Élisa Brune

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page est une ébauche à compléter, vous pouvez partager vos connaissances en la modifiant.
Élisa Brune, 2016.

Élisa Brune, née 1966 et morte en 2018, est une femme de lettres et journaliste scientifique belge. Elle est également dessinatrice et peintre sous le pseudonyme d'Élisa Else.

Citations[modifier]

Le Quark, le neurone et le psychanalyste[modifier]

  • Le Quark, le neurone et le psychanalyste, Élisa Brune, éd. Le Pommier, 2006  (ISBN 978-2-7465-0273-4), p. …


Bonnes nouvelles des étoiles[modifier]

L’astronomie fait partie de votre être, elle sous-tend chaque cellule de votre corps. Pourquoi ? Parce qu’il a fallu des débauches de temps, d’espace, d’énergie et de phénomènes cosmiques pour arriver à vous fabriquer tel que vous êtes. Ne croyez vous pas, comme le font encore les créationnistes aux États-Unis et ailleurs, que l’on aurait pu se contenter du seul système solaire et de six mille ans. De quelques millions d’années non plus. Votre aimable personne trouve ses indispensables prémices bien plus tôt et bien plus loin, dans les tréfonds torrides du Big Bang et dans un bowling généralisé de galaxies.


Contrairement aux bulletins de santé qui nous parviennent de la surface de la Terre, il n’y a pas de catastrophisme qui tienne dans les immensités cosmiques. Chaque corps céleste vaque à son destin, dicté par les seules lois de la physique et de la chimie. Pas de guerres, pas de pollution, pas de maladies, même pas le plus petit souci immobilier ou fiscal ; les corps dérivent, tournoient et s’entrechoquent en un ballet qui n’a pas d’enjeu moral.
  • Bonnes nouvelles des étoiles (2009), Jean-Pierre Luminet et Élisa Brune, éd. Odile Jacob, coll. « Sciences », 2011  (ISBN 978-2-7381-2621-4), chap. Plan de l’ouvrage, p. 13


Tandis que les êtres vivants, tels que nous les connaissons, sortent d’un corps ponctuel, œuf, ovule, spore ou graine, les étoiles, elles, descendent d’un nuage, et encore, bien plus ténu que l’air que nous respirons. Nous grandissons d’un mouvement centrifuge, elle se concentre d’un mouvement centripète. Nous absorbons de la matière pour croître, elles en éjectent pour se resserrer. Elles partent de presque rien, moins que d’un souffle, et elles seront le siège des maximums d’intensité que connaît l’Univers: combustion nucléaire, supernova, trou noir. Elles remportent haut la main la palme de l’efficacité.
  • Bonnes nouvelles des étoiles (2009), Jean-Pierre Luminet et Élisa Brune, éd. Odile Jacob, coll. « Sciences », 2011  (ISBN 978-2-7381-2621-4), chap. Naissance des étoiles, p. 119


Au XXe siècle siècle, pour de nombreuses raisons, il a fallu revoir toutes les idées sur la nature de la gravitation. Einstein, avec sa théorie de la relativité générale élaborée en 1915, résolut les problèmes, quoique au prix d’une vision du monde apparemment délirante. Newton, ce type bizarre, avait construit un Univers raisonnable, mais Einstein, homme d’un équilibre et d’une sagesse exemplaires, introduisit dans la physique les idées les plus folles. Il supprima purement et simplement l’idée d’une force de gravitation, qu’il remplaça par un cocktail détonnant : une géométrie non euclidienne et la courbure de l’espace-temps.
  • Bonnes nouvelles des étoiles (2009), Jean-Pierre Luminet et Élisa Brune, éd. Odile Jacob, coll. « Sciences », 2011  (ISBN 978-2-7381-2621-4), chap. La formation des trous noirs et la relativité générale, p. 160


Les quatre domaines ensemble - acquisition, instrumentation, modélisation, théorisation - constituent le champ de l’activité de la recherche en astrophysique. Mais, aujourd’hui, le degré de spécialisation est tel qu’aucun chercheur ne travaille dans les quatre domaines à la fois, ni même dans trois. Certains ont des activités dans deux domaines, comme modélisation et théorisation, ou instrumentation et acquisition des données. [En France] Les théoriciens « purs » se comptent sur les doigts de la main ou bien ne sont pas directement rattachés à la discipline astrophysique, œuvrant plutôt dans la catégorie « physique fondamentale ». Il n’en reste pas moins que les quatre activités sont inextricablement liées puisqu’elles concourent à élucider une seule et même énigme.
  • Bonnes nouvelles des étoiles (2009), Jean-Pierre Luminet et Élisa Brune, éd. Odile Jacob, coll. « Sciences », 2011  (ISBN 978-2-7381-2621-4), chap. Les métiers de l’astrophysique, p. 326


Albert Einstein, dans le calme d’un bureau, s’interroge sur les concepts de base - espace, temps, lumière, gravité. Il conçoit une nouvelle théorie fondamentale - la relativité générale. Celle-ci fournit un nouveau modèle pour la gravitation, qui prédit de nouvelles données expérimentales - par exemple les ondes gravitationnelles. Il faut alors construire des instruments inédits pour vérifier ces prédictions. Avec à la clé, beaucoup d’innovations technologiques. Et ça marche ! La théorie a ainsi accouché d’un modèle qui a prédit des données, lesquelles ont pressé les instruments d’exister.
  • Bonnes nouvelles des étoiles (2009), Jean-Pierre Luminet et Élisa Brune, éd. Odile Jacob, coll. « Sciences », 2011  (ISBN 978-2-7381-2621-4), chap. Les métiers de l’astrophysique, p. 328


Pensées magiques[modifier]

  • Pensées magiques : 50 passages buissonniers vers la liberté, Élisa, éd. Odile Jacob, 2013, p. …


Le Salon des confidences[modifier]

Il y a des livres pour savoir, et il y a des livres pour sentir. Le savoir sur la sexualité est crucial. Il fait tomber les œillères, donne les éléments du choix, pose les conditions favorables à l’exercice d’une liberté. Mais il ne suffit pas. En sexualité comme ailleurs, la recherche, la connaissance, la discussion ne constituent qu’un point de départ. Elles vous mettent sur la piste de décollage, bien équipé et clairvoyant… encore faut-il prendre l’air.
  • Le Salon des confidences : Le désir des femmes et le corps de l’homme, Élisa Brune, éd. Odile Jacob, 2013, p. Avant-propos (en ligne)


La poésie est la forme non figée du langage, celle qui n’est pas tenue en laisse par le modèle sujet-verbe-complément, ni dans des champs sémantiques cohérents. Or la sexualité, ce langage des corps intimes, ne prend sa pleine dimension qu’en dépassant les formulations toutes faites et en partant à travers champs. La poésie va là où elle veut, elle recommence chaque fois l’aventure de l’homme qui inventa la musique.
  • Le Salon des confidences : Le désir des femmes et le corps de l’homme, Élisa Brune, éd. Odile Jacob, 2013, p. première pages (en ligne)


Tant pis, je fonce ![modifier]

  • Tant pis, je fonce ! 50 histoires pour saisir la vie, Élisa Brune, éd. Odile Jacob, 2018, p. …


Nos vies comme événement[modifier]

  • Nos vies comme événement : Ce que l'art et la science transforment en nous, Élisa Brune, éd. Odile Jacob, 2019, p. …


Autres citations[modifier]

Le physicien n’est pas, ne peut pas être, un technicien déconnecté des réalités - puisque c’est de la réalité qu’il prétend parler. Le monde qu’il interroge dans l’accélérateur de particules et le monde où il s’éveille le matin ne font qu’un.
  • Et si le temps n’existait pas ? un peu de science subversive, Carlo Rovelli (trad. Élisa Brune), éd. Dunod, 2012  (ISBN 978-2-10-057273-1), chap. Préface, p. VI


Citations rapportées[modifier]

Citations sur[modifier]

Voir aussi[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :