Phédon

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Première page de l’édition princeps du Phédon (1513).

Le Phédon est une œuvre de PlatonSocrate discute en prison de la mort et de l’âme avec quelques amis avant de boire le poison auquel les Athéniens l’ont condamné.

Citations[modifier]

[C]et homme était manifestement heureux, Échécrate, à en juger d’après son attitude et son langage — tant il montrait de fermeté et de noblesse en quittant la vie ; à tel point qu’il me donnait l’impression, lui qui pourtant s’en allait chez Hadès, de ne pas s’y rendre sans un privilège divin, et bien plus, de devoir, une fois arrivé là-bas, y trouver un bonheur tel que jamais on n’en a connu !
  • Phédon, Platon (trad. Monique Dixsaut), éd. Flammarion, coll. « GF », 1991  (ISBN 978-2-0807-0489-4), 58e-59a, p. 203


[D]ans mon esprit, la philosophie était l’œuvre d’art la plus haute, et c’était elle que je pratiquais.
  • Phédon, Platon (trad. Monique Dixsaut), éd. Flammarion, coll. « GF », 1991  (ISBN 978-2-0807-0489-4), 61a, p. 206


[P]our moi, la philosophie est la musique la plus haute, et c’est à elle que je m’appliquais.
  • Traduction différente de la citation précédente.


« Nous, les humains, sommes comme assignés à résidence et nul ne doit s’affranchir lui-même de ces liens ni s’évader », formule qui certes, à mes yeux, a de la grandeur, mais qu’il n’est pas facile d’élucider parfaitement. Cependant, Cébès, elle me semble fort bien exprimer au moins ceci : que ce sont des dieux qui sont nos gardiens à nous, et que nous, les humains, formons une partie des troupeaux que les dieux possèdent. […] Vu sous cet angle, il n’y a alors peut-être rien d’absurde à affirmer qu’il ne faut pas se donner la mort avant qu’un dieu ne nous ait envoyé quelque signe inéluctable, pareil à celui qui maintenant, pour nous, est là.
  • Phédon, Platon (trad. Monique Dixsaut), éd. Flammarion, coll. « GF », 1991  (ISBN 978-2-0807-0489-4), 62b-c, p. 209


[C]eux qui philosophent droitement s’exercent à mourir, et il n’y a pas homme au monde qui ait moins qu’eux peur d’être mort.
  • Phédon, Platon (trad. Monique Dixsaut), éd. Flammarion, coll. « GF », 1991  (ISBN 978-2-0807-0489-4), 67e, p. 219


Car c’est une chose […] que connaissent bien ceux qui aspirent à apprendre : au moment où la philosophie a pris possession de leur âme, elle était, cette âme, tout bonnement enchaînée à l’intérieur d’un corps, agrippée à lui, contrainte aussi d’examiner tous les êtres à travers lui comme à travers les barreaux d’une prison au lieu de le faire elle-même et par elle seule, — vautrée enfin dans l’ignorance la plus totale. Or, la philosophie le discerne bien, ce qu’il y a de plus terrible dans cet emprisonnement, c’est qu’il est l’œuvre de l'appétit, de sorte que c’est l’enchaîné lui-même qui coopère de la manière la plus efficace à parfaire son état d’enchaîné.
  • Phédon, Platon (trad. Monique Dixsaut), éd. Flammarion, coll. « GF », 1991  (ISBN 978-2-0807-0489-4), 82d-83a, p. 248


[T]out content, je croyais avoir découvert en Anaxagore un maître capable de m’enseigner la cause de tout ce qui est, une cause en accord avec mon intelligence à moi ! […] Cette magnifique espérance, il m’a fallu la quitter, ami, et je suis tombé de mon haut ! Car, en lisant plus avant, je vois un homme qui de son intelligence ne fait aucun usage ! il ne lui attribue pas la moindre responsabilité quant à l’arrangement des choses, mais ce sont les actions des airs, des éthers, des eaux, qu’il invoque comme causes, avec celles d’autres réalités aussi variées que déconcertantes !
  • Phédon, Platon (trad. Monique Dixsaut), éd. Flammarion, coll. « GF », 1991  (ISBN 978-2-0807-0489-4), 97d, 98b-c, p. 274, 275


Criton, nous devons un coq à Esculape. Payez cette dette, ne soyez pas négligents.
  • Ce sont les derniers mots prononcés par Socrate.
  • Phédon, Platon (trad. Monique Dixsaut), éd. Flammarion, coll. « GF », 1991  (ISBN 978-2-0807-0489-4), 118a, p. 309


Voilà, Échécrate, ce que fut la fin de notre ami, d’un homme dont nous pouvons dire que, parmi tous ceux qu’il nous a été donné de connaître, il fut le meilleur, le plus sensé aussi et le plus juste.
  • Phédon conclut ainsi le dialogue.
  • Phédon, Platon (trad. Monique Dixsaut), éd. Flammarion, coll. « GF », 1991  (ISBN 978-2-0807-0489-4), 118a, p. 309


Sur le Phédon[modifier]

Michel de Montaigne[modifier]

Cléombrotus Ambraciota, ayant lu le Phédon de Platon, entra en si grand appétit de la vie à venir que, sans autre occasion, il s’alla précipiter en la mer.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :