Peter Keller

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Peter Keller

Peter Keller (né en 1971) est une personnalité politique suisse membre de l'Union démocratique du centre.

Citations[modifier]

La Suisse n'a pas de meilleurs politiciens que l'Allemagne ou l'Italie. Mais nous avons le meilleur système politique - grâce à la démocratie directe, grâce à l'autodétermination des citoyennes et des citoyens.
  • « Patrie et autodétermination », Peter Keller, Franc-parler, octobre 2018, p. 8


Chacun d'entre nous porte un morceau de la patrie en lui. La patrie, c'est l'intimité, la patrie, c'est ce qui nous manque lorsque nous sommes ailleurs. Les montagnes, les lacs, le cervelas et l'aromate… Parfois il suffit de partir pour comprendre ce que signifie la patrie, la Suisse.
  • « Patrie et autodétermination », Peter Keller, Franc-parler, octobre 2018, p. 8


La gauche a un rapport équivoque à la patrie. Son rapport tourmenté à la Suisse nuit à notre pays ainsi qu'à l'intégration: celui qui ne se reconnaît pas lui-même dans la Suisse ne doit pas s'étonner de voir se former des sociétés parallèles parmi les migrants ou des courants extrémistes, comme par exemple l'islamisme. Celui ou celle qui regarde la patrie comme le font la gauche et les Verts se précipite également dans l'Union européenne et détruit ainsi volontairement les bases de l'identité suisse.
  • « Nous sommes la Patrie! », Peter Keller, Franc-parler, août 2018, p. 3


La crainte de la fin du monde a toujours été un outil politique efficace. Notre environnement doit évidemment être protégé, mais l'objectif réel de l'hystérie climatique provoquée et entretenue par la gauche et les verts est différent: arnaquer la classe moyenne sous des prétextes écologiques pour imposer de vieilles recettes socialistes dont l'inefficacité est prouvée depuis longtemps.
  • « Nouvelles catastrophes, anciennes méthodes », Peter Keller, édition spéciale de l'Union démocratique du centre, juin 2019, p. 2


L'UE ne mérite pas qu'on la dénigre par principe. Personne ne s'oppose à une coopération économique. La suppression des barrières douanières est une bonne chose. Tous les partis bourgeois soutiennent l'idée d'une zone de libre-échange en Europe, et même la libre circulation des personnes dans une proportion raisonnable. Mais la structure actuelle de l'UE et le pouvoir énorme donné à Bruxelles dépassent largement les intentions initiales de la coopération économique européenne. Le traité de Maastricht (1993) a ouvert la voie vers les Etats-Unis d'Europe. Un projet condamné d'avance à l'échec. Le dangereux effondrement de l'euro devrait servir d'avertissement.
  • « 7000 policiers pour Angela Merkel », Peter Keller, éditions spéciale de l'Union Démocratique du Centre, novembre 2012, p. 6


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :