Forces françaises de l'intérieur

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Forces françaises de l'intérieur (FFI) est le nom générique donné en 1944 à l'ensemble des groupements militaires de la Résistance intérieure française qui s'étaient constitués dans la France occupée : l'Armée secrète (AS) (regroupant Combat, Libération-Sud, Franc-Tireur), l'Organisation de résistance de l'armée (ORA), les Francs-tireurs et partisans (FTP), etc. La dénomination commune de FFI n'était pas destinée seulement à unifier et à donner un cadre « légal » aux forces de la Résistance intérieure, mais aussi à les structurer de manière hiérarchique. Les FFI furent ainsi placées en mars 1944 sous le commandement du général Kœnig et l'autorité politique du GPRF du général de Gaulle.

Général Yves Gras[modifier]

On en voit partout [des FFI], déguisés en militaires mais toujours en armes, comme si le danger était encore au

coin de la rue, circulant en voiture à toute vitesse, debout sur les marchepieds ou couchés sur les ailes dans des postures de combat, comme on a pu le voir sur certains films de la Révolution russe. Ils contrôlent sans ménagement l'identité des habitants aux terrases des cafés, poussent devant eux, dans les clameurs de la populace, des femmes tondues et des hommes au

visage ensenglanté.
  • Propos du général Gras de la 1re DFL sur les FFI au lendemain du débarquement de Provence
  • Historia mai-juin 1994, Yves Gras, éd. Historia, 1994, L'été de tous les succès pour de Lattre, p. 110


Maréchal Leclerc[modifier]

FFI, estimation d'ensemble […] 10% de très bons, braves et réellement combattants, 20 à 25 % acceptables. Le reste, racaille et fumisterie.
  • Propos du général Leclerc de la 2e DB sur les FFI au lendemain de la libération de Paris
  • Histoire de l'Armée Française, Philippe Masson, éd. Perrin, 1999, p. 350


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :