Notre-Dame de Paris (roman)

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pour l'église parisienne, voir Cathédrale Notre-Dame de Paris. Confusion.svg

Première page du manuscrit de Notre-Dame de Paris.

Notre-Dame de Paris (titre complet : Notre-Dame de Paris. 1482) est un roman de l'écrivain français Victor Hugo, publié en 1831. Le titre fait référence à la cathédrale de Paris, Notre-Dame, qui est un des lieux principaux de l'intrigue du roman.

Il y a aujourd'hui trois cent quarante-huit ans six mois et dix-neuf jours que les parisiens s'éveillèrent au bruit de toutes les clochés sonnant à grande volée dans la triple enceinte de la Cité, de l'Université et de la Ville.
  • Première phrase du roman.


S'il avait eu le Pérou dans sa poche, certainement il l'eût donné à la danseuse ; mais Gringoire n'avait pas le Pérou, et d'ailleurs l'Amérique n'était pas encore découverte.
  • Le poète miséreux Pierre Gringoire regarde Esmeralda danser.


Holà ! cria Clopin remonté sur sa futaille, holà ! femmes, femelles, y a-t-il parmi vous, depuis la sorcière jusqu'à sa chatte, une ribaude qui veuille de ce ribaud ? Holà, Colette la Charonne ! Elisabeth Trouvain ! Simone Jodouyne ! Marie Piédebou ! Thonne la Longue ! Bérarde Fanouel ! Michelle Genaille ! Claude Ronge-Oreille ! Mathurine Girorou ! Holà ! Isabeau la Thierrye ! Venez et voyez ! un homme pour rien ! qui en veut ?
  • Clopin Trouillefou applique la loi de la Cour des miracles qui veut qu'on ne pende pas un homme avant de savoir si une femme en veut.


Il semblait au jeune homme que la vie avait un but unique : savoir.
  • Présentation de l'histoire de Claude Frollo.


Ceci tuera cela.
  • Paroles de Claude Frollo à propos de l'imprimerie inventée par Gutenberg, qui mettra fin selon lui à l'art de l'architecture monumentale qui a produit Notre-Dame de Paris. L'expression est reprise et commentée par le narrateur au chapitre suivant, intitulé « Ceci tuera cela ».


Certes, c'est là aussi une construction qui grandit et s'amoncelle en spirales sans fin ; là aussi il y a confusion des langues, activité incessante, labeur infatigable, concours acharné de l'humanité tout entière, refuge promis à l'intelligence contre un nouveau déluge, contre une submersion de barbares. C'est la seconde tour de Babel du genre humain.
  • Dernières phrases du chapitre "Ceci tuera cela", à propos du savoir qui se diffuse dans le monde grâce aux livres imprimés.


Bibliographie[modifier]

  • Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, préface et commentaire de Gabrielle Malandain, Paris, Pocket, 1989.

Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :