Hansjörg Knecht

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hansjörg Knecht

Hansjörg Knecht, né le 24 mars 1960, est une personnalité politique suisse membre de l'Union démocratique du centre.

Citations[modifier]

Le système actuel d’imposition de la propriété du logement impute aux propriétaires un revenu fictif, appelé valeur

locative, pour l’utilisation de leur propre logement et permet en contrepartie de déduire les intérêts hypothécaires et les coûts de préservation de la valeur. Les propriétaires qui ont totalement ou en grande partie remboursé l’hypothèque grevant leur logement sont ainsi désavantagés, puisqu’ils ne peuvent plus profiter de la déduction des intérêts, ou alors dans une mesure réduite. L’injustice du système actuel d’imposition de la propriété du logement réside aussi dans le fait que seul le propriétaire d’une maison ou d’un appartement où il loge se voit imposer sur un loyer fictif versé à lui-même. Celui qui s’offre plutôt qu’un logement une voiture chère, un yacht ou des

vacances ne doit pas d’impôts sur un revenu fictif supplémentaire.
  • « Mettre fin à l'imposition inéquitable », Hansjörg Knecht, Franc-parler, août 2012, p. 8


La population suisse est endettée à hauteur de plus de 600 milliards de francs pour des hypothèques. Il s’agit

de l’endettement par tête le plus élevé au monde en comparaison avec le produit intérieur brut. D’un point de vue macroéconomique, ce n’est pas judicieux et fragilise les propriétaires de logements face aux crises de l’immobilier et à d’autres fluctuations conjoncturelles. Cette situation n’est toutefois pas surprenante, puisque rien n’incite à réduire ses dettes. On peine à comprendre pourquoi l’État, à travers l’imposition de la valeur locative fictive, torpille ainsi l’absence de dettes. C’est le contraire, donc la propriété d’un logement sans dettes, qui doit être encouragé, car seul celui qui n’a pas de dettes sur son logement en est réellement propriétaire. Cela renforcerait les valeurs traditionnelles suisses : moins de dettes, plus de responsabilité individuelle. Pour le bien de l’économie suisse, il est

temps de réduire cet endettement irresponsable à long terme et de promouvoir la stabilité économique.
  • « Mettre fin à l'imposition inéquitable », Hansjörg Knecht, Franc-parler, août 2012, p. 8-9


Les jeunes propriétaires immobiliers, souvent des familles avec enfants, n’ont généralement pas la possibilité

d’éteindre leur dette hypothécaire. Ils ont besoin de leur hypothèque et de la déduction fiscale des intérêts. Pour eux, le système actuel est maintenu. Les propriétaires plus âgés qui ne remboursent pas leur dette pourront, même en cas d’acceptation de l’initiative populaire « Sécurité du logement à la retraite » choisir d’être imposés selon le système

en vigueur. L’initiative offre ainsi une solution sur mesure pour tous les propriétaires de logement.
  • « Mettre fin à l'imposition inéquitable », Hansjörg Knecht, Franc-parler, août 2012, p. 8-9


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :