Franz Marc

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Cette page est une ébauche à compléter, vous pouvez partager vos connaissances en la modifiant.
FranzMarccropped.jpg

Franz Marc, né en 1880 et mort en 1916, est un artiste allemand, peintre, graveur et membre fondateur du Cavalier bleu.

Citations[modifier]

Cheval bleu I

L'Almanach du Blaue Reiter[modifier]

Seul le caractère inhabituel des nouvelles idées les rend difficiles à comprendre. Combien de fois faudra-t-il répéter cette phrase pour qu’une personne sur cent en tire les conséquences les plus évidentes ? Nous ne nous lasserons pas de le répéter et encore moins de proclamer de nouvelles idées et de montrer de nouveaux tableaux jusqu’au jour où nous verrons nos idées sur la grand-place.
  • Rédigé en octobre 1911.
  • « Biens spirituels », Franz Marc, dans L'Almanach du "Blaue Reiter" (Le Cavalier bleu), Vassily Kandinsky et Franz Marc, éd. Klincksieck, 1987  (ISBN 2-252-02567-0), p. 78
  • « Biens spirituels », dans Écrits et correspondances, Franz Marc, éd. École nationale supérieure des beaux-arts, 2006  (ISBN 2-84056-214-6), p. 210


L’esprit renverse des montagnes.
  • Traduit par « L’Esprit brise les places fortes » dans l’Almanach.
  • « Biens spirituels », Franz Marc, dans L'Almanach du "Blaue Reiter" (Le Cavalier bleu), Vassily Kandinsky et Franz Marc, éd. Klincksieck, 1987  (ISBN 2-252-02567-0), p. 79
  • « Biens spirituels », dans Écrits et correspondances, Franz Marc, éd. École nationale supérieure des beaux-arts, 2006  (ISBN 2-84056-214-6), p. 211


Lyrique, Kandinsky
La sagesse doit pouvoir se justifier par ses rejetons. Si nous voulons être assez sage pour instruire nos contemporains, nous devons justifier de notre sagesse par nos œuvres ; nous devons les montrer comme une chose évidente.
  • Rédigé en septembre 1911. Traduction légèrement différente dans dans l'édition française de l’Almanach.
  • « Deux tableaux », Franz Marc, dans L'Almanach du "Blaue Reiter" (Le Cavalier bleu), Vassily Kandinsky et Franz Marc, éd. Klincksieck, 1987  (ISBN 2-252-02567-0), p. 89
  • « Deux tableaux », dans Écrits et correspondances, Franz Marc, éd. École nationale supérieure des beaux-arts, 2006  (ISBN 2-84056-214-6), p. 216


En matière d’art, toutes les choses crées par des amoureux de la vérité, qui ne se préoccupent pas des apparences conventionnelles, restent à jamais authentiques.
  • « Deux tableaux », Franz Marc, dans L'Almanach du "Blaue Reiter" (Le Cavalier bleu), Vassily Kandinsky et Franz Marc, éd. Klincksieck, 1987  (ISBN 2-252-02567-0), p. 94
  • « Deux tableaux », dans Écrits et correspondances, Franz Marc, éd. École nationale supérieure des beaux-arts, 2006  (ISBN 2-84056-214-6), p. 217


Les œuvres d’une époque nouvelle sont incroyablement difficiles à définir. Qui donc peut voir clairement ce qu’elles visent et ce qui va arriver ? Mais le seul fait qu’elles existent, qu’elles surgissent aujourd’hui en nombreux lieux tout à fait indépendants les uns des autres et qu’elles sont profondément authentiques nous amène à la certitude que ce sont les premiers signes d’une ère nouvelle, les signaux lumineux allumés par des pionniers.
  • « Deux tableaux », Franz Marc, dans L'Almanach du "Blaue Reiter" (Le Cavalier bleu), Vassily Kandinsky et Franz Marc, éd. Klincksieck, 1987  (ISBN 2-252-02567-0), p. 94
  • « Deux tableaux », dans Écrits et correspondances, Franz Marc, éd. École nationale supérieure des beaux-arts, 2006  (ISBN 2-84056-214-6), p. 218


L'Almanach du blaue Reiter (couverture, Kandinsky)
L’art prend aujourd’hui des directions que nos pères étaient loin de rêver ; devant les œuvres nouvelles, on est comme plongé dans un rêve où l’on entend les cavaliers de l’Apocalypse fendre les airs ; on sent une tension artistique gagner toute l’Europe. De toutes parts, de nouveaux artistes s’adressent des signes : un regard, une poignée de main suffisent pour se comprendre !
  • Janvier 1912. Texte du prospectus pour l’Almanach du "Blaue Reiter". Traduction légèrement différente dans l'édition française de l’Almanach.
  • « Le Blaue Reiter », Franz Marc, dans L'Almanach du "Blaue Reiter" (Le Cavalier bleu), Vassily Kandinsky et Franz Marc, éd. Klincksieck, 1987  (ISBN 2-252-02567-0), p. 64
  • « Texte du prospectus de souscription pour l’Almanach. Janvier 1912 », dans Écrits et correspondances, Franz Marc, éd. École nationale supérieure des beaux-arts, 2006  (ISBN 2-84056-214-6), p. 219
  • « Une histoire allemande et française », Cécile Debray, dans Franz Marc, August Macke : l'aventure du Cavalier bleu, Collectif, éd. Hazan et Musée de l’Orangerie, 2019  (ISBN 978-2-75411-0785), p. 13


Kandinsky[modifier]

J’ai grand plaisir à écrire sur Kandinsky. Quand je l’imagine, je le vois toujours dans une large rue où des personnages grotesques se pressent en criant ; un homme intelligent circule parmi eux : c’est lui. Kubin devrait le dessiner ainsi. Ses tableaux, par contre, je les vois à l’écart de la rue, plongés dans le bleu du firmament. […] Quand je pense à ces tableaux […] j’ai en tête l’image de « l’esprit » hantant la peinture ; et il la hante avec dureté ! Elle s’était sentie si bien sans lui ; elle est désormais effrayée au plus haut point et se débat, désespérée, pour empêcher « l’esprit » de faire irruption. Paul Klee devrait dessiner cela. Lui seul en est capable.
  • « Kandinsky », Der Sturm, vol. 4, 1913-1914, 186-187, p. 130.
  • « Kandinsky », dans Écrits et correspondances, Franz Marc, éd. École nationale supérieure des beaux-arts, 2006  (ISBN 2-84056-214-6), p. 191


Écrits du front[modifier]

Dans le purgatoire de la guerre[modifier]

Ce que nous, guerriers, vivons durant ces mois, dépasse de loin l’entendement. Ils nous faudra plusieurs années avant de parvenir à comprendre cette guerre inouïe comme un événement, comme une expérience vécue. Peut-être ceux qui sont restés tranquillement au pays parviennent-ils à en pénétrer un peu plus profondément les secrets. Nous qui sommes en dehors, attentes et ordres en tête, nous chevauchons et marchons sans trêve pour ensuite dormir quelques heures comme des ours ; nous ne sommes pas capables de penser.
  • « Au début était l’action », octobre 1914.
  • « Dans le purgatoire de la guerre », dans Écrits et correspondances, Franz Marc, éd. École nationale supérieure des beaux-arts, 2006  (ISBN 2-84056-214-6), p. 233


August Macke[modifier]

Adieu (August Macke)
Quiconque s’était soucié du nouvel art allemand au cours de ces dernières années mouvementées, quiconque avait pressenti notre avenir artistique, connaissait Macke. Et ceux [qui le connaissaient] qui travaillaient avec lui, nous, ses amis, nous savions quelle destinée secrète portait en lui cet homme génial. Avec sa mort, c’est une des plus belles et des plus audacieuses trajectoires de notre évolution artistique allemande qui s’est brisée ; aucun d’entre nous n’est en mesure de la poursuivre. Chacun suit sa propre voie ; et là où nous nous rencontrerons, Macke manquera.
  • Octobre 1914.
  • « Écrits du front », dans Écrits et correspondances, Franc Marc, éd. École nationale supérieure des beaux-arts, 2006  (ISBN 2-84056-214-6), p. 229
  • « Franz Marc et August Macke. Dialogue et expositions (1910-1914) », Vivian Endicott Barnett, dans Franz Marc, August Macke : l'aventure du Cavalier bleu, Collectif, éd. Hazan et Musée de l’Orangerie, 2019  (ISBN 978-2-75411-0785), p. 35


Nous autres peintres, nous savons bien qu’avec [son départ] la suppression de ses harmonies, la couleur de l’art allemand pâlira de quelques tons et recevra un une [sonorité] teinte plus morne, plus sèche. Il a donné devant nos yeux le ton le plus clair, le plus pur à la couleur, aussi clair et pur que tout son être.
  • « Écrits du front », dans Écrits et correspondances, Franc Marc, éd. École nationale supérieure des beaux-arts, 2006  (ISBN 2-84056-214-6), p. 230
  • « August Macke. Œuvres et réflexions », Erich Franz, dans Franz Marc, August Macke : l'aventure du Cavalier bleu, Collectif, éd. Hazan et Musée de l’Orangerie, 2019  (ISBN 978-2-75411-0785), p. 72


Correspondance[modifier]

Le bleu est le principe masculin, austère et spirituel. Le jaune est le principe féminin, doux, gai et sensuel. Le rouge est la matière, brutale, pesante ; il est la couleur qui doit toujours être combattue et vaincue par les deux autres. […] Le vert a toujours besoin de l’aide du bleu (le ciel) et du jaune (le soleil) pour parvenir à réduire la matière au silence.
  • Écrits et correspondances, Franz Marc, éd. École nationale supérieure des beaux-arts, 2006  (ISBN 2-84056-214-6), chap. Correspondance avec August Macke, p. 301-302
  • Franz Marc, August Macke : l'aventure du Cavalier bleu, Collectif, éd. Hazan et Musée de l’Orangerie, 2019  (ISBN 978-2-75411-0785), p. 29 et 48


Citations sur[modifier]

Lyonel Feininger[modifier]

Marc a su me donner aujourd’hui quelque chose de direct, d’immédiat. Ses tableaux recèlent un véritable et grand élan, une force puissante. La Tour des chevaux bleus notamment, me parut d’une beauté transcendante, et, par sa forme comme sa couleur! somptueuse.
  • « Animation et spiritualisation. L’œuvre mature de Franz Marc », Annegret Hoberg, dans Franz Marc, August Macke : l'aventure du Cavalier bleu, Collectif, éd. Hazan et Musée de l’Orangerie, 2019  (ISBN 978-2-75411-0785), p. 35


Paul Klee[modifier]

Paul Klee.
J’ai dû écrire à Franz Marc au front plus longuement et sur un ton beaucoup plus sérieux que je n’y tenais. Je lui ai fait part de mes regrets de m’être laissé aller à des discussions théoriques sur l’art avec son épouse ; c’était en fait parce que j’avais envie d’aider sa femme qui avait peut-être juste fait mine de perdre son sang-froid et s’était opposée à son mari ; en ce qui concerne l’art. Ce n’était, semble-t-il, que parce qu’elle visait son meilleur Moi.
  • Écrits et correspondances, Franz Marc, éd. École nationale supérieure des beaux-arts, 2006  (ISBN 2-84056-214-6), chap. Extraits du Journal de Paul Klee sur Franz Marc, p. 450


J’ai ensuite défendu le Moi, en distinguant entre un Moi égocentrique et un Moi divin. Affirmant que ce dernier Moi était le seul digne de confiance en matière artistique, j’ai en outre déclaré que ma confiance dans les autres ne reposait que sur la partie commune des deux Moi. Pour l’illustrer, j’ai eu recours à deux cercles s’entrecoupant.
 « Ton cercle et mon cercle m’ont paru posséder une partie commune assez importante. Et j’en étais intimement convaincu parce que je craignais la solitude ultime. Après une émotion passagère, me voilà dorénavant à nouveau tout à fait rassuré »
  • Journal, Paul Klee (trad. Pierre Klossowski), éd. Grasset, 1999  (ISBN 2246279127), chap. Journal III, p. 304
  • Écrits et correspondances, Franz Marc, éd. École nationale supérieure des beaux-arts, 2006  (ISBN 2-84056-214-6), chap. Extraits du Journal de Paul Klee sur Franz Marc, p. 450


Paul Klee en soldat.
1916. Une année marquée par le destin. […] Le 4 mars mon ami Franz Marc tombe à Verdun. Le 11 mars, je suis enrôlé à 35 ans comme recrue. Marc et moi, nous ne nous étions plus écrit depuis sa dernière permission, il connaissait mon aversion pour la théorisation. Il fallait d’abord passer cette époque anormale, d’autant plus que j’attendais tous les jours d’avoir aussi à abandonner couleurs et pinceaux. […] Le télégramme avec la nouvelle de sa mort m’a atteint comme la foudre. […] Le même jour, j’ai reçu le billet rouge de mon enrôlement sous les drapeaux pour le 11 mars.
  • Journal, Paul Klee (trad. Pierre Klossowski), éd. Grasset, 1999  (ISBN 2246279127), chap. Journal III, p. 309
  • Écrits et correspondances, Franz Marc, éd. École nationale supérieure des beaux-arts, 2006  (ISBN 2-84056-214-6), chap. Extraits du Journal de Paul Klee sur Franz Marc, p. 452-453


Destins d'animaux, Franz Marc (restauré par Paul Klee).
Quand je dis qui est Franz Marc, je dois confesser en même temps qui je suis moi-même, car bien des choses qui me concernent lui appartiennent aussi. Il est plus humain, il aime plus chaleureusement, de manière plus prononcée. Il se penche humainement sur les animaux. Il les élève à lui. Il ne se disperse pas comme s’il faisait partie du tout, pour se considérer ensuite au même niveau aussi bien des animaux que des plantes et des pierres.
  • Journal, Paul Klee (trad. Pierre Klossowski), éd. Grasset, 1999  (ISBN 2246279127), chap. Journal III, p. 310
  • Écrits et correspondances, Franz Marc, éd. École nationale supérieure des beaux-arts, 2006  (ISBN 2-84056-214-6), chap. Extraits du Journal de Paul Klee sur Franz Marc, p. 454


August Macke[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :