Football

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le football, appelé soccer aux États-Unis et au Canada par opposition au football américain et au football canadien, est un sport collectif qui oppose deux équipes de onze joueurs, dont le but est de mettre un ballon sphérique dans le but adverse, sans utiliser les bras. Le football est le sport le plus populaire dans le monde.

Citations[modifier]

Albert Camus[modifier]

Ce que je sais de la morale, c'est au football que je le dois.
  • Les Secrets Douloureux Que Nous Cachent Les Dieux, Jean-Paul Taddeï, éd. L'Harmattan, 2002  (ISBN 274751790X), p. 77


Pierre Desproges[modifier]

Voilà bien la différence entre le singe et le footballeur. Le premier a trop de mains ou pas assez de pieds pour s'abaisser à jouer au football.


Gérard Ernault[modifier]

Un problème du football français est la perte de ses grands clubs dans la traversée du temps, telle celle des grands ours sous l'effet du réchauffement climatique ou des bonobos sous le poids de la bêtise humaine.
  • « Editorial : Joyeux Anniversaire ! », Gérard Ernault, France Football, nº 3207, 25 septembre 2007, p. 3


Laurent Gerra[modifier]

Regarder comme un gland la télé le dimanche
Pour voir tous les joueurs qui s'emmanchent
S'embrassant comme des cons à chaque but marqué
Qu'on croirait une bande de pédés

  • Football gagnant, Laurent Gerra, Laurent Gerra, album DVD Laurent Gerra : A l'Olympia (2000).


Gary Lineker[modifier]

Le football est un jeu simple ; 22 hommes courent après un ballon pendant 90 minutes et, à la fin, ce sont les Allemands qui gagnent.
  • (en) Football is a simple game; 22 men chase a ball for 90 minutes and at the end, the Germans win.
  • Paroles prononcées en anglais par Gary Lineker après la défaite de l'Angleterre contre l'Allemagne en demi-finale de la coupe du monde 1990.


Bernard Maris[modifier]

Par le foot, les spectateurs croient réaliser ce dont on leur a tant parlé et qu’ils ne connaîtront jamais : vivre dans l’égalité.
  • « Le Mythe égalitaire », Oncle Bernard, Charlie Hebdo, nº 308 (supplément L’Horreur footballistique), 13 mai 1998, p. 46


Marc Perelman[modifier]

La Nation ce n'est plus un peuple mais une équipe; ce n'est plus un territoire mais le stade; ce n'est plus une langue mais les beuglements des supporters.
  • Le sport barbare : Critique d'un fléau mondial, Marc Perelman, éd. Michalon, 2008, p. 18


Pierre Rabhi[modifier]

Voyez le délire autour du football, que signifie-t-il ? Simplement que celui qui gagné a été assez habile pour mettre le ballon dans un but. Ce n'est rien d'autre. Quand vous voyez ensuite tout ce qu'on a construit autour de ce divertissement, cette espèce de rituel mobilisant des foules hurlantes, ces sommes d'argent exorbitantes dépensées, la publicité... J'ai joué au foot dans mon petit village mais il s'agissait uniquement d'une activité ludique. L'envergure de ce jeu au plan international rend dubitatif sur le fonctionnement de l'humanité.


Bernard Werber[modifier]

Le football permettait aux peuples de briller à la face du monde sans tenir compte de différences de langues, de religions, de cultures ou de richesses.


Voir aussi[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :