Philippe Leclerc de Hauteclocque

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pour les articles homonymes, voir Leclerc. Disambig.svg

Philippe Leclerc de Hautecloque

Philippe Leclerc de Hautecloque, dit Leclerc, est un militaire français, né le 22 novembre 1902 au château de Belloy, dans la commune de Belloy-Saint-Léonard (Somme). Il est mort, lors d'une mission d'inspection militaire, le 28 novembre 1947 dans un accident d'avion près de Colomb-Béchar (territoire d'Ain Sefra, Algérie française). Il est inhumé dans un tombeau de la Crypte des Invalides.

Citations[modifier]

FFI, estimation d'ensemble […] 10% de très bons, braves et réellement combattants, 20 à 25 % acceptables. Le reste, racaille et fumisterie.
  • Propos du général Leclerc de la 2e DB sur les FFI (Forces françaises de l'intérieur) au lendemain de la libération de Paris
  • Histoire de l'Armée Française, Philippe Masson, éd. Perrin, 1999, p. 350

Citations sur Philippe de Hauteclocque[modifier]

La veille, leur chef a pris un risque inouï d'entrer seul et sans armes dans le fort El-Tag où l'ennemi s'était replié, et de lui dicter les conditions de la capitulation. Koufra sera la première victoire des Forces françaises libres. L'homme à la canne, qui, depuis Douala, première prise de guerre, a rameuté ses soldats pour associer l'Afrique centrale au combat contre Hitler et ses alliés, leur fait prêter ce serment désormais célèbre : « Jurez de ne déposer les armes que lorsque nos couleurs, nos belles couleurs flotteront sur la cathédrale de Strasbourg. »
Il s'appelle Philippe de Hautecloque, alias Leclerc.


Leclerc est un chevalier des temps modernes. Sa geste s'inscrit dans une filiation véridique et légendaire qui, de Roland à Roncevaux jusqu'au Bayard et Marignan en passant par les croisés à Jérusalem et Jeanne d'Arc aux Tourelles, pérennise un mixte d’héroïsme aventureux et d'idéalisme empreint de religiosité. C'est ainsi que l'histoire de France trouve sa vraie mesure : des faits attestés, sublimés par un récitatif poétique.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :