Andreas Glarner

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Andreas Glarner

Andreas Glarner né le 9 octobre 1962, est une personnalité politique suisse membre de l'Union démocratique du centre.

Citations[modifier]

Si on regarde d'où viennent les dirigeants du Secrétariat d'Etat aux Migrations (SEM), alors on s'aperçoit bien vite l'intention qui se cache là derrière. Le "syndrome Mère Theresa de Caritas" ne cesse de se propager. Ce qui ne saurait étonner outre mesure car ces dirigeants, y compris la cheffe du département, ont tous été des cadres de l'industrie de l'asile!
  • « Limiter les dépenses pour les requérants d'asile déboutés », Andreas Glarner, Franc-parler, février 2018, p. 11


Celui qui lit l'accord remarquera rapidement qu'il aura des effets désastreux pour la Suisse et l'Europe. Si la migration est légalisée, voire même encouragée de cette manière et à ce point, alors bonsoir l'Europe! Où sont donc les hurlements des journalistes qui sont d'habitude tellement prompts à s'insurger pour conserver leur indépendance? Selon le pacte en question, les médias doivent surveiller et évaluer si les comptes rendus journalistiques sur les thèmes de la migration sont équilibrés. Mais comme ce pacte va totalement dans le sens des journalistes de gauche, on taira poliment tout cela...
  • « L'autogoal anti-Suisse du Conseil fédéral », Andreas Glarner, Franc-parler (journal), octobre 2018, p. 15


Il est regrettable que l'ONU ait rédigé un tel pacte. Mais on lève définitivement notre chapeau lorsque l'on sait que l'ambassadeur suisse Jürg Lauber a joué un rôle clé dans l'élaboration de cet incroyable pacte, et ce, avec la bénédiction expresse du Conseil fédéral. On a là à mon avis l'infraction décrite à l'article 267 du Code pénal, article qui stipule la chose suivante: "Celui qui, en sa qualité de représentant de la Confédération, aura intentionnellement conduit au détriment de celle-ci des négociations avec un gouvernement étranger, sera puni d'une peine privative de liberté d'un an au moins"
  • « L'autogoal anti-Suisse du Conseil fédéral », Andreas Glarner, Franc-parler (journal), octobre 2018, p. 15


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :