur effectué au cours des âges, toute la ferveur, toute l'inspiration, toute l'éclatante expression du génie humain, sont voués à disparaître dans l'extinction générale de notre système solaire, et tout l'édifice des réalisations humaines sera inévitablement enfoui sous les décombres d'un univers en ruines.

Bertrand Russell, Pourquoi je ne suis pas un chrétien, Simon and Schuster, New York 1957.

Histoire de mes idées philosophiques (1961)[modifier]

J'ai trouvé, pour prendre un exemple important, que par l'analyse de la physique et de la perception, on peut entièrement résoudre le problème du rapport de l'esprit et de la matière. Il est vrai que personne n'a accepté ce qui me paraît la solution, mais je crois et j'espère que c'est seulement parce que l'on n'a pas compris ma théorie.

  • Histoire de mes idées philosophiques, Bertrand Russell (trad. George Auclair), éd. Gallimard, coll. TEL, 1961 (ISBN 2070714748), chap. I, p. 16


La science n'a jamais tout à fait raison, mais elle a rarement tout à fait tort, et, en général, elle a plus de chance d'avoir raison que les théories non scientifiques. Il est donc rationnel de l'accepter à titre d'hypothèse.

  • Histoire de mes idées philosophiques, Bertrand Russell (trad. George Auclair), éd. Gallimard, coll. TEL, 1961 (ISBN 2070714748), chap. I, p. 19

Correspondance[modifier]

Mes étudiants sont des bolcheviques, parce que c’est la mode. Ils ne comprennent pas que je sois pas davantage bolchevique moi-même. Il n'ont pas le niveau pour faire de la logique mathématique. Je leur enseigne la psychologie, la philosophie, la politique et Einstein. De temps à autre je les invite à une soirée chez moi et ils font partir des feux d’artifices dans la cour. Il préfèrent cela à mes cours.

  • Réponse de Bertrand Russell à Ludwig Wittgenstein, en 1921, alors qu’il se trouve à Pekin.
  • Le devoir de génie, Ray Monk, éd. Editions Flammarion, 2009, p. 229

Autres publications[modifier]

Buste de Bertrand Russell.

Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie.


Le Tractacus logico-philosophicus de M. Wittgenstein, qu’il se révèle ou non comme donnant la vérité définitive sur les sujets dont il traite, mérite certainement, par son ampleur et sa portée et sa profondeur, d’être considéré comme événement important dans le monde philosophique.


Citations à propos de Bertrand Russell[modifier]

Mais il demeurera toujours fidèle au principe de parcimonie qui, comme il le dit lui-même, caractérise sa « renonciation progressive à Pythagore ». Une formulation particulière de ce principe consiste à dire que « la logique mathématique a pour but, non de donner aux mots un statut ontologique qui pourrait être mis en doute, mais plutôt de diminuer le nombre de mots dont la signification directe est de désigner un objet ». Voilà bien le principe paradigmatique que Russell lègue à la philosophie toute entière : lorsque le sage montre la lune, il est prudent au préalable de jouer à l’imbécile en examinant le doigt.

Bertrand Russell est un philosophe sans philosophie. On pourrait dire la même chose en disant qu’il est un philosophe de toutes les philosophies. Il n’est guère de point de vue philosophique important aujourd’hui que l’on ne trouve reflété dans ses écrits à une période ou une autre.


Une chose est ce qu’elle est, et pas autre chose.

  • (en) De l’Évèque Joseph Butler : Everything is what it is, and not another thing.


Références[modifier]

  1. Principes de reconstruction social, Bertrand Russell, revue et corrigé par Normand Baillargeon, introduction.

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimedia :

Texte sur Wikisource.

Article sur Wikipedia.