Pierre Vial

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Vial

Pierre Vial, né le 25 décembre 1942, est un universitaire et homme politique français.

Citations[modifier]

[…] j'ai toujours considéré que les notions de « droite » et de « gauche » servaient surtout, pour le plus grand intérêt de certains parasites, à diviser mes compatriotes en deux camps soi-disant inconciliables alors que le camp auquel j'appartiens, que l'on peut appeler völkisch (« populaire organique » (…)), a toujours eu pour objectif l'unité de la Communauté du peuple.
  • « L'Histoire : Une arme métapolitique ? », Pierre Vial, Revue Terre et Peuple, nº 49, automne 2011, p. 27


Quand les Maghrébins ou les Blacks parlent de gens de même origine qu'eux, ils disent « nos frères » ou « nos sœurs ». Cette affirmation d'appartenance et de solidarité liée à celle-ci est tout à fait normale puisqu'elle est l'affirmation d'une identité ethnique dont nous proclamons la nécessité pour tous les peuples. Car la fraternité ethnique est tout simplement l'application des lois de la nature, donc de la vie. Faire montre de réalisme biologique, c'est faire preuve de sagesse, une sagesse que les sociétés traditionnelles ont toujours respectée et pratiquée mais qui a été oubliée, méprisée pourchassée par la modernité triomphante, tueuse de mythes et de dieux.
  • « Fraternité », Pierre Vial, Revue Terre et Peuple, nº 49, automne 2011, p. 3


Cette lucidité trop tardive et ce fatalisme sont typiques, chez les Occidentaux, d'une abdication mentale qui prépare une abdication physique, devant des gens venus d'ailleurs et qui occupent notre terre. « Ils » sont là, n'est-ce pas, et « ils » ne repartiront pas. Qu'y faire ? Préparons-nous donc à subir leur loi. C'est ce qui est le plus raisonnable. Et le moins risqué. Un tel état d'esprit décadent, un tel renoncement sont proches parents de la mentalité de tant de nos compatriotes — ceux qui acceptent la loi du Système, la loi de cet argent-roi qui marque au fer rouge une société soumise au capitalisme apatride. Des esclaves qui acceptent l'esclavage comme l'accepte le bétail engraissé de façon intensive parce qu'il est trop fatiguant et trop dangereux d'essayer de rompre les chaînes.
  • « Rebelles, révoltés, révolutionnaires », Pierre Vial, Revue Terre et Peuple, nº 50, hiver 2011, p. 3


À l'heure où les vagues d'invasion en provenance du sud de la Méditerranée prennent des proportions cataclysmique, les débats oiseux sur l'intérêt du multiculturalisme sont proprement criminels et ceux qui, d'une façon ou d'une autre, s'y prêtent, sont coupables de haute trahison à l'égard de nos peuples européens. Qu'ils y réfléchissent : l'accélération de l'Histoire que nous sommes en train de vivre peut provoquer l'apparition d'une légitime justice populaire qui n'aura nul besoin d'un quelconque Tribunal Pénal International.
  • « La Guerre Civile en France ? Multiculturalisme ou Multiracisme ? », Pierre Vial, Revue Terre et Peuple, nº 47, printemps 2011, p. 3


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :